R-1993501-1445698377-1409_jpeg

Soyez francs : avouez sur-le-champ que dès que vous avez vu le nom de l'artiste abordée aujourd'hui, vous avez regardé votre calendrier pour voir si on était pas au premier du mois d'avril. Et ben non les mecs, nous sommes bien mi-mai, et ce n'est pas une blague, on va bien parler de Françoise Hardy. Mais, je ne suis pas dingue, je sais très bien que c'est un choix qui ne plaira pas à tout le monde et qui ne manquera pas d'attirer les emmerdeurs comme des mouches à merdes au-dessus d'un étron. Qu'est-ce que je pourrai vous dire sur Françoise Hardy ? On la connaît tellement depuis le temps. Je peux vous dire par exemple qu'un de ses albums a déjà été chroniqué ici. Je peux vous dire aussi qu'en ce qui me concerne, je ne suis absolument pas fan de cette chanteuse, mais qu'il y a dans son répertoire des chansons que j'aime beaucoup. Comme Tous Les Garçons Et Les Filles, La Maison Où J'Ai Grandi, Mon Amie La Rose, Message Personnel ou encore...non, je ferme ma gueule, sinon, je vais niquer le suspense. Mais, il y aussi des chansons que je n'aime pas. Comme Le Temps De L'Amour, Tamalou ou encore J'Écoute De La Musique Saoule. Ces trois-là, même sous la torture la plus inhumaine qui soit, je continuerai à cracher dessus. Et puis, je peux vous dire, tout en étant pas fan, que Françoise Hardy, c'est loin d'être la plaie. On parle quand même de la chanteuse qui, en 1996, a sorti Le Danger. Ça impose le respect ça quand même. Bon nombre de chanteuses de sa génération, qui elles, sont de vraies plaies, ne peuvent pas en dire autant. Allez, place maintenant à un des albums les plus connus de Françoise.

ff%20hh

Et pour cause...vous avez son titre ? Lequel provient de la chanson d'ouverture qui n'est autre que... Comment Te Dire Adieu ?, un des plus gros succès de la chanteuse. On a souvent dit que Serge Gainsbourg en était l'auteur et le compositeur. Il faut rappeler que cette chanson est une reprise de je ne sais plus qui d'ailleurs et je vous le dis franchement, je m'en fous complètement et que, par conséquent, Gainsbourg a "seulement" fait l'adaptation des paroles. La musique, il n'a rien à y voir. Cependant, même s'il a juste fait l'adaptation des paroles, son phrasé unique est bien présent. Mon coeur de silex prend vite feu, ton coeur de pyrex résiste au feu, je suis bien perplexe je ne veux, me résoudre aux adieux, je sais bien qu'en ex, amour n'a pas de chances ou si peu, mais pour moi une ex, plication vaudrait mieux. Vous vous souvenez ? Un peu plus haut, j'ai fait une petite liste des chansons de Françoise que j'aime ou que je n'aime pas. Celle-ci, et je n'ai pas honte de le dire, rentre dans la première catégorie. Et je vais même aller plus loin en vous disant que c'est la chanson d'elle que je préfère.Voilà, c'est dit. Toujours à propos de Gainsbourg, sur cet album, Françoise, dans son style, y va de sa reprise de L'Anamour. Bien sûr, la version originale est meilleure, mais cette version façon Françoise n'est pas honteuse pour un sou et mérite vraiment l'écoute.

Vous avez vu ? Oh, si vous êtes allés directement en bas de chronique, ça ne vous a certainement pas échappé : dans les tags, figurent Graeme Allwright et Leonard Cohen. Ce qui ne manquera pas d'en interloquer plus d'un et de les pousser à se demander : qu'est-ce qu'ils viennent faire ici ces deux-là ? La question se pose légitimement, c'est vrai, mais leur présence se justifie totalement. L'album contient une reprise de Suzanne, chanson écrite et composée par Leonard Cohen (qui ne fut cependant pas le premier à l'enregistrer) et qui, en 1968, fera l'objet d'une adaptation en français par Graeme Allwright sur Le Jour De Clarté que, par ailleurs, Clash vous a chroniqué il y a près de trois mois maintenant. C'est donc la version française qui est ici reprise. Et, je vais être franc avec vous : si ce n'est pas aussi grandiose que la version de Graeme (ça ne pouvait pas l'être de toute façon, sans faire offense à Hardy), ça n'en demeure pas moins une reprise plus que correcte.

