ABB9

Cet article abordera non pas un, mais deux albums du Allman Brothers Band, bande de petits veinards. Et ce, dès le lendemain du précédent article sur le même groupe (cet article double d'aujourd'hui sera par la même occasion le final du petit cycle les concernant, même si je ne m'interdis pas d'aborder d'autres de leurs albums par la suite, mais pas pour le moment). Comme je l'ai dit hier, c'est un peu particulier. En 1991, le groupe sort Shades Of Two Worlds, album remarquable. L'année suivante, ils sortent un live, le premier des deux de cet article. En 1994, ils sortent l'album que j'ai abordé hier, le très très bon Where It All Begins qui sera leur dernier opus studio pour presque 10 ans, et leur avant-dernier album studio aussi. Et l'année suivante, 1995, ils sortent un live, le deuxième de cet article. J'aurais pu aborder ces albums par ordre chronologique, et donc faire deux articles, un par album live, mais j'ai préféré, pas par économie mais par décision personnelle, aborder les deux albums lives ensemble. Surtout que, le premier visuel de l'article (d'une qualité assez moyenne, désolé, mais j'y suis pour rien) prouve que, tout en étant sortis séparément, et avec plusieurs années d'écart, ces deux albums ont, par la suite, été réunis en un assemblage vndu sous fourreau cartonné. En plus, leurs pochettes et titres sont similaires, identiques même (on a juste la couleur de fond qui change, et la mention "First Set", "Second Set" en haut à gauche de la pochette). 

ABB7

Sinon, ces deux albums s'appellent An Evening With The Allman Brothers Band. Le premier volume, long de 74 minutes (pour 9 titres), a été enregistré en décembre 1991 et mars 1992 (pas plus de précisions) et est sorti en juin 1992. Issu des concerts de la tournée Shades Of Two Worlds, il offre notamment trois titres de cet album remarquable : End Of The Line, Get On With Your Life et surtout, Nobody Knows, morceau qui, de 11 minutes dans sa version studio, passe ici à presque 16 minutes. C'est le morceau le plus étendu ici, mais on a quand même 11,35 minutes pour le classique Dreams, presque 9 minutes pour Blue Sky, et Get On With Your Life en dure 8. Le morceau le plus court fait 5 minutes, une reprise, réarrangée par Dickey Betts, du Midnight Blues de Blind Willie McTell. Melissa, datant, comme Blue Sky, de 1972 (Eat A Peach) est ici dans une sublime version. On notera l'absence de classiques (Dreams et Melissa exceptés) tels que Midnight Rider, In Memory Of Elizabeth Reed, Ain't Wastin' Time No More ou You Don't Love Me. Produit par Tom Dowd, qui avait enregistré le mythique live At Fillmore East de 1971 (qui reste probablement LE meilleur live rock de tous les temps), l'album sonne super bien, on ne s'emmerde pas du tout, et est leur troisième live depuis le début de leur carrière, et le premier depuis 1976 et Wipe The Windows, Check The Oil, Dollar Gas

ABB8

Et le deuxième live que j'aborde dans l'article, c'est donc An Evening With The Allman Brothers Band - 2nd Set. Ce live à la pochette ultra similaire au précédent dure 71 minutes, presque 72, pour 8 titres enregistrés en 1992 et 1994, et sorti en mai 1995, production signée Tom Dowd (évidemment). Ce live fait, lui, suite à Where It All Begins de 1994, dont quatre titres sont ici interprétés (la moitié de l'album, en terme de nombre de morceaux, mais pas en terme de durée). Ces morceaux sont Sailin' 'Cross The Devil's Sea, Soulshine, Back Where It All Begins et No One To Run With. Back Where It All Begins, de 9 minutes, passe à 12,30 minutes ici. Mais la palme du morceau le plus long revient à Jessica (instrumental de 1973), long de 16 minutes, qui obtiendra en 1996 un Grammy Award pour la catégorie 'meilleure performance instrumentale rock'. On a aussi sur ce live remarquable, aussi réussi que le premier, une reprise de Willie Dixon (The Same Thing) et deux classiques : You Don't Love Me (une reprise, là aussi, de Willie Cobbs), longue de 6,35 minutes (ça change des 20 minutes de la version du Fillmore East en 1971 !) et In Memory Of Elizabeth Reed, dans une version ramassée et roots de 10 minutes (cet instrumental, sur le live de 1971, en durait 13 de folie pure). Pour finir, ces deux lives sont remarquables. Notons une chose importante : aucun doublon entre les deux albums. Ce qui est certes un détail, mais ça compte beaucoup, ce genre de détails !!

Volume 1 : 

End Of The Line

Blue Sky

Get On With Your Life

Southbound

Midnight Blues

Melissa

Nobody Knows

Dreams

Revival

Volume 2 : 

Sailin' Cross The Devil's Sea

You Don't Love Me

Soulshine

Back Where It All Begins

In Memory Of Elizabeth Reed

The Same Thing

No One To Run With

Jessica