ML10

Après un Midnight At The Lost And Found franchement très mal reçu en 1983, c'est peu dire que d'affirmer que Meat Loaf n'intéresse plus grand monde. Il a encore des fans, le Pain de Viande, sans aucun doute, mais même les plus fidèles ont été douchés sévère par ce disque noir (la pochette), offrant certes quelques bonnes chansons, mais étant tout de même, dans l'ensemble, nettement moins réussi que ses deux précédentes livraisons. Je n'avais pas classé l'album dans les ratages quand je l'ai abordé ici récemment. C'était, en fait, limite, parce que je n'avais pas envie d'être trop salopard avec, tout en sachant très bien que l'album le mériterait. Mais avec l'album qu'il sortira l'année suivante, son premier sur le label Arista Records (il a en effet quitté Epic Records après son précédent opus, qu'il a fait contractuellement, sans motivation), disque fait dans des conditions totalement différentes, là, ça ne va pas être pareil. Sorti en 1984, ce disque s'appelle Bad Attitude, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est un bon gros tas de merde musicale. Ce disque est sorti à peu près en même temps que Hits Out Of Hell, compilation sortie sur Epic Records (qui fut faite sans qu'il soit consulté) et qui marchera plutôt bien. Est-ce que son ancienne maison de disques, apprenant qu'il allait sortir un disque ailleurs, voulait se faire un peu de galette supplémentaire et faire que les fans du Loaf se tournent en premier lieu vers cette compilation plutôt que vers le nouvel album ?

ML11

Ou alors était-ce pour aider le Loaf à vendre un peu plus son nouvel album, en créant un regain de notoriété vers sa musique ? Si Meat Loaf n'avait jamais quitté Epic, la seconde proposition serait convaincante, mais vous avez déjà entendu parler de maison de disques qui, une fois qu'une de ses vedettes s'en va, continue à le promouvoir tandis qu'il fait ses disques ailleurs ? Bref, le nouvel album de Meat Loaf s'est retrouvé en concurrence avec un best-of du chanteur, ce qui est un peu con (pareille chose était arrivée à George Harrison en 1976). Mais même s'il n'y avait pas eu ça, Bad Attitude, avec sa pochette hair-metal 80's à la gomme, est un mauvais album, 40 minutes de merde, tout simplement. Un single sera tiré de l'album, Modern Girl (sur lequel on entend la choriste Clare Torry), une chanson qui, comparé au reste de l'album, est plutôt moyenne, mais écoutable. Le reste, entre le morceau-titre sur lequel Meat Loaf partage un peu le chant avec Roger Daltrey, chanteur des Who, Don't Leave Your Mark On Me, Piece Of The Action ou Sailor To A Siren, est épouvantable.

ML12

On notera deux titres signés Jim Steinman, Nowhere Fast et Surf's Up (qui n'est donc pas une reprise des Beach Boys, et heureusement, parce que vous imaginez cette chanson des Biche Bois en version Hard-FM ?). Non, les deux hommes ne se sont pas réconciliés et ne recollaborent pas ensemble (ceci dit, Meat Loaf a bien tenté d'enterrer le tomahawk, et demandera à Steinman de lui faire un disque, mais Steinman semblera traîner la patte tellement longtemps que le Loaf changera d'avis et collaborera avec d'autres types). C'est juste que ces deux chansons furent écrites il y à longtemps et pas utilisées. Elles auraient dû rester dans les cartons, car ce n'est vraiment pas génial du tout. Bad Attitude, produit par Alan Shacklock, Paul Jacobs, Meat Loaf et Rheinold Mack, enregistré en Angleterre avec notamment Bob Kulick, John Siegler, Mo Foster et des arrangements signés Paul Buckmaster, est donc un mauvais cru de Meat Loaf. Et si vous pensez que le Loaf ne peut pas faire pire, attendez donc ma prochaine chronique du cycle le concernant, d'ici quelques jours ! Je dis ça en avant-première afin que vous puissiez vous préparer au choc...

FACE A

Bad Attitude

Modern Girl

Nowhere Fast

Surf's Up

FACE B

Piece Of The Action

Jumpin' The Gun

Sailor To A Siren

Don't Leave Your Mark On Me

Cheatin' In Your Dreams