CN1

Récemment, j'ai abordé longuement, le cas Claude Nougaro via un cycle de douze albums. J'avais acheté, peu avant, un coffret d'autant de CDs, pour pas cher (coffret intitulé "L'Essentiel des albums studios", avec les albums originaux en pochettes cartonnées reproduisant les pochettes vinyle initiales), coffret que j'ai acheté en partie parce que les chroniques alors récentes de MaxRSS au sujet de deux albums de Nougaro (Nougayork, et Femmes Et Famines, ce dernier que j'avais republié au sein du cycle en y rajoutant ma contribution à la suite de la chronique de Max) m'avaient fortement donné envie de découvrir les albums (nombreux) que je ne connaissais pas de ce chanteur. Je ne connaissais, de lui, qu'un live de 1969, Plume D'Ange de 1977, et Nougayork sorti 10 ans plus tard. Bref, en janvier, ce fut une sorte de petite partouze nougarolienne sur le blog, tout le monde n'a peut-être pas apprécié (Nougaro, c'est de la haute-couture en terme de chanson française, mais c'est de la chanson française à la base), mais je ne regrette absolument pas. Le coffret allait des débuts de Nougaro (le premier EP de 1958 excepté) à Bleu Blanc Blues de 1985. Tous les albums studios du bonhomme étaient là... sauf un, sorti en 1974, Récréation. J'ignore pourquoi ce disque était absent du coffret, et comme je ne le connaissais pas, je ne l'ai, alors, pas abordé, logique. M'étant Récemment procuré cet album en glorieux vinyle d'époque, je l'aborde donc, en complément un peu tardif du cycle récent. Récréation, avec sa pochette représentant un tableau noir sur lequel sont indiqués, à la craie, les crédits, est un disque sorti en 1974, donc.

CN2

Dans la discographie de Nougaro, c'est un album assez à part. Il fait suite à Locomotive D'Or (1973), album gigantesque imprégné d'ambiances africanisantes, et qui ne sera hélas pas un grand sucès commercial. Nougaro était à l'époque sur le label Philips, et à la suite de Récréation, album plus original qu'il n'y paraît au premier abord (car, sachez-le, c'est un album entièrement constitué de reprises), il quittera Philips pour arriver chez Barclay (premier album de la période Barclay, Femmes Et Famines en 1975), chez qui il restera 10 ou 11 ans, s'étant fait virer en 1986 parce qu'il ne vendait plus ses albums et était considéré comme un ringard. Il prouvera par la suite qu'ils avaient tort, mais revenons à 1974. Récréation, disque court mais dont il m'est difficile d'estimer la vraie durée (on va dire dans les 36 minutes ?) parce que seules les chansons ont leur durée de créditées, est donc un disque de reprises. De chansons souvent assez anciennes. Des chansons françaises qui font partie des préférées de Nougaro. Marrant, en 1999, Florent Pagny fera un album, double qui plus est, baptisé RéCréation, constitué de reprises de chansons françaises comptant parmi les préférées de Pagny. Le titre, c'était volontaire, est le même, une majuscule faisant la différence. Nougaro a été assez original non pas dans le choix des chansons (encore que si, en fait...mais on trouve tout de même, ici, trois-quatre morceaux vraiment connus) mais dans la manière de faire ce disque. Chaque chanson est précédée d'un sonnet mis en musique par Jean-Claude Vannier (qui recollaborera avec Nougaro pour Plume D'Ange, et avait déjà collaboré avec lui pour Soeur Âme en 1971), le grand arrangeur/compositeur qui se cache derrière les majestueuses productions que sont Histoire De Melody Nelson de Gainsbourg et son propre (à Vannier) L'Enfant Assassin Des Mouches

CN3

Chaque sonnet, déclamé par Nougaro, met, en rimes, l'accent, admirativement, sur l'auteur de la chanson qui suit. Prévert (pour Sanguine, Joli Fruit), Trénet (pour La Java Du Diable), Gainsbourg (La Javanaise), Brassens (Bonhomme), Ferré (Le Scaphandrier), Brel (Mathilde), Mouloudji (Un Jour Tu Verras)... Ces chansons, connues (celles de Brel, Brassens, Gainsbourg) ou moins connues, sont de styles différents. Complainte, ballade, chanson humoristique et même franchement gaillarde pour le cas de Pouet-Pouet (une chanson à double-sens), toutes sont magistralement interprétées par Nougaro, et arrangées, selon les morceaux, par Vannier, Maurice Vander, Christian Chevallier ou Eddy Louiss. Nougaro avait l'habitude de faire des chansons imprégnées de jazz, des albums de chanson française jazzy, mais là, non, c'est de la chanson française, les arrangements sont, bien souvent, similaires aux versions originales. Enfin, j'imagine. Je ne sais pas si Nougaro savait qu'il partirait de Philips (ou en serait viré) après ce disque, et donc s'il l'a fait en guise de cadeau de départ à sa future ancienne maison de disques, ou si c'est ce disque léger, fait comme une récréation après l'innovation de Locomotive D'Or, qui a causé son départ de Philips, mais le résultat sera le même. Je ne suis pas sûr que ce disque ait marché, le contraire serait hélas étonnant, vu que, pour réussis - et même souvent géniaux - qu'ils sont, les albums de Nougaro n'ont, généralement, pas été des best-sellers. Récréation n'est peut-être pas son sommet, mais c'est une très belle réussite, un disque qui plus est original rapport à la présence de ces sonnets introductifs, sublimes et ne gâchant absolument pas l'ensemble. Un des moins connus des albums de Nougaro, mais passer à côté, pour un fan de chanson française, serait criminel. 

FACE A

Les Petits Pavés

Sanguine, Joli Fruit

La Java Du Diable

Les Enfants Qui Pleurent

Mathilde

FACE B

Ah ! Si Vous Connaissiez Ma Poule

Le Scaphandrier

Un Jour Tu Verras

La Javanaise

Bonhomme

Pouet-Pouet