HFT37

Bon... Comme on l'a vu hier, Hubert-Félix Thiéfaine, en 2001, a voulu essayer autre chose avec Défloration 13, disque assez rock, très sombre, plutôt assez complexe, et que je n'arrive quasiment plus à encaisser désormais, alors qu'avant, ben, je l'aimais beaucoup, ce disque. On y trouve tout de même de bons morceaux (Quand La Banlieue Descendra Sur La Ville est même exemplaire) mais ce disque, franchement, dans l'ensemble, j'arrive plus. C'est trop too much. OK, HFT n'a jamais fait de chansons faciles (sauf, à la rigueur, au tout début de sa carrière, genre La Cancoillotte, mais c'était tout de même, à l'époque, sacrément dingue, aussi), mais là, c'était trop. Comme s'il avait lui-même senti qu'il était allé trop loin, HFT va, pour son album suivant, son quatorzième studio (et vingtième tout court en comptant les albums live), calmer le jeu. Cet album sortira en 2005 et sera nommé, dans la catégorie 'pop/rock', aux Victoires de la Musique en 2006. Sauf erreur de ma part, c'était alors la première fois que le Jurassien était nominé aux Victoires. Je ne vais pas dire que la reconnaissance du public arrive enfin (ou plutôt, qu'elle revient enfin, car en 1981/82, et un peu en 1986, HFT vendait pas mal de ses albums), mais c'est un sacré pas en avant.

HFT38

Scandale Mélancolique, titre éminemment thiéfainien, c'est le nom de cet album sorti sous une pochette montrant HFT debout, sur fond blanc, enfermé dans une bonhomme en fil de fer levant un bras (mais lui est, dans ce cocon de fer, les deux bras le long du corps). Comme Koamae le dit plus bas dans sa chronique que j'ai, comme pour les autres articles sur HFT, récupérée parce que ça se ferait pas de l'effacer, cet album est un des moins appréciés des fans, apparemment. Pour être tput à fait honnête, je ne déteste pas cet album, mais je ne l'aime pas non plus. En fait, me concernant, c'est un peu comme pour le Longue Distance de Véronique Sanson (qui date de la même époque), un album que je trouve correct mais qui me semble un peu fantôme, je ne l'écoute jamais et je n'en ressens jamais l'envie. Les 50 minutes (pour 13 titres) de cet album ne sont pas épouvantables, loin de là, je trouve même que l'album est nettement plus abordable que Défloration 13 ou que Fragments D'Hébétude. Mais voilà, c'est con mais c'est comme ça, je ne trouve aucune chanson, ici, qui soit de taille à entrer dans les classiques thiéfainiens. Pire, on trouve même, ici, une chanson (heureusement, la plus courte du lot, 2,28 minutes) absolument nulle, Gynécées, enregistrée en duo avec Cali, chanteur que je déteste (sa voix...sa façon de se prendre pour le nouveau Léo Ferré...et à l'époque, en 2005, putain, on en bouffait, du Cali, à ne plus en pouvoir) et qui a bien fait baisser le niveau global de la chanson française à l'époque.

HFT39

L'album, produit par Philippe Paradis (guitare, basse, mellotron, programmations aussi) et enregistré avec d'autres invités (JP Nataf des Innocents à la guitare, M, alias Matthieu Chédid, au banjo sur Libido Moriendi), offre tout de même de plutôt bonnes chansons, comme, justement, Libido Moriendi, Télégramme 2003 (dédiée à Bertrand Cantatet à ce qu'il a traversé lors de sa condamnation de 2003), Last Exit To Paradise, Confession D'Un Never-Been et ce morceau en hommage à ses parents, When Maurice Meets Alice. Mais dans l'ensemble, et pardon si cette chronique est plus courte que de coutume, mais je n'ai pas grand chose à dire ici, ce disque est assez secondaire dans la discographie du natif de Dole. Pas honteux du tout, pas mauvais, même pas moyen, un album correct, très correct, mais à ne découvrir qu'une fois les classiques écoutés et digérés. 

Ancienne chronique signée Koamae : 

Scandale Mélancolique est le quatorzième album de Hubert-Félix Thiéfaine, sorti en 2005. C'est un album mal-aimé des fans, en général, car ici, Thiéfaine s'essaye à la variété française pure ! C'est sûr, on est loin de l'ambiance de Défloration 13... Pourtant, il fait partie de ses meilleurs crus. Oui, vous avez bien entendus, j'aime cet album horriblement sous-estimé, et qui mérite plus qu'une simple réhabilitation. 13 titres, environ 45 minutes... Et ici, pas une seule merde, pas le moindre titre mineur: que des chansons magnifiques, sublimes. J'avoue ne pas trop aimer When Maurice Meets Alice, chanson sur les parents de HFT, mais elle n'est pas foirée pour autant. L'album est taillé pour les anti-HFT, qui apprécieront sans doute ce disque, qui offre une chanson sur Bertrand Cantat (à l'époque en zonzon), Télégramme 2003, ainsi qu'un duo avec... ahem... Cali (mettez en surbrillance pour voir ce qu'il y a écrit !), Gynécées.

Le titre de l'album illustre bien le climat des chansons, toutes des pépites totales. Il y a évidemment le titre d'ouverture, Libido Moriendi, qui affiche bien le côté torturé du disque, un des meilleurs de l'album, aussi un des plus beaux, tout comme L'Etranger Dans La Glace. Mais le sommet de l'album, c'est évidemment le sublime, le grandiose Confession D'Un Never-Been, qui a servi à promouvoir l'album. Et Thiéfaine ne s'était pas trompé de single. Une des plus belles chansons de sa carrière. Bon, l'album n'est pas non plus complètement ancré variétoche: Last Exit To Paradise est assez rock, tandis que l'on retrouve même un tantinet d'électro-rock dans Loin Des Temples En Marbre De Lune... Tout dans ce disque est grandiose. Même le duo avec Cali est excellent, c'est dire !

Voilà, on se tait devant la beauté... Il vaut mieux que vous écoutiez Scandale Mélancolique, parce que je dois en parler mal. C'est un album à réécouter très souvent, histoire de bien s'en imprégner. Je peux comprendre qu'on ne l'aime pas, surtout quand on est un fan de la première heure, mais franchement, un jour ou l'autre, l'évidence devrait bien finir par vous sauter à la gueule: ce disque est sublime !

 

Libido Moriendi

Scandale Mélancolique

Gynécées

Confession D'Un Never-Been

Le Jeu De La Folie

Last Exit To Paradise

L'Etranger Dans La Glace

Les Jardins Sauvages

Télégramme 2003

Loin Des Temples En Marbre De Lune

La Nuit De La Samain

When Maurice Meets Alice

That Angry Man On The Pier