51pYOoh2fUL__SY355_

Pour aujourd'hui, place à un peu de wok 'n'woll bitch ! Ben quoi ? C'est vrai que j'aurais pu dire baby, cela aurait été plus distingué, mais, faut bien changer de temps en temps non ? Bref, aujourd'hui, c'est Wanda Jackson qui est à l'honneur. Et là, attention les mecs, on ne parle pas de n'importe qui. Wanda Jackson, c'est "juste" une des plus grandes rockeuses de tous les temps, si ce n'est la plus grande. Et, même en admettant qu'elle ne soit ni l'une, ni l'autre, elle a son importance dans l'histoire du rock puisqu'elle fut la première chanteuse de rock à avoir du succès. Quand le rock 'n'roll commença à perdre en popularité au mitan des années 60, Jackson changera complètement de voie. Elle se tournera vers le gospel. Et, c'est d'ailleurs à partir de ce moment-là que le public va se détourner d'elle et la renvoyer, en quelque sorte, à l'anonymat. Le succès, Wanda l'a connu très rapidement et pas qu'un peu. Et pour cause, cet album, éponyme est premièrement : une réussite et deuxièmement : porteur de l'une des chansons à succès de la demoiselle !

La chanson à succès en question ? Let's Have A Party, située en dernière position de l'album. La chanson a été, à l'origine, enregistrée par Elvis Presley. Seulement, si la version du King n'a pas fait spécialement long feu, celle de Wanda est devenue un putain de standard de la mort qui tue. Alors que Money, Honey, elle, a connu le phénomène inverse. La version du King s'est rapidement imposée comme un classique en puissance, alors que celle de Wanda est restée assez confidentielle. Et pourtant, elle est putainement excellente. D'ailleurs, ces deux chansons ne sont pas les seuls bons moments de ce disque. La reprise de Long Tall Sally est tout simplement tuante. La voix râpeuse de Wanda fait des merveilles. Day Dreaming, I Wanna Walz, Heartbreak Ahead et Making Believe qui, au passage, forment le quatuor d'ouverture, sont également de très bonnes chansons. Ça ne balance pas autant qu'un Let's Have A Party, qu'un Money, Honey ou qu'un Long Tall Sally, mais ça fait sacrément du bien par où ça passe. Et ce constat s'applique également à Just Call Me Lonesome et I Can't Make My Dreams Understand. Cependant, il faut le dire, tout n'est pas d'un niveau exceptionnel ici. En effet, Here We Are Again, Let Me Go Lover et surtout Happy, Happy Birthday ne sont vraiment pas terribles. Ces chansons laissent transpirer l'amour que Wanda pouvait avoir pour le gospel. Mais le problème est que, à cette époque, sa voix ne collait pas vraiment au genre. Il y a clairement un contraste très fort et pénalisant.

Oui, ce disque est très bon, certes, il y a trois morceaux moyens, mais à côté, on en trouve neuf de très grosse facture, ce n'est donc pas bien méchant. Amateur de rock années 50, et amateurs de rock tout court, foncez, ce disque est fait pour vous ! Et, même si Wanda Jackson est tombée dans un certain oubli (ce qui est bien dommage), ses disques ne sont pas des plus difficiles à trouver. Voilà un album qui posera fièrement à côté du premier d'Elvis, de ceux de Chuck Berry, de ceux de Jerry Lee Lewis et j'en passe.

wandaj10

Face A

Day Dreaming

I Wanna Walz

Heartbreak Ahead

Make Believe

Here We Are Again

Long Tall Sally

Face B

Just Call Me Lonesome

Let Me Go Lover

Money Honey

I Can't Make My Dreams Understand

Happy, Happy Birthday

Let's Have A Party