CL1

Autant le dire illico, cet album est probablement, certainement même, le seul que j'aborderai de Catherine Lara, qui fait par la même occasion son entrée sur le blog ici. Catherine Lara, hé oui. La rockeuse de diamants, la violoniste pop/rock française. Petite biographie histoire de combler un paragraphe (même si l'album que j'aborde, qui fête ses 40 ans cette année, est vraiment un disque à découvrir) ? Née à Poissy dans les Yvelines, Catherine Bodet de son vrai nom, est fille de parents musiciens (piano, violon), a grandi dans un environnement musical, on ne s'étonnera donc pas qu'elle soit devenue violoniste, et qu'elle ait obtenu divers grands prix en ce domaine (Consevatoire de Versailles, celui, National, de Paris). Elle a crée un orchestre de musique de chambre, puis un quatuor à cordes, le Quatuor Lara, qui accompagnera notamment, sur scène, des pointures telles que Nougaro ou Nana Mouskouri (et ne me demandez pas de faire un article sur Mouskouri, hein, pas avant ma mort, merci bien, et donc, le plus tardivement possible), elle a joué, avec ce quatuor, sur le premier album de Leforestier, elle a écrit pour Barbara... Elle sort son premier album la même année que ces chansons pour Barbara, soit en 1972. Le succès va posément, Sheller (lui, par contre, je pourrait bien, un jour ou l'autre, reparler de lui ici) lui rend hommage en 1977 via un titre de son Symphoman, et elle passe à de la musique franchement pop/rock, voire rock, en 1979 avec Coup D'Feel.

CL2

En 1980, elle sort Geronimo, sur la pochette duquel elle apparait cheveux courts (et torse nu et ne cachant pas sa poitrine sur la photo de sous-pochette). Un disque enregistré notamment avec le claviériste Jean Roussel (Cat Stevens, notamment) et le bassiste Tony Levin (Peter Gabriel, King Crimson). C'est son huitième album studio (et tout court, son premier live datant de 1984). Elle n'a pas encore sorti ses tubes La Rockeuse De Diamants (1983) et Nuit Magique (1985). Catherine Lara, en 1980, je ne vais pas dire qu'elle vivote de son art, mais ce n'est pas encore une grosse vendeuse à la Véronique Sanson (dont on a parlé ici récemment). C'est un peu une version féminine de William Sheller, son pote. Tous deux font à peu près le même style de musique, de la chanson française très fortement imprégnée de pop/rock à l'anglaise, avec des arrangements chatoyants ou originaux, des productions étincelantes, à la Polnareff. A la même époque, Polnareff, lui, revenait de temps en temps, pas toujours à bon escient (Coucou Me Revoilou est nul, Bulles est excellent, son album instrumental fait avec Colombier, Ménage A Trois, est aussi sublime que méconnu), aussi, il était temps que la relève arrive. Avec son look à la Laurie Anderson, avec son violon (un instrument bien peu courant dans un univers pop/rock), avec, aussi, son orientation sexuelle ouvertement revendiquée (elle le dira clairement en 83, mais je pense qu'à l'époque de Geronimo, ce n'était un secret pour personne ou presque), Catherine Lara, dans un sens, est un peu larger than life par rapport à la production variétoche française de l'époque. 

CL3

Pour couronner le tout, car ça ne gâche rien, Geronimo, disque hélas court (32 minutes), est une petite tuerie, un disque remarquable et parfait, rien à jeter de ses 10 titres. Du morceau-titre à Visage Pâle (non, l'album n'est pas conceptuel sur les Indiens, même si Lara cite un chef Indien Apache sur sa sous-pochette à la photo provoc' signée Richard Avedon - excusez du peu) en passant par La Femme Nue, Totem Vivant (j'ai dit que ce n'était pas conceptuel, alors arrêtez de vous poser des questions là-dessus, bordel à queue de castor ukrainien vivant dans la campagne creusoise !) et Jungle Radio, tout le disque est une totale réussite qui, à l'époque, n'a cependant pas beaucoup affolé les radios. Il est, d'ailleurs, plutôt compliqué de trouver ce disque en 2020 : j'ai dû passer par le marché de l'occasion, et en vinyle (c'est sous ce format que je le voulais), et je ne l'ai pas eu cher d'ailleurs, mais pour le CD, je ne sais pas si l'album existe. On le trouve en téléchargement MP3 payable, et pas cher (moins de 6 euros, à votre place, je sauterais dessus comme un rubgyman sur un ballon), c'est un bon compromis si vous ne voulez pas vous payer le vinyle d'époque (ou si vous n'avez pas de platine vinyle, évidemment).A quand le CD, ou une nouvelle édition CD s'il en a existé une ?

FACE A

Geronimo

La Femme Nue

Totem Vivant

Vivre Dans Un Trou

Sangre Loca

FACE B

Bateau De Pluie

Le Sang Des Hommes

Jungle Radio

Je Sème Des Oiseaux

Visage Pâle