MB22

On approche de la fin du cycle Berger, avec cet album, un live, son troisième (après un double en 1980 et un simple en 1984), mais le premier que j'aborde de lui (au fait, si vous voyez des astérisques à la fin de certaines chansons dans le tracklisting plus bas, c'est pour indiquer les chansons qui, sur le CD, manquent à l'appel, soit 4 chansons en tout ; le CD, simple, contient en effet 19 titres, et le double vinyle, 23). A ce sujet, petit coup de gueule de ma part : je ne sais pas combien de temps dure le double vinyle, mais le CD, avec ses 19 titres, ne dure que 69 minutes. Compte tenu que la capacité de contenance maximale d'un CD est supérieure de 10 minutes, vous ne pensez pas qu'au moins un titre supplémentaire, ne serait-ce que le plus long des 4 qui manquent à l'appel, aurait pu être rajouté ? Après, il est clair que quand cet album est sorti, il l'a été directement en CD, et qu'en 1986, année de sortie de ce live, les CDs ne faisaient, maximum, que 74 minutes, donc je peux comprendre qu'à l'époque, ça ait été réduit autant. Mais le disque a été réédité depuis, alors de ce point de vue-là, aucune excuse. Vous n'allez pas me faire croire que WEA, maison de disques sur laquelle Berger sortait (via son propre label Apache depuis 1983 environ) ses albums, ne possède, pour ses rééditions, que des CDs de 74 minutes de contenance ! Enfin bref, c'était un petit coup de gueule de ma part, voilà, c'est fini.

MB23

Livret de l'édition K7 audio, déplié (où on se rend compte que définitivement, seule l'édition CD ne propose pas la totalité de l'album...)

Sinon, voici Au Zénith de Michel Berger, sorti en 1986 et proposant un concert (donné le 18 avril) de Berger au Zénith de Paris, en 1986. Sa pochette est amusante : une photo, prise sur scène, de Berger, guitare électrique en main, en pleine action. Je ne sais pas pour vous, mais j'ai du mal à l'imaginer jouer de la guitare électrique, même s'il ne pose clairement pas pour la photo, ici, la photo ayant été prise sur scène. Mais c'était un pianiste à la base, et c'est surtout au piano qu'on le trouve ici. Au Zénith est un assez bon album live, à la qualité audio vraiment bonne. Alors en pleine promotion de /Différences, Berger offre, ici, quasiment tout son album de 1985, sauf les deux derniers titres, qui manquent, n'ont sans doute pas été joués live, du moins pas ce soir-là. Berger est ici entouré de Serge et Phlippe Perathoner (synthés), Francis Coletta (guitare), Alain Trecan (saxophone), Jannick Top (basse), Yves Sanna (batterie) et joue donc du piano. Les sonorités sont, purement, 80's, évidemment, vu l'époque du concert. Autant le dire, ça fonctionne très bien pour les morceaux les plus récents, ceux de /Différences (même si les synthés de Y'A Pas De Honte sonnent très cheap), mais pour les morceaux les plus anciens, comme Celui Qui Chante, Quelques Mots D'Amour, La Bonne Musique, Seras-Tu Là ? (qui manquent tout deux au CD, ainsi que La Groupie Du Pianiste et Voyou), ça fonctionne un peu moins bien. Et la voix de Berger est parfois noyée dans la reverb', à outrance.

MB24

Mais on a de grands moments, c'est clair, comme Les Princes Des Villes, Diego, Libre Dans Sa Tête, et un enchaînement miraculeux entre Quelque Chose De Tennessee (qu'il avait offerte à Hallyday l'année précédente), Si, Maman, Si (offerte à sa femme France Gall) et La Minute De Silence. Au début de celle-ci, Berger demande, solennellement, au public de ne pas applaudir à la fin du morceau et, en hommage à Daniel Balavoine, de marquer une minute de silence. Une fois cette sobre et courte version finie, le silence (qui ne dure pas une minute sur l'album, WEA n'allait pas foutre en l'air une minute de timing pour du vide), venant du public, est total. Mademoiselle Chang, en version assez funky, est efficace, Si Tu Plonges, qui la suit sur le CD (mais pas sur le vinyle, il y à La Groupie Du Pianiste entre les deux), et achève efficacement le live. Berger fait une petite minute en hommage à son public avant de faire une petite reprise, instrumentale ou presque, de Si Tu Plonges, et là, c'est fini. Dans l'ensemble, malgré les sonorités un peu datées, et malgré l'absence, sur le CD, de quatre morceaux (faut vraiment que je me prenne le vinyle...), ce live, pas le sommet du genre, est très correct. Il ne se vendra pas des masses (il se vendra bien mieux 6 ans plus tard, après l'annonce de la mort de Berger), ce qui est loin d'être un cas isolé chez Berger, hélas...

FACE A

Quand On Est Ensemble (Intro)

Quand On Est Ensemble

Les Princes Des Villes

Plus De Sentiments

Quelques Mots D'Amour

Celui Qui Chante

FACE B

Splendide Hasard

La Bonne Musique*

Diego, Libre Dans Sa Tête

Il Vient De Toi

Voyou*

FACE C

Seras-Tu Là ?*

L'Ange Aux Cheveux Roses

Chanter Pour Ceux Qui Sont Loin De Chez Eux

Quelque Chose De Tennessee

Si, Maman, Si

La Minute De Silence

FACE D

Y'A Pas De Honte

Mademoiselle Chang

La Groupie Du Pianiste*

Si Tu Plonges

On N'Est Pas Seul

Si Tu Plonges (Rappel)