DV1

 

J'ai récemment parlé ici de Quicksilver Messenger Service (pas pour la première fois sur le blog, mais ça faisait longtemps depuis la dernière fois) via leur album de 1970 Just For Love, un très bon album de rock psychédélique, pas un sommet, mais vraiment du bon boulot en général. J'en avais profité pour parler, un peu, de Dino Valenti, qui chantait sur l'album et avait, à lui seul, signé quasiment toutes les chansons. Ce mec (mort en 1994) faisait partie du groupe à leurs débuts, avant le premier album, et suite à des problèmes personnels (arrêté en 1966 pour possession de came, il fera de la taule pendant je ne sais pas combien de temps, mais au moins un an, si ce n'est deux), il ne reviendra dans le groupe qu'en 1969, et Just For Love était le premier album avec lui. Mais Valenti (dont le vrai nom était Chester Powers Jr, et il se fera aussi connaître, comme parolier/compositeur, sous le nom de Jesse Orris Farrow, c'est sous ce nom que les chansons de l'album de Quicksilver sont signées, au passage) reviendra à la musique l'année d'avant. En 1968, il sort son premier album solo, son seul album solo d'ailleurs. Sorti sur le label Epic à l'époque, le disque, difficile à trouver en pressage vinyle d'époque, sera réédité en vinyle par Tompkins Square en 2013. Il s'appelle Dino Valente. Je ne sais pas si c'est un autre pseudonyme, identique à une lettre près de son plus connu, ou si c'est une erreur qui fut conservée (au dos figure un article signé du rock-critic Ralph J. Gleason sur l'artiste et son album ; on ne lit que Valente, pas Valenti), mais le fait est là : le premier et unique album solo de Dino Valenti s'appelle Dino Valente

DV2

Si c'est une bourde d'impression parce qu'on a mal entendu le nom ou cru qu'il s'écrivait ainsi, c'est con, et j'imagine que Valenti en sortira un peu énervé. Bon, ça ne change pas grand chose, surtout que la pochette le montre en bon gros plan. L'album est en partie produit par Bob Johnston (Dylan, Leonard Cohen, Byrds, excusez du peu) et offre 46 minutes (pour 10 titres) de folk-rock un peu psychédélique parfois, assez 'chanson' dans l'ensemble. Je ne sais pas qui sont les musiciens sur l'album, les crédits étant minimaux. En même temps, souvent, on n'entend que Valenti et sa guitare sèche. Une voix aigrelette à la Winwood, très belle. Les chansons, parfois longues (Something New dépasse les 7 minutes, Children Of The Sun en dure 7, New Wind Blowing 6, My Friend presque 6), semblent, lorsqu'on écoute ce disque la première fois, se ressembler toutes, même si certaines (comme Me And My Uncle, une reprise) marquent d'emblée par leur réussite. Dans l'ensemble, cet album mérite qu'on prenne le temps de l'écouter plusieurs fois, il n'est pas du genre accessible. Rien d'expérimental, absolument pas, mais il peut sembler un peu lancinant (malgré que plusieurs chansons, et notamment sur la face B, soient assez enlevées), ce n'est pas, malgré que j'ai mis le tag, du rock, du tout. C'est de la folk un peu psyché, parfois arrangée de manière un peu lyrique.

DV3

Ca fait vraiment plus chanson que folk-rock. Chanté en français, ce disque serait du genre Ferrat ou Ferré (en plus pop ceci dit), c'est peut-être le chanteur de Quicksilver, mais ça fait plus comme les premiers albums d'Elton John, si vous voulez. Ce n'est pas un reproche du tout. Dino Valente est un excellent album, méconnu (je l'ai découvert via le livre Collector de Philippe Manoeuvre, qui le recense parmi une centaine d'albums méconnus, oubliés, souvent peu vendus, et qu'il considère comme des chefs d'oeuvres). Les chansons sont, dans l'ensemble, superbes (Tomorrow, Time, Listen To Me), je n'en vois en tout cas aucune de mauvaise. J'aimerais bien savoir qui joue sur ce disque, sans doute des musiciens de studio que l'on retrouve partout, mais c'est vraiment con qu'il n'y ait aucun crédit. Même pour la production : il est dit que deux titres sont produits par Johnston, mais quid du reste ? Idem pour les lieux d'enregistrement. En revanche, le texte de Gleason, on le voit sur une des illustrations de l'article, prend toute la place. Un chouette texte, certes, mais vu le potentiel assez peu commercial de l'album et de son chanteur (l'album ne se vendra pas bien, personne n'en sera étonné, hein ?), c'est beaucoup d'efforts pour rien de la part de Gleason (aussi auteur des notes de pochette du Bitches Brew de Miles Davis, notamment). Bon, je m'emporte, je m'emporte... Reste que ce premier et unique album studio solo de Dino Valenti est excellent. 

FACE A

Time

Something New

My Friend

Listen To Me

Me And My Uncle

FACE B

Tomorrow

Children Of The Sun

New Wind Blowing

Everything Is Gonna Be OK

Test