TR4

On continue le cycle Terry Reid avec son deuxième album, qui est le premier que j'ai découvert de lui, en lisant le livre Collector de Philippe Manoeuvre. En 2018, j'ai abordé, sur le blog, pas mal d'albums (certains que je connaissais déjà depuis des années, et certains avaient d'ailleurs déjà été abordés ici autrefois, et d'autres, plus nombreux, que j'ai découverts via le livre) issus de cette sélection qui regroupe une centaine d'albums de rock considérés, par Manoeuvre, comme des chefs d'oeuvres méconnus, oubliés, inconnus, et ce, pour diverses raisons (disques signés de groupes très mineurs, ou bien de groupes en perte de vitesse, albums trop avant-gardistes ou au contraire déjà dépassés au moment de leur sortie, etc). Cet album de Terry Reid, son deuxième, fait donc partie de la sélection, aux côtés de groupes ou artistes tels que Jukin' Bone, Terry Manning, Stack Waddy, Redbone, Malo, Them, les Byrds, Todd Rundgren, Foghat ou Bobby Charles (pour ne citer qu'eux). Hier, j'ai abordé le cas du très intéressant premier album de Reid, ce guitariste et chanteur britannique de rock, hard et blues, qui refusa de faire partie de deux groupes majeurs du genre (Led Zeppelin ; mais il proposera Robert Plant comme solution à Page ; et Deep Purple, qui prendra Ian Gillan à la place, donc), s'enterrant ainsi, volontairement ou non, dans la fange des artistes certes talentueux mais condamnés à rester dans l'ombre des grands. 

TR5

Le premier album, Bang Bang, You're Terry Reid, produit par son manager Mickie Most, était très réussi (mais foirera dans les charts). Ce deuxième album, sorti en 1969, également produit par Most, et intitulé sobrement Terry Reid (aux USA, il sortira sous un autre nom, Move Over For...Terry Reid), est encore meilleur. Autant briser le suspense tout de suite, cet album et le suivant, River (1973) sont les sommets de la carrière de cet artiste  de l'ombre. Mais si River, j'en reparle plus longuement demain en l'abordant, est un disque plus calme, plus folk et bluesy, Terry Reid, lui, ce deuxième album, est dans la droite lignée du précédent opus, à savoir du hard-rock bluesy à la Led Zeppelin. D'ailleurs, si j'avais classé le premier album dans le rock classique, je mets celui-ci dans le hard, faut pas déconner. Encore une fois, Reid fait preuve ici de sa maîtrise de la guitare et de sa voix franchement époustouflante, à la Robert Plant ou Steve Marriott (mais plus proche de Plant que de Marriott tout de même) sur des morceaux tels que Superlungs My Supergirl, Stay With Me Baby ou le long (crédité à 9 minutes sur la pochette, il n'en dure en fait que 8, mais c'est tout de même pas mal) Highway 61 Revisited/Friends, qui entremêle une reprise fulgurante de Dylan (le début et la fin du morceau) avec un titre original. 

TR6

D'autres morceaux plus calmes, comme le délicat July, sont aussi sur le disque, ce qui en fait, quelque part, un album de rock ultime, au même titre que l'éponyme d'Humble Pie (1970) ou celui de Led Zeppelin (1971). Les 37 minutes de ce deuxième album sont parfaites de bout en bout, on ne s'emmerde pas un seul instant, mieux, on en redemande la bave au lèvres et le slip tendu. Production éclatante (bien dans l'esprit de l'époque, elle n'a pas vieilli) de Mickie Most, prestation époustouflante, cet album est donc une totale réussite qui mérite vraiment d'être plus connue. On notera que se procurer un pressage vinyle, surtout en bon état, de cet album est une gageure. Dans son bouquin, Manoeuvre dit dans son intro au livre que les albums abordés dedans (dont ce disque, donc) ne sont pas rares, qu'on les trouve facilement pour pas trop cher. C'était avant de les aborder dans le livre, j'imagine, car depuis, certains sont vraiment difficiles à dénicher, et ce deuxième Terry Reid est l'un d'entre eux, avec Stack Waddy, Ruth Copeland, Blue Ash, Them et Jukin' Bone ! La rançon du succès... surtout qu'à l'époque, le succès, ce disque ne l'a pas connu, donc, quelque part, tant mieux qu'on se l'arrache désormais !

FACE A

Superlungs My Supergirl

Silver White Light

July

Marking Time

Stay With Me Baby

FACE B

Highway 61 Revisited/Friends

May Fly

Speak Now Or Forever Hold Your Peace

Rich Kid Blues