LR1

Si vous aimez la musique country, country-rock, ou l'americana, alors vous devez, au moins, avoir déjà entendu parler de Linda Ronstadt. Née en 1946, Linda Ronstadt est une des plus fameuse stars de la musique américaine des années 70 et 80, ayant pris sa retraite en 2011 (mais ayant, dès le début des années 2000, considérablement réduit son rythme) suite à des problèmes de santé, ce qui est bien regrettable. Ronstadt, originaire de l'Arizona (Tucson), est une chanteuse de country et de folk, dont le premier album solo date de 1969 (et le dernier, de 2004). En 1977, elle publie son huitième album solo studio, un disque court (un petit peu moins de 32 minutes) mais totalement réussi, enregistré avec une poignée de musiciens de grand talent qui, pour certains, n'en étaient pas à leur première participation à un disque de la chanteuse. Citons Rick Marotta (batterie), Waddy Wachtel (guitare, slide), Kenny Edwards (basse), Don Grolnick (claviers), Peter Asher (choeurs, percussions, production)... L'album est sorti sur Asylum Records, le label de David Geffen, label essentiellement spécialisé dans la folk, country-rock et americana, le label des Eagles, de Joni Mitchell, de Gene Clark à l'époque de No Other... Ce huitième opus de Linda Ronstadt, une de ses plus grosses ventes d'albums, c'est Simple Dreams

LR2

Ce disque est historique pour Linda : non seulement elle a réussi à détrôner, dans les charts, le best-seller de cette année 1977, Rumours de Fleetwood Mac, de la première place du Billboard Albums, après que le disque du Mac y soit resté pendant 29 semaines. Simple Dreams a aussi accompli cet exploit en virant du Billboard Country Album Charts un certain Elvis Presley, qui avait été relancé, dans les ventes, après l'annonce de sa mort. Enfin, Linda fut la première artiste féminine à placer deux singles dans le Top Five, en même temps. Et c'était aussi la première fois que ça arrivait, peut importe le sexe de l'artiste, depuis les Beatles. Bref, pas mal, tout ça, pour un seul et unique album de country-rock de même pas 32 minutes ! Musicalement, que vaut ce disque ? C'est de l'excellente country-rock, un peu pop, un peu latino, vraiment très bien balancée, qui alterne entre reprises et originaux (Linda n'a aucun crédit nulle part), mais qund même, avec beaucoup de reprises. Niveau reprises, on a deux morceaux traditionnels, Old Paint et I Never Will Marry (cette dernière sent bon la country à pleurer dans sa bière et est interprétée avec Dolly Parton dans les choeurs), on a aussi le Blue Bayou de Roy Orbison (sur lequel Don Henley, des Eagles, pose des voix de choeur) et le It's So Easy de Buddy Holly, qui furent les deux singles à fort succès s'étant simultanément classés dans le Top Five U.S., et on a aussi les Poor Poor Pitiful Me et Carmelita de Warren Zevon et le Tumbling Dice des Rolling Stones. Cette version countrysante est remarquable, Linda la chante très bien. 

LR3

Le reste de l'album (Sorrow Lives Here, Maybe I'm Right, Simple Man, Simple Dream) est d'un excellent niveau aussi, on aurait juste aimé un peu plus d'originaux et moins de reprises, mais tout de même, entre It's So Easy, Tumbling Dice, Carmelita et Blue Bayou, une bonne partie des meilleurs morceaux sont des reprises, c'est comme ça et on n'y peut rien. Simple Dreams est un disque simple (pas dans le sens péjoratif du terme), bien produit mais sans les artifices propres à la country, pas de trop grands arrangements de cordes (même s'il y en à quand même). Je ne sais pas si c'est le meilleur album de Linda Ronstadt, vu que c'est le seul que j'ai d'elle, mais c'est en tout cas une de ses plus grosses ventes, et probablement un de ses meilleurs, à mon avis. Il ne me donne pas spécialement envie d'écouter d'autres de ses albums, mais j'aime bien le ressortir de temps en temps, même si mon vinyle commence un petit peu à craquer parfois. Pour finir, on notera, ça ne gâche évidemment rien, une très belle pochette. 

FACE A

It's So Easy

Carmelita

Simple Man, Simple Dream

Sorrow Lives Here

I Never Will Marry

FACE B

Blue Bayou

Poor Poor Pitiful Me

Maybe I'm Right

Tumbling Dice

Old Paint