PB1

Entre Deux... gorgées d'eau, je me souviens m'être dit, hier, oui, juste hier : c'est pas possible. C'est pas possible que Patrick Bruel ait décidé de commettre à ce point l'irréparable : reprendre du Bowie, en live, qui plus est, et au Royal Albert Hall de Londres pour couronner le tout. C'était en 2014, mais je n'ai appris l'existence de cette reprise du Life On Mars ? de Bowie qu'hier, grâce ou à cause (ah ah ah) d'un lien proposé, ici même (sur le blog, je veux dire), par un commentateur assidu, Jicop, en commentaire sur un autre article consacré à Bruel, son album de reprises de Barbara. Que dire sur cette reprise live ? Aznavour reprenant du Sum 41 aurait été plus convaincant. Léo Ferré reprenant le Horst Wessel Lied aussi. C'est tellement pitoyable et honteux (Bowie était alors encore en vie, mais peut-être déjà malade, il mourra moins de deux ans plus tard) que le fan de Bowie en moi, qui ne s'est toujours pas remis de la mort du chanteur, en a frémi de rage. T'as beau être qu'un vieux loup solitaire/Qu'a l'fond du caractère blindé/Y a des quais d'gare les soirs d'hiver/Qui t'filent une méchante envie d'chialer, comme le chantait un type que j'espère que Bru-bru ne reprendra jamais, t'entends, Bruel, JAMAIS (ça s'écrit, en anglais, presque comme le chef-lieu du département de la Nièvre, Patoche, tu retiens ?), Jacques Higelin. Bruel récidivera dans le genre en reprenant les Beatles en live. Bruel récidividera encore et toujours, en 2015, en faisant un disque entier de reprises de chansons de Barbara, dont MaxRSS a parlé ici hier, Très Souvent Je Pense A Vous, il n'a pas détaillé le contenu musical parce qu'il ne voulait pas vous faire de mal ou de la peine, mais croyez-le, croyez-moi, vous ne voulez pas savoir à quel point ce disque est immonde. D'autant plus immonde que Bruel a connu la chanteuse, qui l'avait encouragé à ses débuts, un lien d'amitié s'était crée. Mais Bruel détruit tout ce qu'il semble aimer, du moins en ce qui concerne la musique. 

Entre Deux...verres de jus d'oranges pressées (des sanguines, évidemment) ce morninge au petit-déjeuner, je me suis souvenu, repensant à ce commentaire que j'avais publié hier (et qui, en substance, disait la même chose que la dernière phrase du précédent paragraphe), que Bruel n'en était clairement pas à son coup d'essai. Ses participations, fréquentes, régulières, aux concerts des Enfoirés (le prochain aura lieu début mars, d'ailleurs...) où il s'amusera, avec ses potes, à reprendre, bien souvent en mode allez, on casse tout, des classiques de la chanson francaouise de toutes époques. Trop pour que j'en cite ici. Vous croyez que je me suis amusé à les répertorier sur un post-it en attendant la rédaction de cette chronique ? Si c'était le cas, je serais bon pour Charenton. Bon, voici la liste... nan, j'déconne.

Entre Deux...chopes de bière au bistrot du coin, je me rappelle aussi qu'entre deux collaborations avec les Enfoirés, Bruel a sorti, en 2002, un album qui, double (mais double quasiment de justesse, les deux disques, de mémoire, faisant juste 40 minutes chacun), et son cinquième album studio par ailleurs, offrait 24 chansons qui, toutes, sans aucune exception, étaient des reprises de vieux airs des années 30, 40 et 50, et que ce disque, sorti évidemment sous une pochette rétro (Bruel posant, dans le livret, en chanteur d'antan à la Trenet, photo à la Harcourt, c'est même sans doute le cas, regard fixant un lointain horizon avec tout ce qu'il faut de confiance en l'avenir dans les yeux, chevelure bien coiffée en arrière, évidemment, forcément, tragiquement, en noir & blanc), proposait ces chansons avec, parfois, des réarrangements, mais le tout, en conservant le parfum rétro. Rétro, c'est trop, comme aurait pu le chanter Aubert. Mais il ne l'aurait pas chanté, le Aubert, parce qu'il fait partie des chanteurs (enfin, disons des célébrités, car on a aussi des actrices dans le lot) qui, ici, ont été appelés pour prêter main-forte à Bru-bru.

