MB13

Après le succès de Starmania, Berger va se mettre à vendre ses albums par paquets de douze. Beauséjour, sorti en 1980, son premier en 4 ans, sera sa meilleure vente, un disque orné de trois singles à succès, qui plus est, et ce qui me gâche rien, l'album est vraiment réussi (pas forcément meilleur que les précédents, mais en tout cas, pas moins bon, ça c'est clair). Lui qui avait mis autant de temps pour faire un nouveau disque ne va pas chômer, désormais : en 1981, à peine un an après Beauséjour, Michel Berger sort Beaurivage. Le titre de l'album, extrêmement similaire, fait qu'à moins de connaître par coeur la discographie de Berger, on est parfois amené à confondre les deux disques, voire même à en citer un et à oublier l'autre. On pourrait croire à un concept, genre Beaurivage est la suite, le volume 2 de Beauséjour. C'est presque le cas, mais pas totalement. Beauséjour était dans l'ensemble un disque solaire, gai, plus que les précédents opus de Berger qui, eux, sonnaient vraiment mélancoliques, trisounets (la voix de Berger et ses arrangements au piano n'y étaient pas pour rien, mais les thèmes des chansons des premiers albums aussi, évidemment, participent à ces climats mélancoliques). Beaurivage, lui, avec sa pochette très sobre (un Berger bras croisés, sans vraie expression, en noir & blanc, sur fond noir, dans un cadre jaune pâle - au verso, il a la tête dans ses mains, et baissée), sonne assez sombre, intérieur.

MB14

C'est un disque considérablement plus court que le précédent : il ne dure que 32 minutes. Pour 9 titres. Parmi eux, un tube immense, Mademoiselle Chang, qui ouvre le disque, chanson sur une immigrée chinoise paumée dans un pays qu'elle ne comprend pas trop, et qui se languit de son pays qu'elle aimerait retrouver (chanson inspirée par la nounou de ses enfants). La chanson est une des meilleures de l'album, lequel album, on peut le dire, n'est clairement pas aussi grandiose que les précédents, il est très bon (sincèrement, Antoine est une très belle chanson, de même que C'Est Pas La Peine De Vivre et Déjà Je Suis Loin), mais il n'est pas aussi 'rentre-dedans' que Beauséjour, il faudra quelques écoutes pour l'apprécier totalement, et il semble un peu comme une note de bas de page à Beauséjour, comme un second volet un peu inférieur au premier, un peu comme, au cinéma, une suite qui ne s'imposait pas mais fut faite quand même. D'ailleurs, autant le précédent opus avait trois tubes, autant ici, on n'en trouve qu'un seul. On a quand même deux-trois chansons connues (mais pas du genre à se trouver sur un best-of commercial), comme Ballade Pour Une Pauline Triste, dédié à sa fille née en 1978 (et hélas décédée de mucoviscidose en 1997) et Déjà Je Suis Loin. D'autres chansons, comme Tant D'Amour Perdu, Maria Carmencita, Sourde Et Muette (titre de chanson longuet et maladroit) et On N'Est Pas Seul, trois chansons qui, au passage, se suivent sur la face B, sont nettement moins bonnes.

MB15

Beaurivage possède un vrai ventre mou d'environ 7 minutes (On N'Est Pas Seul ne dure pas 2 minutes), ce qui, pour un album aussi court (32 minutes), est plutôt con, pour ne pas dire dramatique. Heureusement, la grande majorité de l'album est d'un meilleur niveau. Retrouvant ici les climats mélancoliques des deux-trois premiers albums, le disque a été enregistré avec certains musiciens habitués de l'univers de Berger : le bassiste Jannick Top (ancien de Magma), les guitaristes Claude Engel et Patrice Tison, le claviériste Georges Rodi, Patrick Bourgoin au saxophone, France Gall et Balavoine au choeurs. Simon Philips, futur batteur de Toto (après le décès de Jeff Porcaro en 1992), est aussi de la partie. Musicalement, rien à dire, le disque sonne à la fois pop et chanson, très variété, de haute qualité. L'album, au final, n'est pas le meilleur du chanteur, il se pose même comme étant son moins réussi des années 80, et son moins réussi tout court aussi, je pense (car je trouve que Michel Berger, alias Coeur Brisé, son premier vrai disque, de 1973, est un peu meilleur), ce qui ne signifie pas qu'il soit mauvais. Un disque comme ça, des chanteurs moins talentueux que Berger s'en contenteraient bien et on en parlerait sans doute comme de leur sommet. Mais quand on est Berger et qu'on habitue ses fans à l'excellence, forcément, ici, ça coince un peu. D'ailleurs, si le précédent se vendra à 400 000 exemplaires, celui-ci n'en fera que 150 000, une presque contre-performance... La suite sera des plus étonnantes, attendez demain !

FACE A

Mademoiselle Chang

Ballade Pour Une Pauline Triste

Déjà Je Suis Loin

Antoine

FACE B

Tant D'Amour Perdu

Maria Carmencita, Sourde Et Muette

On N'Est Pas Seul

Fais Comme T'Aimes

C'Est Pas La Peine De Vivre