D'ailleurs, ce disque, c'est une grande histoire de reprises, puisque sur les douze chansons qui le composent, huit sont des reprises. On a vu que la chanson titre en est une, que L'Anamour en est une aussi et que Suzanne en est une aussi. Où Va La Chance ?, reprise d'une chanson folk, est très belle, très réussie et est à créditer de très belles lignes de harpe. Je ne connais pas suffisamment l'oeuvre d'Hardy pour vous dire si oui ou non, il lui est souvent arrivé de chanter des poètes, toujours est-il qu'ici, elle chante un texte d'Aragon mis en musique quinze ans plus tôt par Georges Brassens : Il N'Y A Pas D'Amour Heureux. Il va de soi que la version de Tonton Georges ne peut être égalée, mais il n'empêche que Hardy a quand même bien négocié son coup. Sa reprise, dans laquelle la guitare est remplacée par le piano, est plus que correcte. En revanche, La Mésange, reprise d'une chanson brésilienne, est loupée. Je ne connais pas la version originale, je n'ai donc aucune idée de ce à quoi elle ressemble, même si j'ai mon idée, toujours est-il que là, vraiment, c'est trop sirupeux. Ça ne va pas. C'est chiant à écouter. Parlez-Moi De Lui, qui lance la seconde face, est également loupée, peut-être encore plus que La Mésange. Je sais fort bien que c'est le style Hardy que d'avoir recours à des orchestres, mais bon là, pareil quoi, c'est trop chargé, trop sirupeux. C'est vraiment la plaie pour le coup. En revanche, La Rue Des Coeurs Brisés, elle, est réussie. Toujours dans le style Hardyien, bien entendu, mais plus convaincante, bien qu'elle ne soit pas à chier malgré des choeurs masculins style Jordanaires datés, que celle que Richard Anthony avait faite auparavant.

Francoise-Hardy

Et les créations originales alors ? Elles sont donc au nombre de quatre. On commence avec une chanson au titre qui, si elle n'est pas aussi givré que celui d'une chanson Thiéfainienne, est au moins aussi barbare : Il Vaut Mieux Une Petite Maison Dans La Main Qu'Un Grand Château Dans Les Nuages. Et puis, on ne va pas se mentir, pareil titre n'inspire absolument pas la confiance. On a clairement peur de découvrir ce qui se cache derrière. Mais, l'effort vaut le coup d'être fait car c'est une très jolie chanson. Avec ce qu'il faut d'orchestre, forcément, mais de manière discrète. C'est très agréable. Étonnez-Moi, Benoît...!, même tableau, pareil titre n'inspire pas la confiance, mais, dans le cas de cette chanson, ça se justifie. Comment vous dire ça ? Françoise Hardy, elle est comme tout le monde, elle a des défauts, mais elle est aussi la gentillesse et la douceur faite femme, cependant, quand on écoute cette chanson, on a une envie irrépressible d'aller aiguiser un couteau et de la charcuter avec. Sérieusement, cette ambiance un peu cabaret avec ce piano de bastringue est insoutenable. Ce n'est un secret pour personne : Hardy a toujours été davantage une auteure et une interprète. Mais, il lui est arrivé également de composer. Deux chansons sont de sa seule main : À Quoi Ça Sert et La Mer, Les Étoiles et Le Vent. Et, sans déconner, je vous le dis : ce sont deux des chansons les plus réussies de l'album. Je dirai même que ce sont les plus réussies, après la chanson titre. Vous l'avez vu, il y a des ratages sur cet album, mais il y a aussi de très belles choses. Et, si ce disque ne convertira pas un non fan de Hardy, il mérite l'écoute. Et d'ailleurs, moi qui ne suis pas fan de cette chanteuse, j'ai toujours estimé qu'aujourd'hui encore, elle n'est pas estimée à sa juste valeur. Certes, ce n'est pas la plus grande artiste qui soit, mais elle vaut bien mieux que bon nombre de chanteuses de son époque dont on continue de faire la promotion de nos jours.

Face A

Comment Te Dire Adieu ?

Où Va La Chance ?

L'Anamour

Suzanne

Il N'Y A Pas D'Amour Heureux

La Mésange

Face B

Parlez-Moi De Lui

À Quoi Ça Sert

Il Vaut Mieux Une Petite Maison Dans La Main Qu'Un Grand Château Dans Les Nuages

La Rue Des Coeurs Perdus

Étonnez-Moi, Benoît...!

La Mer, Les Étoiles Et Le Vent