71zIVsblzXL

Et oui, comme vous le voyez, Adriano Celentano fait sa première apparition sur le blog ! Et il n'y a rien de scandaleux là-dedans car, que l'on aime ou que l'on aime pas, ce chanteur mérite sa place sur un blog musical. Récemment, au cours d'une discussion très enlevée durant laquelle certains chanteurs se sont bien fait dégommer, Clash m'a fait remarquer qu'Adriano Celentano, c'est le Johnny Hallyday italien. Pour deux raisons : la première étant la longévité de la carrière du bonhomme. Johnny n'est plus, mais Celentano est toujours là et chante encore. Et, de nos jours, exceptés des fondus de musiques, la notoriété de Celentano ne dépasse plus les frontières italiennes. Ce qui est d'autant plus regrettable car celle-ci fut quand même importante à l'échelle européenne au cours des années 60 et 70. Et d'ailleurs, les années 70, on est en plein dedans avec cet album du nom de Svalutation, sorti en 1976. Et, je ne pense pas me tromper en disant qu'il s'agit du dernier album de Celentano à s'être bien vendu en dehors des frontières du pays de Dante. Vous êtes prêt à découvrir ou à redécouvrir ce disque ? Oui ? Alors, allons-y !

L'album contient deux des plus gros succès du chanteur italien. A commencer par I Want To Know. Si vous avez lu le track-listing avant de lire la chronique, vous vous êtes rendu compte que la chanson est scindée en deux parties. La première ouvre le disque et dure pas loin de trois minutes. C'est une chanson lente, acoustique jouée tout à la guitare sèche avec le renfort de lignes de cordes. Ça déplaira à beaucoup de personnes et je peux le comprendre. Pour ma part j'aime beaucoup. Et, la deuxième partie clôture le disque. Et, c'est cette partie que nous connaissons tous. Beaucoup plus rapide, guidée par un piano et use de pas mal de cuivres. Tout comme la première partie, ça déplaira à beaucoup et je peux le comprendre aussi. Pour ma part, j'adore vraiment et depuis toujours. Et il y a aussi la chanson titre... Svalutation. Une chanson tout simplement immense ! Un vrai melting-pot musical. Des couplets pop-rock, mais fortement influencés par le rockabilly (d'où le tag) et des refrains en reggae-ska avec une gratte électrique à contre-temps. La chanson parle des difficultés économiques que l'Italie rencontre à l'époque et qui sont toujours d'actualité. Rappelons que nos amis transalpins voient leur pays s'enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde depuis 1974. Svalutation sortira en single avec la deuxième partie de I Want To Know. Et à part ça ? Que trouve-t-on sur cet album ? On trouve La Neve, dernière chanson de la première face. Une chanson en deux parties bien distinctes. Tout d'abord une partie calme, rythmée par la guitare sèche et qui, de par son tempo, sa mélodie et le chant de Celentano, rappelle fortement Il Ragazzo Della Via Gluck, elle-même chantée par Celentano en 1966 et reprise la même année par Françoise Hardy sous le titre de La Maison Où J'Ai Grandi. Puis, sans aucune transition, au bout de trois minutes, la chanson change complètement de visage pour devenir un instrumental disco de quatre minutes. Nous avons aussi Uomo Macchina. Une ballade purement pop. Guitare sèche et batterie au programme. Il y a bientendu aucune pris de risques, mais franchement, c'est sublime. En étant super objectif, on peut de dire de cette chanson qu'elle est la seconde meilleure de l'album derrière Svalutation. On trouve aussi La Camera 21. Et là, sérieusement, ça coince. C'est clairement trop long et trop pompeux. C'est vraiment chiant à écouter. Nous avons aussi La Barca, moins pompeuse que La Camera 21, mais vraiment anecdotique. Le seul truc de vraiment bien que l'on puisse y trouver, c'est cette partition vive de clavecin. Et enfin, on en termine avec le ratage du disque, incontestablement : l'instrumental Ricordo. Et là, j'ai beau bien aimer Celentano, mais c'est vraiment à chier des briques. Choeurs, cuivres et cordes à n'en plus finir. De la grosse soupasse variétoche dégueulasse. Plus cette guitare électrique disco pour finir d'enfoncer le clou. Ce morceau est une véritable abomination.

Pour moi, comme vous l'avez vu, le ratio est positif. Mais, je sais fort bien que ce ne sera pas le cas pour toutes celles et ceux qui poseront leurs yeux sur cette chronique. Par contre, cette merde infâme qu'est Ricordo me restera éternellement en travers de la gorge. Je ne peux pas me permettre de vous conseiller ou non cet album. Là, ce sera vraiment en fonction des sensibilités de chacun !

f0cabab3743582846534984dc644f585

Face A

I Want To Know (Parte 1)

Svalutation

La Camera 21

La Neve

Face B

Uomo Macchina

La Barca

Ricordo

I Want To Know (Parte 2)