R-4988479-1381755734-3885

Récemment, il y a de cela un mois et demi environ, via In Europe, Big Mama Thornton a été abordée sur le blog pour la première fois. Et, j'avais fait part à Clash de mes intentions de reparler de cette immense chanteuse de blues. Comme on dit, autant battre le fer pendant qu'il est encore chaud. Donc, aujourd'hui, voici que s'offre à vous le deuxième album de Big Mama : Big Mama Thornton With The Muddy Waters Blues Band, sorti en 1966, soit un an après In Europe qui, malheureusement, n'intéressera pas énormément le public à l'époque. Comme le titre l'indique, Big Mama bénéficie d'un renfort de poids : celui d'un autre géant du blues : Muddy Waters, lequel voyait sa carrière bien prisonnière d'une pente descendante. Pour Muddy, pour que le succès revienne, il faudra attendre 1968 et le génial Electric Mud, bien que cet album se soit littéralement fait chier sur la gueule aux États-Unis. Aujourd'hui encore, la réputation n'est guère plus flatteuse qu'elle ne l'était à l'époque au pays de l'Oncle Sam. Bon, Muddy, c'est une chose, mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est ce second Big Mama et on va voir que c'est un poil, mais vraiment un poil moins bon que le premier.

Autant le dire, même si ça fait mal au coeur : ce disque ne contient aucun succès et aucun classique. Si vous connaissez Big Mama, vous savez assurément que sa notoriété n'est malheureusement dûe (et encore...) qu'à son interprétation magistrale de Hound Dog en 1953. Ce qui est, vous en conviendrez, monstrueusement dégueulasse. Ça l'est d'autant plus que ce second album de la colosse (finalement aux pieds d'argile) est caviardé de chansons qui déchirent tout. Comme I'm Feeling Alright, un blues-rock terrible et bandant à souhait. Sometimes I Have A Heartache est une putain de tuerie blues pur et dur. Écoutez un peu les lignes de piano derrière le chant de Big Mama, c'est juste monstrueux. Black Rat assure totalement elle aussi. À noter que c'est la quatrième version des sessions d'enregistrements de cette chanson qui a été choisie pour figurer sur le disque. Life Goes On est un blues pur et dur joué tout au piano, comme l'est Sometimes I Have A Heartache et c'est une réussite de plus, même si, me concernant, j'ai une préférence pour la seconde nommée. La première face s'achève en fanfare sur les 5 minutes de Everything Gonna Be Alright. Une chanson tout simplement monstrueuse, un pur bonheur sur laquelle la guitare de Waters est phénoménale. Big Mama qui tient la batterie, cogne à fond sur ses toms et ses cymbales, mais ne cogne pas dans le vent. Elle sait ce qu'elle fait. Le sommet de l'album.

La seconde face s'ouvre sur Big Mama's Bumble Bee Blues qui est une nouvelle tuerie à ajouter au crédit de cet album. C'est bien simple : les 4 minutes et quelques lui la caractérisent sont tout simplement parfaites de bout en bout. Assurément une des toutes meilleures chansons de l'album. Et, j'en suis convaincu, c'est d'ailleurs assez flagrant quand on écoute attentivement la ligne de basse, Sly et sa Family Stone s'en sont inspirés pour créer celle du monumental Sex Machine sur Stand ! Gimme A Penny est parfaite de bout en bout également. Piano entêtant et harmonica à la fois puissant et discret. De l'orfèvrerie blues. À noter que cette version est la sixième qui fut mise en boîte lors des sessions d'enregistrements. Looking The World Over est exactement ce qu'est Swing It On Home sur In Europe : la chanson la moins réussie. Ce qui ne veut pas dire qu'elle soit loupée, pas du tout, c'est juste que c'est le titre le moins fort. On arrive vers la fin, malheureusement, ça fait chier. I Feel The Way I Feel... qu'est-ce que je peux vous dire là-dessus ? Rien d'autre à part qu'il faut écouter, tout simplement. Bordel de nouille, ce solo de piano... On en termine avec Guide Me Home, très bonne chanson, mais qui fait partie des titres les moins forts de l'album. Derrière Looking The World Over et Life Goes On. Très clairement, même s'il est un poil inférieur à In Europe, ce Big Mama Thornton With The Muddy Waters Blues Band est un disque majeur du blues. Mais, il n'est pas facile à trouver, quand on le trouve, les prix proposés sont tout sauf attractifs. Si, personnelement, j'ai pu me choper In Europe, je n'ai, à l'heure actuelle, toujours pas cet opus de 1966 en ma possession et ça me fait copieusement chier.

big-mama-thornton-cad8760b-3418-4158-ab58-b6fe5cfa433-resize-750

Face A

I'm Feeling Alright

Sometimes I Have A Heartache

Black Rat

Life Goes On

Everything Gonna Be Alright

Face B

Big Mama's Bumble Bee Blues

Gimme A Penny

Looking The World Over

I Feel The Way I Feel

Guide Me Home