51wF9VaySPL

Comme vous le savez tous, Nico fut, le temps d'un album, membre du Velvet Underground. L'album en question ? Le fameux album banane. À l'origine, Nico devait chanter les onze chansons composant cet album mythique, mais Lou Reed s'y opposa. Finalement, elle n'en chantera que trois. Bref, sentant qu'elle n'est pas vraiment membre du groupe et Lou Reed ne s'est certainement pas privé de lui faire savoir, Nico fout le camp une fois l'enregistrement de l'album terminé et part tenter sa chance en solo. Commercialement parlant, ça n'a pas mené bien loin étant donné que les disques de l'allemande se sont mangés des fours chauffés à blanc. Cependant, artistiquement parlant, même si pour certains faut s'accrocher sérieusement, les albums de Nico sont de vraies réussites. À commencer par ce Chelsea Girl, son premier, sorti en 1967 et dont le titre est une référence au film expérimental que Warhol avait réalisé l'année précédente et qui avait pour titre... Chelsea Girls, ô coincidence ! Sur ce disque, Nico n'a quasiment rien foutu, si on peut dire ça comme ça. Elle n'a écrit qu'une chanson. Toutes les autres lui ont été offertes. Par contre, elle chante bien. Sa voix se reconnaissant entre mille.

Je ne sais pas comment Nico considérait cet album, mais m'est avis qu'elle ne devait pas l'aimer. Une fois l'enregistrement terminé, Tom Wilson et Larry Fallon ont rajouté des arrangements de cordes et des parties de flûte sans l'accord de Nico. Quand on connaît un peu le caractère de la demoiselle et tout en sachant que ces rajouts ne lui plaisaient pas, on peut aisément deviner que Nico a dû leur lancer une belle poignée de saloperies à la tronche. Mais, vous voulez que je vous dise ? Les rajouts en question ne desservent absolument pas l'album, bien au contraire. Les nombreuses partitions de cordes donnent aux chansons un côté musique de chambre très palpable. Imaginez ces chansons telles qu'elles étaient à l'origine et vous obtenez un album quasi aussi mortifère que The Marble Index, Desertshore et The End. Chelsea Girl est plus pop, plus accessible (toutes proportions gardées), mais n'en demeure pas moins une réussite totale. The Fairest Of The Seasons, These Days et Little Sister sont imparables. À noter que cette dernière a été écrite et composée par Lou Reed et John Cale. Encore une fois, essayer d'imaginer Little Sister sans les cordes et vous obtenez un truc glacial comme on en trouve sur Desertshore. L'orgue de Cale mêlé à la voix d'outre-tobe de Nico, le résultat est garanti. Winter Song, oeuvre du seul John Cale, porte bien son nom. Cette chanson est aussi belle que froide comme une teub de cheval mort. I'll Keep It With Mine (reprise d'une chanson du Barde), Somewhere There's A Feather, Wrap Your Troubles In Dreams (signée entièrement par Lou Reed) et Eulogy To Lenny Bruce assurent mais totalement. Mais voilà, dans cet album, il y a incontestablement deux morceaux qui évoluent dans une autre galaxie. Tout d'abord la chanson titre, Chelsea Girl donc, immense tuerie de plus de 7 minutes et surtout, surtout... It Was A Pleasure Then, écrite par Nico et composée par Reed et Cale. Une chanson infernale longue de 8 minutes. Tuante au possible. Cette chanson se serait retrouvée sur l'album banane, il n'y aurait pas eu scandale. C'est du Velvet Underground tout chié.

Oui, il n'est pas d'autre constat à faire que celui-ci : bien qu'assez abrupt d'accès (mais c'est de la rigolade à côté de la trilogie que l'allemande fera entre 1969 et 1974), ce disque est une vraie réussite. Il vous faudra du temps pour vous y faire, mais, si vous arrivez à passer la première écoute, alors c'est que vous êtes sur la bonne voie. Je ne possède pas ce disque, quel que soit le format alors, je ne peux vous dire s'il faut en chier ou non pour mettre la main dessus. Mais, ce que je peux vous dire sans sourciller, c'est que dès que vous le trouvez, faîtes-le venir de suite, le voyage vaut le coup d'être fait. Je vous le garantis.

d04ac164-aaa4-4b20-b4af-6614e37f7976_570

Face A

The Fairest Of The Seasons

These Days

Little Sister

Winter Song

It Was A Pleasure Then

Face B

Chelsea Girls

I'll Keep It With Mine

Somewhere There's A Feather

Wrap Your Troubles In Dreams

Eulogy To Lenny Bruce