JF13

Le précédent album de Jean Ferrat, Cuba Si, sorti en fin d'année 1967, était en partie (en moitié) constitué de chansons composées à la suite d'un voyage que Jean Ferrat, en été 1967, a effectué à Cuba, voyage d'agrément qui s'est finalement retrouvé voyage professionnel, le chanteur ayant donné quelques concerts imprévus au pays de  Castro. L'album offrait de vraies merveilles, mais aussi des chansons nettement moins bonnes, et est, dans l'ensemble, c'est triste à dire, son moins bon depuis son deuxième opus (qui était pour le moins insipide, en général). Ferrat, qui sortait alors un disque par an (et généralement en décembre !), ne sortira rien en 1968. Je ne dis pas qu'il n'écrira, ne composera et n'enregistrera rien, mais son album suivant ne sortira qu'en mars 1969. A noter qu'il fera un autre album en 1969, en fin d'année, comme pour s'excuser de ne rien avoir sorti en 1968. Mais il ne sortira rien en 1970, il faudra ensuite attendre 1971 année de deux albums, là aussi). Bon, je commence à m'égarer, je reviens à ce nouvel album, son huitième, et au moment de sa sortie, son plus généreux (12 titres) et son plus long (37 putain de minutes ! 37 ! son plus long, jusqu'à présent, durait 33 minutes !), durée qu'il n'atteindra ensuite que peu de fois. La pochette est une photo noir & blanc de lui, de profil, sur fond blanc, on ne voit que son visage car sa chemise est de la même couleur que le fond. Ca y est, Ferrat a sa moustache légendaire, gagnée à Cuba par paresse de se raser. Encore une fois, l'album n'a pas de vrai titre. On pourrait l'appeler Jean Ferrat N°8. On l'appelle du titre d'une des chansons.

JF14

En revanche, comme pour La Montagne (1964), la chanson choisie comme détenteur du titre de l'album n'est pas la première. Ici, la chanson choisie, c'est Ma France. Une chanson qu'on ne présente plus. Ferrat a parfois eu des soucis avec certaines de ses chansons (Potemkine, par exemple), mais avec Ma France, une de ses plus belles, de ses plus admirables chansons (que le "Jean-Kule Méchant Long", pour une de ses campagnes présidentielles, ait pris des paroles de cette chanson comme slogan, La France, la belle, la rebelle, m'a insupporté dès la première fois que j'ai vu l'affiche), ce fut l'interdiction. Pendant deux ans, la chanson sera verboten à l'ORTF, et Ferrat fait alors la promesse de ne revenir à la télévision que le jour où il pourra la chanter. L'interdiction sera 'brisée' par ce grand cinglé de Mourousi qui en diffusera un extrait live en 1970. Pourquoi cette interdiction, cette censure ? La chanson parle de la France qui se bat pour sa liberté (Révolution française, Commune de Paris, Mai 68) et parle du Général de Gaulle en le nommant d'un "vous" accusateur et froid. Ferrat parle aussi de Mai 68 dans Au Printemps De Quoi Rêvais-Tu ? (première chanson de l'album), aussi un petit peu, comme en filigrane, dans Un Jour Futur, et dans cette très belle chanson interprétée en duo avec sa femme d'alors, la chanteuse Christine Sèvres : La Matinée : Le monde sera beau, je l'affirme et je signe

JF15

Les Poètes, splendeur douce-amère, est une adaptation de Louis Aragon, la seule du disque, une déclaration d'amour aux grands poètes, connus ou méconnus. L'Idole A Papa est une très drôle chanson dans laquelle Ferrat se caricature en reprenant des bribes de certaines de ses anciennes chansons (C'Est Toujours La Première Fois, La Montagne, On Ne Voit Pas Le Temps Passer) à la manière d'un chanteur pour vieux (il se paie ouvertement, le citant, Tino Rossi), l'entendre chanter avec un faux accent corse et maniéré, c'est vraiment tordant. Musicalement, ce n'est pas du grand art, mais c'est un petit délire, chose vraiment rare chez Ferrat. Le reste de l'album est très réussi, même si Ariane et Hop Là ! Nous Vivons ne sont pas particulièrement mémorables. Ma France est clairement l'album de trois morceaux sublimes, légendaires même pour deux d'entre eux, mais dans l'ensemble, si les chansons restantes sont assez méconnues, elles n'en sont pas moins très belles (La Petite Fleur Qui Tombe, Un Jour Futur, Le Bureau). Après, il est clair que cette incomparable montée en puissance, tant musicale qu'idéologique, qu'est Ma France est clairement le  sommet de ce disque. Un des sommets de Ferrat aussi, que cette chanson inusable qui file le frisson !

FACE A

Au Printemps De Quoi Rêvais-Tu ?

La Matinée

L'Idole A Papa

Les Poètes

Ariane

La Petite Fleur Qui Tombe

FACE B

Ma France

Rien A Voir

Les Filles Longues

Hop Là ! Nous Vivons

Le Bureau

Un Jour Futur