B1

En début de mois, MaxRSS a pris la bonne idée d'aborder un album de Barbara. Le premier album de cette chanteuse sur le blog. Connaissant très très mal le répertoire de cette chanteuse décédée en 1997, mis à part ses chansons les plus connues comme L'Aigle Noir, Göttingen, Dis, Quand Reviendras-Tu ? et Ma Plus Belle Histoire D'Amour, ne possédant strictement rien d'elle chez moi, sous aucun format, je me suis dit Clash, c'est trop con, il faudrait au moins que tu fasses un album de Barbara sur le blog toi aussi, et il faudrait que tu te penches sérieusement, sans trop te pencher non plus pour ne pas te casser la gueule, sur la discographie de cette chanteuse.

Ayant regardé sur Internet, un album m'a pété à la tronche, direct.

Cet album-ci. C'est sa pochette qui m'a sauté au paf, il faut dire que, toute rose (recto comme verso), elle saute aux yeux. On ne peut pas dire qu'elle est belle (on ne peut pas dire le contraire non plus), elle est juste à part. Le titre de l'album me plaisait bien aussi, La Louve, énigmatique, original. Album datant de 1973, en plus, une bonne année. A regarder de plus près sur kikipédia, j'ai découvert que non seulement l'album offrait une des rares chansons que je connaissais déjà de Barbara (Marienbad), mais qu'en plus, putaing con, c'est William Sheller qui a arrangé, orchestré tout le bouzin. Sheller, que j'aime beaucoup-beaucoup-beaucoup (sans aller jusqu'à le faire entrer dans un Top 10 de mes chanteurs français préférés).

En plus d'en plus, sur le Net, sur le site sur lequel j'ai l'habitude d'acheter des vinyles d'occasion (Rakuten), le disque est vendu à des prix intéressants (moins de 10 € pour certains) sous ce format. Allez hop, j'en prends un, ça sera mon premier Barbara, peut-être pas le dernier, qui sait ? Je le reçois, le déballe, état parfait comme indiqué. Je l'écoute. 35 minutes plus tard, je peux certifier deux choses : 

a) j'ai beaucoup aimé ce disque

b) s'il y à un jour un cycle Barbara sur le blog, il ne sera pas de mon fait (Max, intéressé ?)

c) j'ai pas parlé de deux choses ? Ah, et alors, qu'est-ce que tu fous ici, petit c... de c ?

B2

Oui, c'est le verso.

Oui, on dirait bel et bien le recto.

La Louve est sans doute un des meilleurs albums de Barbara (Max m'a assuré que c'est en tout cas, de ma part, un excellent choix), et c'est très certainement son plus particulier, pas seulement à cause de sa pochette. S'il fallait qualifier ce disque, ça serait du rock français ET de la chanson française. Selon les morceaux. Certains titres sont de la pure chanson à l'ancienne, d'autres, assez rock dans leurs arrangements (guitare, basse, batterie, bref, voyez ce que je veux dire). Ce disque, Barbara l'a fait (écriture, enregistrement) avec François Wertheimer, qui a signé toutes les paroles (la musique, c'est elle). Ce mec a signé, auparavant, des spectacles musicaux, a fait des albums, des arrangements pour des films de Varda... On entend sa voix sur Je T'Aime, dans les refrains. Un des morceaux les plus rock de l'album, qui s'ouvre sur un autre morceau rock, L'Enfant Laboureur, sur une chanteuse qui cherche à se protéger de ses très envahissants fans. Ces deux morceaux sont très réussis, tous le sont de toute façon, certains sont même purement ahurissants, comme Chanson Pour Une Disparue (Le 6 Novembre), élégie funèbre qui file des frissons, ou bien le long (plus de 5 minutes) Là-Bas, le très connu Marienbad et le morceau-titre. Que les morceaux soient enlevés et arrangés à la manière d'un rock psychédélique bien dans son époque ou qu'ils soient arrangés à l'ancienne avec piano signé Barbara et accordéon (accordéon joué par Roland Romanelli, qui collaborera par la suite, notamment, avec Goldman), ils sont sublimes.

B3

Mais il y à un souci, qui fait que pour moi, clairement, malgré le respect que j'ai pour elle et le fait que j'ai vraiment aimé La Louve, Barbara n'est pas une chanteuse dont je poursuivrai la découverte des albums (et donc, s'il y à un cycle, il ne sera pas rédigé par moi, car je compte m'arrêter à ce disque pour le moment) : la voix. Je ne dis pas que Barbara avait une mauvaise voix, non. Mais je suis bien triste que les paroles ne soient pas glissées dans la pochette ou imprimées dessus, parce que je n'ai pour ainsi dire rien compris de ce qu'elle chante. Enfin, de ce qu'elle, la plupart du temps, ahane. Ce n'est pas une histoire de production qui flingue tout, la voix n'est pas forcément sous-mixée ici, mais Barbara chante trop vite, elle bouffe des mots par paquets de 12, c'est malheureusement assez incompréhensible. Ce qui n'empêche pas, c'est paradoxal hein, d'apprécier le disque. Mais j'aimerais bien savoir de quoi elle parle, je n'en saisis que la substance. Après, c'est moi, ou j'ai l'impression qu'elle ne semble pas totalement à l'aise tout du long du disque, comme si les arrangements rock (disons, pop) d'une partie des morceaux ne collaient pas à son style ? C'est pas comme Ferré, je veux dire. Lui aussi était un chanteur à l'ancienne, mais il s'est super bien adapté à la pop sur La Solitude. Barbara semble aussi à l'aise, parfois, ici, que le serait Trenet sur un album similaire. Mais non, le plus grave, le seul truc qui vraiment m'emmerde ici, c'est qu'on ne comprend pas vraiment ce qu'elle chante parce que sa voix maniérée et son débit un peu trop rapide la fait avaler, sans les mâcher, une partie des mots, ou des syllabes. Vraiment dommage. Après, total respect, et franchement, musicalement, La Louve est remarquable. Je ne regrette pas l'acquisition, je réécouterai le disque...

...mais j'imprimerai les paroles après recherches sur le Net et les glisserai dans la pochette, ça ne peut pas faire de mal. 

FACE A

L'Enfant Laboureur

Le Minotaure

Là-Bas

Les Hautes Mers

Chanson Pour Une Absente (Le 6 Novembre)

FACE B

Marienbad

La Louve

Mr Capone

Ma Maison

Je T'Aime