VS13

Véronique Sanson revient en France en 1983. Pressée par sa maison de disques de faire un nouvel album, elle se produit live, sort un 45-tours live de deux morceaux inédits, et en chie, vraiment, pour écrire de nouvelles chansons. Elle finira, tant bien que mal, victime d'un syndrome de la page blanche (la pochette de l'album qu'elle sortira en 1985, album sans titre véritable, est sans équivoque, le disque étant surnommé le 'blanc'), à sortir ce disque, son premier enregistré en France, et avec des musiciens français, depuis 1972. Un super disque, d'ailleurs, j'en ai parlé hier. Sanson se produit en live par la suite, elle sort un live à l'Olympia la même année. Mais elle va mettre trois ans avant de refaire un disque (et d'ailleurs, par la suite, il faudra généralement compter ce même laps de temps entre deux albums ; l'époque de la période américaine avec un disque par an ou presque est révolue...), et ce disque, il sortira donc en 1988, sous une très belle et chamarrée pochette la représentant de profil, mais regardant bien en face l'objectif, regard à la fois perçant et amical. Ce disque, d'une durée moyennement généreuse (43 minutes pour 10 titres), s'appelle Moi, Le Venin. Ce disque, dans les notes de pochettes duquel Véronique se remercie et remercie les Beatles, a été enregistré avec un aréopage de musiciens qui comptent parmi les meilleurs de la production francaouise d'époque : Manu Katché, Claude Salmieri, Jannick Top, Serge Perathoner, Bernard Paganotti, Denis (qui est parfois crédité Denys) Lable, Denis Benarrosh, Basile Leroux, Dominique Bertram (tous deux étaient sur le précédent album), et l'album a été enregistré notamment par Salmieri, Bertram et Sanson. 

VS14

Une chanson, cependant, la première, a été produite par un certain Michel Berger. C'est la première fois depuis 1972 (les deux étaient alors en couple, Sanson le quittera pour Stills, Berger s'en remettra difficilement), que les deux entités collaborent. J'imagine que ces retrouvailles artistiques (les privées ont certainement dû avoir lieu en 1983 quand Sanson est revenue en France, même si j'imagine difficilement qu'ils ne se soient pas revus à intervalles durant la période d'exil, Véro n'ayant jamais cessé de faire des concerts) ont du bien se passer. Berger étant mort en 1992, année de sortie de l'album suivant de Véronique, ils n'auront cependant plus l'occasion de recollaborer ensemble. Sanson fera un disque de reprises des chansons de Berger en 1999, j'en reparlerai ici en temps utile. Bon, cette chanson, la première de l'album, elle va faire parler d'elle à l'époque, et je pense qu'elle ne pourrait plus être faite désormais. Sortie en single, elle marchera fort, et s'appelle Allah. O Allah, à quoi te sers d'avoir un nom, pourquoi ce feu, ce tonnerre, au nom de quoi fais-tu la guerre ? Mais si c'est ça que tu veux, le monde fermera les yeux, et le camion explose, et elle a donné sa vie pour la cause... Les paroles, toujours d'actualité, sont cinglantes, on parle d'attentats, d'idéaux religieux, de fanatisme, de guerre, d'atrocités au nom d'un Dieu. Vraiment pas compliqué de deviner pourquoi cette chanson, mémorable mis à part ça, a fait scandale. J'ai failli mettre le tag 'chanson engagée' pour cet album, rien que pour la présence de ce titre !

VS15

Moi, Le Venin offre d'excellentes chansons tout du long de ses 43 minutes, il est impossible de faire une chronique sur ce disque sans citer Paranoïa, Marie et Mortelles Pensées. Le court Jet Set (moins de 3 minutes) est, malgré sa durée assez frustrante, un très bon morceau, pas le sommet de l'album, mais tout de même très bon. On notera, reproche à faire à l'album, une production très typée fin des années 80, le disque ne sonne pas aussi bien, désormais, que les autres de Véronique Sanson (de même que la pochette, belle photo au demeurant, fait elle aussi très 80's). Au final, cet album, le neuvième album studio de Sanson (mais en comptant les lives, ça doit bien être son 13ème ou 14ème...), est une belle réussite, peut-être pas aussi éclatante que le précédent opus, mais c'est un très bon disque, un petit peu daté certes, mais on n'y peut rien. Rien que pour Allah et Mortelles Pensées, ce disque est à écouter !

FACE A

Allah

Un Peu D'Air Pur, Et Hop

Marie

Radio Vipère

Jet Set

FACE B

Paranoïa

Jette-Le

Caméléon

Le Désir

Mortelles Pensées