Z1

Voilà un groupe dont il est putain de difficile de trouver des informations, et même des photos, rien que pour trouver le visuel de pochette de cet album (leur premier), j'en ai chié des barbecues électriques Weber. Et pourquoi ? Bah, vous avez vu le nom du groupe ? C'est un des noms les plus cons, en tout cas, pas pratiques du tout, quand on veut faire des recherches à leur sujet. Zoo. On en a déjà parlé ici, de Zoo, à deux reprises, via des albums de...Léo Ferré. Car le Vieux Lion monégasque avait, à deux reprises (Amour Anarchie en 1970, via deux chansons, et La Solitude en 1971, via quasiment tout le disque), fait appel à ce groupe pour qu'ils l'accompagnent. Il avait en effet été fortement impressionné par leur premier album, éponyme, à pochette orange criarde, sorti en 1969 et qui fut un assez beau succès underground. Zoo était un groupe français de rock progressif à tendance jazz, un peu comme Triangle dont j'ai parlé ici en mars dernier. D'ailleurs, un des membres fondateurs de Triangle partira rapidement de son groupe pour partir chez Zoo, je veux parler du guitariste Pierre Fanen. Le groupe, sinon, était issu, en 1968, des cendres d'un autre groupe du nom de New Strangers, et était constitué de Joël Daydé (chant), Daniel Carlet (saxophone, violon), Michel Hervé (basse), Fanen donc, Michel Ripoche (saxophone, trombone, violon), Tony Canal (trompette), André Hervé (claviers), Michel Bonnecarrère (guitare, composition) et Christian Devaux (batterie).

Z2

Le premier album sort en 1969, et Barclay attendra un petit peu avant de le sortir, semblant d'abord hésiter devant une musique aussi étrange (du jazz-rock progressif), mais le succès de deux groupes américains va finalement convaincre la maison de disques, je veux parler de Blood, Sweat & Tears (le groupe d'Al Kooper et Steve Katz) et Chicago Transit Authority (qui, dès le deuxième album, raccourcit son nom en Chicago). Zoo fait à peu près le même genre de musique, ce sont les Blood, Sweat & Tears français, l'époque est à ce genre de musique (Triangle, de son côté, moins jazzy, sera également un beau représentant de ce rock progressif chargé en cuivres). Considéré comme un des meilleurs albums de rock français (comme le premier Triangle...), Zoo est un premier album remarquable, aujourd'hui, hélas, foutrement méconnu. Il est d'ailleurs difficile de se le procurer en CD, et quant au vinyle, j'en parle même pas... Soit dit en passant, je le veux sous ce format, ce disque, mais d'une force... Ce disque, essentiellement chanté dans la langue du rock (l'anglais, quoi), c'est 41 minutes juste fantastiques. Parmi les morceaux, on peut citer la reprise du Memphis Train de Rufus Thomas, celle du You Sure Drive A Hard Bargain d'Albert King, les mecs savent où piocher du bon matos, c'est vraiment excellent. Mais Samedi Soir A Carnouët (qui, il me semble, a un peu marché à l'époque), Mammouth (plus de 7 minutes) et Ramsès sont clairement les sommets ici.

Z3

On notera d'ailleurs une face B encore plus forte que la déjà très bonne première face. Il est vrai que l'on y trouve, sur cette face A, les morceaux les moins époustouflants du lot (Bluezoo, If You Lose Your Woman), mais j'ai vraiment l'impression de chipoter en disant ça, parce que des tas de groupes moins bons que Zoo s'en contenteraient bien, de ces morceaux. La production a plutôt bien vieilli, faisant de ce premier album de Zoo (ils en feront encore deux, avant de revenir bien des années plus tard sous d'autres appellations) un petit classique du rock français de son époque, un disque hélas un peu trop méconnu de nos jours, et le fait qu'il soit si difficile à dénicher n'améliore pas les choses...

FACE A

If You Lose Your Woman

Ramsès

Bluezoo

Rhythm And Boss

FACE B

Memphis Train

Samedi Soir A Carnouët

You Sure Drive A Hard Bargain

Mammouth