81EcjEVLsrL__SS500_

En 1980, sort Happy Birthday, le vingt-et-unième album studio d'Eddy Mitchell. Et, même s'il cartonne au niveau des ventes, il y a une urgence pour Eddy : celle de sortir un album qui soit au moins correct. Parce que, on ne va pas se mentir : Après Minuit (malgré la présence de Il Ne Rentre Pas Ce Soir) et C'Est Bien Fait (plus desservi qu'autre chose par Tu Peux Préparer Le Café Noir) étaient vraiment moyens. Surtout l'opus de 1978. Vous avez vu la pochette de ce cru cuvée 1980 ? Déjà, rien que le lettrage est sacrément dégueulasse, mais que dire de cette photo en noir et blanc sur laquelle Schmoll pose, non sans une certaine fierté, dans une veste d'un goût extrêmement douteux. Et, je ne parle même pas du noeud papillon. Tu sors fringué comme ça de nos jours, tu te prends des pavés et des seaux d'eau sur la tronche à chaque coin de rue. En voyant une pochette pareille, tout en sachant pertinemment que la qualité du contenant n'influe pas sur la qualité du contenu, on se dit quand même que si le disque est aussi foiré que la pochette, on est bon pour le gros nanar musical. Heureusement, même si tout n'est pas parfait, ce n'est pas le cas. Ouf !

L'album contient un succès du répertoire de Schmoll et pas n'importe lequel : Couleur Menthe À L'Eau. Comment dire, cette chanson, désolé Eddy, mais c'est vraiment à chier. La variétoche française, pas dans ce qu'elle peut offrir de pire, mais pas loin. Je hais viscéralement ce tube. Rien que d'entendre les toutes premières secondes me rebrousse les poils. On trouve un autre tube ici, bien que plus mineur : Happy Birthday Rock 'N'Roll. Chanson présente, si je ne m'abuse, sur un best-of du chanteur publié en 2003. Je ne serai pas tendre non plus avec celle-là : c'est nul aussi. Tout autant, sinon plus que Couleur Menthe À L'Eau. Et, vu qu'on en est à parler des merdes qui traînent sur ce disque, je vais citer aussi Tu Ne Dois Pas Toucher, dernière chanson de l'album. Je vais être clair comme un... clair de lune à Maubeuge (pour paraphraser Clash) : c'est tout simplement gerbant. Qu'est-ce que c'est que cette funk-boîte de nuit dégueulasse ? Mais on trouve aussi de très bonnes choses sur cet album. Comme Y A Rien Qui Remplace Un Amour. Très variété, c'est un fait, mais c'est du bon boulot. Tu Ne Veux Plus D'Moi, une country bien speedé est également très bonne. De Ville En Ville, ballade acoustique est très belle. Bien calibrée, mais très belle. Faut Pas Avoir Le Blues, dans un style blues-rock (forcément, vu le titre) est également bien branlée. Miss Duval, adaptation d'une chanson de Don Williams est vraiment pas mal du tout.

On a aussi deux petits morceaux moyens. À commencer par Rock 'N'Road. Si cette chanson avait été une création originale, franchement, même si ce n'est pas du grand art, cela aurait été convenable. Mais le problème pour elle, c'est qu'elle est une adaptation du Reelin' And Rockin' de Chuck Berry. Du coup, ça passe assez difficilement, sans pour autant être insoutenable. J'Vous Dérange ? (que je me souviens avoir vue sur plusieurs compilations de Schmoll) est assez anecdotique sans être nulle comme les trois premières chansons citées en début de paragraphe précédent. Comme vous avez pu le voir, cet album n'est pas sans failles. Malgré les trois merdes qui le parasitent et les deux chansons pas top évoquées juste au-dessus, dans l'ensemble, le disque passe beaucoup mieux que les deux précédents que Schmoll a sortis. Je n'irai pas jusqu'à vous le conseiller, faut pas déconner, mais si l'envie vous vient, laissez-vous tenter, ce qui est bon dessus l'est vraiment.

image002

Face A

Happy Birthday Rock 'N'Roll

Y A Rien Qui Remplace Un Amour

Tu Ne Veux Plus D'Moi

De Ville En Ville

Rock 'N'Road

Face B

Couleur Menthe À L'Eau

J'Vous Dérange ?

Faut Pas Avoir Le Blues

Miss Duval

Tu Ne Dois Pas Toucher