Entre Deux...rails de coke pour m'aider à poursuivre cette chronique, je tiens à préciser que sur les 24 titres (12 par CD, tu penses bien) de cet album, la moitié d'entre eux, 12 donc, ont été enregistrés avec ces célébrités. C'est pas un disque avec Bruel seul et un disque avec des invités, non, c'est à la va-comme-je-te-pète-au-nez-vu-que-tu-semble-aimer-cette-pratique-dégueulasse-il-en-faut-pour-tous-les-goûts-mais-compte-pas-sur-moi-pour-te-demander-la-pareille. Cest ainsi que l'on retrouve ici, pêle mêle, un aréopage d'inconscients, certains présents ici au défi de toute vraisemblance et de tout bon goût. Que Renaud (dont on parle pas mal en ce moment), alors récemment mis à décanter via son Boucan D'Enfer qui venait alors tout juste de sortir quand l'album de Bru-bru s'est retrouvé dans les bacs (l'album de Renaud est sorti un mois plus tôt) se retrouve ici à marmonner Comme De Bien Entendu avec l'ancien Patriiiiiiiiiiiiiiiick, ça n'étonnera personne, putaing con. En 1981, Renaud avait sorti un disque entier de reprises de ce genre de chansons, c'était même un album live, et c'étaient des chansons encore plus anciennes que celle que Bruel reprend ici, en fait. Que Charles Aznavour soit ici, à duotter avec Bru-bru sur Ménilmontant (hé oui, madame), ça semble limite obligé. Pas parce qu'il était déjà vieux (ça fait longtemps qu'il l'était, avec tout le respect que j'ai toujours eu pour ce monsieur), mais parce qu'il semblait tout indiqué pour participer à ce disque. Même chose pour l'actrice Danielle Darrieux (que l'on entend dans A Paris Dans Chaque Faubourg).

Entre Deux...canettes de coca afin de me filer du sucre en masse pour m'aider à poursuivre cette chronique, je me dis que, quand même, la majeure partie des intervenants sur ce disque infâme (car il est infâme, et ce, malgré son succès retentissant, plus de 2 millions d'exemplaires vendus, le 7ème plus gros succès commercial, en terme de vente, d'un album de chanson française, et le plus gros succès commercial de Bruel, plus fort encore que son mythique album Alors Regarde sorti à l'époque de la Bruelmania) n'ont en réalité, si on y réfléchit bien, rien à foutre là. Les actrices Sandrine Kiberlain et Emmanuelle Béart sur Où Sont Tous Mes Amants ?, Francis Cabrel sur La Complainte De La Butte, la chanteuse japonaise Kahimi Karie sur Night And Day, Jean-Louis Aubert sur Quand On S'Promène Au Bord De L'Eau, Alain Souchon sur Celui Qui S'En Va, son compère Laurent Voulzy (Lolo, nooon !) sur Que Reste-t-Il De Nos Amours ?, Zazie sur J'Ai Ta Main, Jean-Jacques Goldman sur Le Temps Des Cerises et Johnny Hallyday sur Qu'Est-Ce Qu'On Attend Pour Être Heureux ?, pour les citer tous. 

Entre Deux...clopes pour me remonter le moral, je me rends compte que ce disque ne semble pas avoir porté chance à ses intervenants : Aznavour, Hallyday et Danielle Darrieux sont morts, tout le monde se fout de Kahimi Karie que ce disque n'a pas fait révéler au public français, Goldman a cessé sa carrière de chanteur au même moment que cet album à peu près (c'est en 2002 qu'il fera sa dernière tournée), Renaud morflera encore pas mal d'années et n'est plus désormais que l'ombre de son ombre d'antan, Cabrel a aligné depuis, en gros, des albums assez formatés, Kiberlain et Béart ont heureusement cessé leurs activités de chanteuses, Zazie fait de la daubasse comme on est en droit d'en attendre d'elle et a même fait partie d'un jury de The Voice, Aubert n'est définitivement plus très rock depuis l'après Stockholm (1997)... Restent Voulzon et Souchy (ah ah ah) qui tiennent bon. Bruel, quant à lui, est clairement un excellent acteur, je ne plaisante pas (à la base, il est acteur avant d'être chanteur), il est vraiment bon dans des films aussi divers et variés que K, Le Coup De Sirocco, P.R.O.F.S., Le Prénom, L'Union Sacrée, Profil Bas, Toutes Peines Confondues, La Maison Assassinée ou Un Sac De Billes. Mais pour ce qui est de sa carrière de chanteur...bon, j'avoue, son album Alors Regarde est correct. Mais le reste...

Entre Deux...que dire d'autre ? Ni fait ni à faire. Ce fut pourtant le cas. 

CD 1

Mon Amant De Saint-Jean

Ménilmontant (avec Charles Aznavour)

Ah ! Si Vous Connaissiez Ma Poule

Paris Je T'Aime D'Amour

Que Reste-t-Il De Nos Amours ? (avec Laurent Voulzy)

Vous Qui Passez Sans Me Voir

Comme De Bien Entendu (avec Renaud)

Où Sont Tous Mes Amants ? (avec Sandrine Kiberlain et Emmanuelle Béart)

Je Suis Dans La Dèche

Quand On S'Promène Au Bord De L'Eau (avec Jean-Louis Aubert)

Le Temps Des Cerises (avec Jean-Jacques Goldman)

Qu'Est-Ce Qu'On Attend Pour Être Heureux ? (avec Johnny Hallyday)

CD 2

A Paris Dans Chaque Faubourg (avec Danielle Darrieux)

La Java Bleue

La Complainte De La Butte (avec Francis Cabrel)

Premier Rendez-Vous

Night And Day (avec Kahimi Karie)

J'Ai Ta Main (avec Zazie)

Ramona

Celui Qui S'En Va (avec Alain Souchon)

On N'A Pas Tous Les Jours Vingt Ans

La Romance De Paris

Parlez-Moi D'Amour

A Contretemps