JF16

En début d'année 1969, Jean Ferrat a publié un disque vraiment réussi, Ma France, dans lequel il nous offrait quelques morceaux vraiment sublimes, comme le très connu Au Printemps De Quoi Rêvais-Tu ? (qui ne parle pas d'un ami à lui qu'il aurait rencontré, songeur, dans une allée d'un fameux grand magasin parisien, mais qui aborde les évênements de Mai 68, entre autres) et les méconnus Les Filles Longues et La Petite Fleur Qui Tombe. On y trouvait aussi une chanson en duo avec sa femme, Christine Sèvres (La Matinée) et surtout, surtout, Ma France, splendeur totale, intemporelle, qui sera source d'une censure télévisuelle, deux ans d'interdiction, et de boycott télévisuel (le boycott sera surtout l'oeuvre de Ferrat qui refusera de revenir tant que sa chanson sera interdite). En fin d'année 1969, Ferrat enregistre et sort un nouvel album, son neuvième. Il n'a pas sorti de disque en 1968, et n'en sortira pas en 1970, alors il se rattrape un petit peu. Si Ma France était un disque étonnamment long pour du Ferrat (37 minutes), cet album suivant, qui offre 10 titres et est sorti sous une pochette sans aucune inscription au recto (une photo couleur d'un Ferrat souriant en regardant le ciel - au verso, il pose, au balcon de son HLM, avec son chien), est lui radicalement court : 27 minutes ! Il ne porte pas de titre officiel et est donc appelé selon une de ses chansons, la première, en l'occurrence Camarade. On le sait, Ferrat était sympathisant communiste. Il n'a en revanche jamais pris sa carte du parti, et pouvait, donc, à sa guise, s'il le voulait ou s'il le fallait, les critiquer sans se faire accuser par eux de traîtrise. 

JF17

C'est ainsi que cette chanson, Camarade, parle du Printemps de Prague et de la répression soviétique qui fit entrer les chars en Tchécoslovaquie, en 1968, pour faire stopper, violemment, l'insurrection anti-URSS. Ferrat semble remonté contre les Communistes. C'est un joli nom, camarade, chante-il. C'est un nom terrible, camarade, chante-il aussi, plus loin dans la chanson. A la fois diatribe et complainte, la chanson montre que Ferrat sait garder ses distances au lieu de tout chercher à enjoliver et à défendre ce qui peut, parfois, être indéfendable. Autre chanson connue sur ce disque, Sacré Félicien, petit hommage touchant, drôle et léger envers une figure locale de ce petit village ardéchois, Antraigues, que Ferrat a découvert il y à des années et où il finira, d'ici quelques années, par s'installer à demeure, définitivement, devenant lui aussi une figure locale. Sacré Félicien, tu mérites bien la cloche d'airain, sacré Félicien. Je n'ai cependant jamais aimé cette chanson un peu rigolarde, un peu rustique. Bien plus réussies pour moi sont Tout Ce Que J'Aime, La Cavale (qui s'inspire du livre de Henri Charrière, Papillon, qui raconte sa vie de bagnard et son évasion - en mélangeant un peu la réalité avec des anecdotes tirées d'autres bagnards ; roman adapté au cinéma en 1973, comme on le sait) et 17 Ans, dans lequel on est avec une jeune combattante Vietnamienne, dans le conflit qui, à l'époque, fait rage. Les Lilas, adapté d'Aragon, n'est pas la meilleure adaptation du poète, mais est belle. 

JF18

En revanche, Les Demoiselles De Magasin et Y Aurait-Il... ne sont pas terrible, je suis encore une fois obligé de le dire : Jean Ferrat n'a pas fait que des belles et immortelles chansons. Force est de constater que Camarade, avec sa pochette sophistiquée (c'est la première fois qu'un verso de pochette est illustré d'une photo, et non pas constitué d'une liste de chansons sur  un fond blanc tristounet), est le moins bon Ferrat depuis Cuba Si, il est même moins réussi encore que ce disque de 1967. Ici, on a certes quatre excellentes chansons (et surtout les deux premières de l'album), mais le reste est soit un peu moyen, soit franchement insipide. Des chansons comme Mon Bel Amour ou cette chanson antidrogue se finissant en délire, Intox, je ne m'en souviens plus à peine dix minutes après l'écoute. Camarade n'offre aucune merde, je ne sais pas si on en trouve chez Ferrat, des chansons vraiment merdiques, mais ce disque court (et ce n'est pas plus mal) est une belle déception, surtout après Ma France. On verra ce que vaut l'album suivant, qui sortira début 1971... La suite demain !

FACE A

Camarade

Tout Ce Que J'Aime

Les Demoiselles De Magasin

Mon Bel Amour

17 Ans

FACE B

Sacré Félicien

La Cavale

Y Aurait-Il...

Intox

Les Lilas