MB10

 

En 1981, Michel Berger semble stagner un peu avec Beaurivage, disque sombre, intérieur, mélancolique et peu tubesque (une seule chanson, Mademoiselle Chang, cartonne, le reste de l'album est très discret), qui se vendra d'ailleurs bien moins que le précédent, le cartonneur Beauséjour de 1980. A la suite de la sortie de cet album, Michel Berger, assisté de Philippe Rault (coproducteur), va se lancer dans un projet un peu fou : monter un opéra-rock scénique, aux USA. Projet qui n'aboutira pas, mais donnera tout de même naissance à un album entier, entièrement enregistré à Los Angeles et Van Nuys (banlieue de Los Angeles) avec des musiciens locaux, des chanteurs ricains et, donc, entièrement dans la langue de Shakespeare. Long de 34 minutes, cet album ne sortira, à l'époque, qu'aux USA, il faudra attendre un sacré temps pour qu'il ne sorte en France, en CD (ainsi qu'en téléchargement), et j'imagine que son vinyle doit être difficile à trouver pour les mêmes raisons. C'est pourtant un album de Michel Berger, c'est son nom qui est indiqué sur la pochette, à côté du titre, qui est : Dreams In Stone. On peut dire que pour ce disque, Berger et Rault ont fait les choses en grand, à l'américaine : la liste des musiciens ayant participé à l'album est en effet des plus impressionnantes, on a une partie des membres de Toto (Jeff Porcaro, David Hungate qui cependant, ne fera plus partie du groupe, Steve Lukather), mais aussi Nicky Hopkins, Chuck Findley, Richie Zito, Slim Pezin, Paulinho Da Costa, Robben Ford, Scott Chambers...

MB21

...et, niveau vocal, Bill Withers (chanteur soul 70's, vous vous rappelez Lean On Me ?), Roseanne Cash (chanteuse de country et fille de Johnny), Jennifer Warnes (qui a notamment participé à la bande-son de Dirty Dancing), David Palmer (qui fut de la première mouture de Steely Dan, sur le premier album). L'album offre 10 titres (pour, donc, un court résultat de 34 minutes), et sur ces 10 titres, 4 sont des instrumentaux aux forts climats new-yorkais/jazz/soft-rock : JFK (Overture), Street Sonata, Rooftops et Parade. Ce sont les morceaux les plus courts (moins de 3 minutes chacun, et moins de 2 minutes pour le second cité), ils sont franchement très bons, Rooftops, avec son piano de jazz bar et ses guitares pop aériennes, est très graphique, on s'imagine sur un toît d'immeuble new-yorkais, dans un de ces fameux penthouses, à contempler la skyline. Les morceaux chantés, eux, possèdent à peu près tous le même souci : les chanteurs, bien que talentueux, ne correspondent pas vraiment (sauf Bill Withers, sur Apple Pie) au style des chansons. Ils ne gâchent pas l'ensemble, mais entendre, par exemple, Roseanne Cash (Innocent Eyes ; chaque chanteur n'a qu'une chanson sur le disque) ou Max Gronenthal (qui c'est ?) sur Anything Can Happen Here, c'est moyen. 

MB12

On s'en doute fortement, Dreams In Stone, sorti donc quasi uniquement aux zuhéssa à l'époque (j'imagine qu'il a quand même dû sortir en France, mais très discrètement), ne marchera pas du tout là-bas. Michel Berger est une star en France, et au Québec (via Starmania), et il y à fort à parier que si l'album était sorti au Québec, il se serait bien vendu ; pas des masses, mais tout de même. Mais aux USA ? Le projet scénique capotera rapidement, ça se cantonnera à ce petit disque qui ne marchera pas malgré ses indéniables qualités (rien n'est à chier, vraiment, rien de honteux), et que Berger semblera par la suite avoir passé par pertes et profits, il n'en parlera pas dans ses interviews, aucune allusion, rien, comme une blessure secrète. L'album ne sera vraiment disponible, chez nous, que tardivement, bien après sa mort, et dire qu'il fait partie des plus écoutés de l'univers Berger serait mentir. C'est vraiment, tout comme Puzzle (premier album, de 1971, entièrement instrumental et assez shellerien et progressif), un disque oublié. A (re)découvrir, en tout cas. Pas mon préféré, pas un de mes préférés, mais c'est loin d'être inintéressant. 

FACE A

JFK (Overture)

American Island

Walking Through The Big Apple

Street Sonata

Living Under The Gun

FACE B

Apple Pie

Rooftops

Anything Can Happen Here

Innocent Eyes

Parade