JW1

En mars dernier, j'ai parlé, pour la première fois, de Jonathan Wilson, via son album le plus récent, qui venait alors de sortir, Dixie Blur, excellent album de country/folk-rock. Mais comme je le disait alors, je m'étais rendu compte que j'avais totalement oublié, connaud que je suis, de parler de ses autres albums. Dixie Blur est son quatrième (en 9 ans de carrière discographique), et si je ne connais pas (encore) son troisième, Rare Birds, je connais ses deux premiers opus. Celui-ci, sorti en 2011 sous une pochette totalement psychédélique et chamarrée (tant recto que, visuel plus bas, verso), est son premier, et s'appelle Gentle Spirit. Si son album suivant, Fanfare, est très bien, et si le dernier en date l'est aussi (et j'imagine que Rare Birds doit l'être aussi), ce premier opus est probablement son meilleur. Ce qui est toujours un petit peu con, d'ailleurs, de commencer sa carrière par l'album qui, au final, reste toujours, malgré les albums qui s'enchaînent, le meilleur. De même que Fanfare, Gentle Spirit est un album terriblement long : 78 minutes. Il contient 13 titres allant de 3,25 minutes pour le plus court à 10,30 minutes pour le plus long, et en moyenne, les morceaux dépassent les 5 minutes. 

JW2

Bon, ce mec, c'est qui, déjà ? Un musicien (chanteur, guitariste, claviériste, percussionniste) américain originaire de Caroline du Nord, mais basé à Los Angeles, c'est là qu'il a enregistré, entre 2008 et 2010, ce Gentle Spirit sorti en 2011 et sur lequel, sur la majorité des morceaux, il joue de tout. On note cependant les musiciens suivants : Adam MacDougal (orgue), Kenny Siegel (basse), Otto Hauser, Brian Geltner (batterie), oui, je sais, ces noms ne vous disent rien, à moi non plus. Mais celui de Chris Robinson, chanteur des Black Crowes, qui apparaît ici parfois aux choeurs, devrait, logiquement, vous dire quelque chose si vous aimez le rock américain des années 90 à maintenant. Sur son album suivant, Wilson fera appel, pour les choeurs, à Jackson Browne, Crosby et Nash... Mais retour à Gentle Spirit. Bien que très long (il faut, de plus, prendre le temps de l'écouter plusieurs fois, ce n'est pas un disque qui est instantanément accessible ; ce n'est pas follement expérimental non plus, je précise), l'album est une prouesse, une merveille de folk-rock teintée de psychédélisme. Le chant est super, Wilson possédant une voix d'une douceur, d'une beauté quasiment irréelles. Les chansons se suivent, certaines semblent au départ se ressembler, et toutes (parmi elles, The Way I Feel est une reprise de Gordon Lightfoot, un country-folkeux canadien), vraiment toutes, sont sublimes. 

JW3

Comme par exemple les très éthérés Gentle Spirit et Can We Really Party Today ? qui ouvrent magnifiquement l'album (ces deux morceaux dépassent les 6,30 chacun), ou bien les 8 minutes du morceau suivant, Desert Raven, et cette guitare sublimissime, qui semble planer dans les cieux sans nuages comme un oiseau de proie... Ou comme Valley Of The Silver Moon et ses 10,30 minutes terminales... Ou comme Waters Down, Woe Is Me, Natural Rhapsody... Tout ce disque, devenu rapidement culte avant même sa sortie officielle (apparemment, il a circulé en semi-bootlegs distribués par Wilson lui-même avant qu'il ne se décide à le sortir officiellement), est un chef d'oeuvre, un des meilleurs albums des années 2000 à maintenant. C'est folk, psychédélique, pinkfloydien aussi, terriblement planant, ça prend son temps (mais certains morceaux sont tout de même enlevés), c'est sublimement (auto-)produit... Un disque absolument quintessentiel !

Gentle Spirit

Can We Really Party Today ?

Desert Raven

Canyon In The Rain

Natural Rhapsody

Ballad Of The Pines

The Way I Feel

Don't Give Your Heart To A Rambler

Woe Is Me

Waters Down

Rolling Universe

Magic Everywhere

Valley Of The Silver Moon