0060252779220_600

Et oui, vous ne rêvez pas : Hugues Aufray est sur le blog ! Sachez toutefois que ce n'est pas une première ! Clash lui ayant déjà consacré deux chroniques. L'une des deux portait sur Aufray Chante Dylan de 1965. Hugues Aufray, on peut en dire ce que l'on veut, mais ce mec mérite le respect. Déjà parce que c'est l'un des rares vrais folkeux que l'on ait eus en France. Si ce n'est le seul. Et puis, comment ne pas respecter un artiste qui a tenté comme il le pouvait de mettre en lumière les chansons de Félix Leclerc ? Et surtout, comment ne pas respecter un artiste qui a permis de nous faire connaître Bob Dylan ? Bon, même si Aufray n'avait pas existé, le Barde, on l'aurait forcément connu à un moment ou un autre dans notre Héxagone, mais si l'ami Hugues n'avait pas été là, on ne connaîtrait pas le Barde comme on le connaît aujourd'hui, c'est sûr et certain ! Pour ma part, je n'écoute plus souvent Hugues Aufray, mais c'est quelqu'un de très important pour moi car, quand j'étais môme, c'est le premier artiste dont je suis devenu fan. Ma mère m'avait même offert un best-of de 1998. Et puis merde, des chansons comme Céline, Stewball, La Terre Est Si Belle, Les Crayons De Couleur, Santiano, Debout Les Gars, Je Reviens (Les Portes De Saint-Malo), La Blanche Caravelle, Il Faut Ranger Ta Poupée et j'en oublie, ce n'est pas rien. Par contre, et ça me fend le coeur, je ne vois pas comment je vais pouvoir défendre l'album que j'ai choisi d'aborder aujourd'hui...

Cet album de 1968 et qui a pour titre le simple nom Hugues, renferme de deux plus grand succès du chanteur. D'abord et en ouverture de disque : Adieu Monsieur Le Professeur. Cette chanson, clairement, il va y avoir deux camps : ceux qui l'adorent et ceux qui considèrent que c'est une scie absolue et qui, par conséquence, la détestent profondément. Pour ma part, je me place dans la première catégorie. Tout d'abord pour des raisons personnelles et puis, j'ai connu un monsieur qui était instituteur et qui, le jour de son départ à la retraite a eu droit au même cérémonial que celui qui est décrit dans la chanson. J'aime cette chanson, vraiment. Et puis, il y a Le Petit Âne Gris. Et, comme pour Adieu Monsieur Le Professeur, il y aura deux camps. Moi, je trouve cette chanson certes facile, mais sublime. Le pauvre bête de somme, il a fermé les yeux, abandonné des Hommes, il est mort sans adieux, me retourne toujours les tripes dans tous les sens. Et la voix d'Aufray n'est pas étrangère à ça.

Par contre, et je ne déconne malheureusement pas, je ne vois pas comment pouvoir défendre la cause des autres chansons malgré toute l'estime et l'affection que j'ai pour Aufray. Le Pain Et Les Dents, mi-folk, mi-world est assez intordable et les voix antillaises derrière n'arrangent pas le tableau. Pauvre Vania est bien trop sirupeuse tout comme l'est Comme Un Tout Petit Garçon. La Jeune Fille Et Le Commissaire et Docteur Banjo sont complètement loupées. Petit Simon, autre succès du chanteur, mais mineur, est bien trop longue et finit vraiment par lasser. Parle-Moi De Chez Toi est anecdotique et Le Port De Tacoma était bien meilleure lorsque Aufray en avait fait une version courte d'une minute et demie et guidée par une grande partition de banjo. Ça me troue littéralement le cul que de classer un album d'Hugues Aufray dans la catégorie des ratages musicaux, mais sincèrement, je ne vois pas quelle autre place lui donner. Même le fait d'aimer Adieu Monsieur Le Professeur et Le Petit Âne Gris ne peut pas le sauver. Hugues Aufray a fait des chansons sublimes, mais là, il s'est raté. Sans contestation possible. Même si je ne l'écoute plus souvent, je continue à adorer cet artiste. Mais il faut savoir être honnête. J'ai vraiment de la peine.

38cdf1658b216bcd7fa9335dc00656b3

Face A

Adieu Monsieur Le Professeur

Le Pain Et Les Dents

Pauvre Vania

Le Petit Âne Gris

Comme Un Tout Petit Garçon

Face B

La Jeune Fille Et Le Commissaire

Docteur Banjo

Petit Simon

Parle-Moi De Chez Toi

Le Port De Tacoma