VS19

Six ans. Il aura fallu, à l'époque, attendre six ans avant d'avoir un nouvel album de Véronique Sanson. Elle qui, autrefois, dans les années 70, carburait et envoyait du vinyle se faire presser les deux joues chaque année a, depuis son retour en France en 1983, décidé de prendre son temps. Ainsi, un album en 1985 (qui fut son premier en quatre ans) qui est remarquable, un en 1988 qui est très correct, mais daté, un en 1992 que j'ai abordé hier, Sans Regrets. Et ensuite, prière d'attendre 1998 pour vous retrouver à nouveau avec un album studio (car des lives, entre temps, la Véro en a sorti quelques uns). Six ans d'attente, nom d'une pipe en merde. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'après la réussite flagrante de Sans Regrets (Mon Voisin (2), Rien Que De L'Eau, Les Hommes), on l'attendait au coin du bois avec un démonte-pneu, la Sanson, prêts à lui en futre un coup sur la calebasse en cas de ratage. Mais ça n'aurait pas servi à grand chose, car elle est indestructible, la Véro. D'ailleurs, c'est le titre de l'album, son onzième opus en studio. Personne ne peut alors se dire que si la chanteuse refera un disque l'année suivante, Indestructible sera son dernier album de chansons inédites, originales, pendant une période aussi longue que celle qui vient de s'écouler depuis son précédent.

VS20

Sorti sous une très belle pochette la représentant en baroudeuse dans un décor terreux, sac à dos à terre (et pylône pas loin ; si c'était pour faire croire que Véro était en plein road trip dans le désert, autant mieux cadrer la photo, non, surtout que le putain de pylône est visible aussi au verso de pochette, qui la montre de dos), Indesctructible est un disque très court : 40 minutes, pour 10 chansons. Retour au formatage de l'époque. Après les 50 minutes de Sans Regrets, ça coince un petit peu. Mais une fois l'album écouté, curieusement, on n'est plus si frustrés de cette courte durée, car, autant le dire, Indestructible n'est pas un des meilleurs opus de Sanson. L'album possède en effet des sonorités très modernes, presque r'n'b/hip-hop/dance parfois, c'est le premier album de Véronique qui sonne ainsi, et là aussi, ça coince un peu de chair dans la braguette, ça en coince même un gros bout. Les morceaux, ici, sont franchement très bons (Indestructible, Les Fiancés, Un Amour Qui M'Irait Bien, Dans La Même Ville), mais cette production, je trouve, est peu subtile. Enfin, sur Les Fiancés, ça fonctionne quand même correctement. Mais sur le morceau-titre et Dans La Même Ville...

VS21

Sanson a enregistré ce disque avec les bassistes Lee Sklar (un habitué) et Michael Rhodes, Philippe Osman et Hervé Le Duc aux claviers, Michael Thompson, Le Duc et Basil Fung aux guitares, Chad Cromwell et Curt Bisquera à la batterie, et on notera la participation de Sheila E, batteuse de Prince, aux percussions. Le disque a en partie été enregistré aux USA (New York, Californie, Tennessee), mais aussi à Paris. Album assez correct (avec une chanson que j'adore, sortie en single, un peu putassière dans ses arrangements dance, mais super efficace, Un Être Idéal), dont je n'apprécie pas trop la production mais dont les chansons tiennent malgré tout très bien la route, Indestructible ne rentre pas dans un Top 5 de Sanson, ni dans un Top 10 (enfin, me concernant), mais c'est un bon disque. J'aurais juste préféré un peu plus de retenue dans les arrangements, c'est parfois lourdingue, ça vieillit mal. Mais on sent quand même que la Sanson veut moderniser sa musique, ce n'est pas un si grand mal. L'album suivant, j'en parle demain, sera un bel exercice de style. 

Indestructible

Les Tyrans

Un Amour Qui M'Irait Bien

Hôtel Biron - Chambre 22

Histoire Sans Intérêt

Les Fiancés

Un Être Idéal

Dans La Même Ville

J'Ai L'Honneur D'Être Une Fille

Je Me Suis Tellement Manquée