TK1

J'ai découvert cet album (le seul que je possède du groupe) sur un assez important tard : sorti en 2004, ce n'est qu'en...2015, soit plus de 10 ans après (chapeau bas, le ClashDo, toujours sur le pont en première ligne), que je suis enfin tombé sur le disque. Mais je connaissais déjà deux de ses chansons, quasiment sans le savoir. Enfin, si, je savais que je les connaissais, ah ah, mais je ne savais pas que c'était sur cet album, ni quel était le groupe les ayant enregistrées. La lose. Parce que ces deux chansons sont, pour la première, encore diffusée à la radio, régulièrement, et pour la seconde, la source d'un passage cultissime, utilisé en publicité, réutilisé par d'autres groupes en live (Coldplay, U2, Imagine Dragons...). La première de ces chansons, c'est Somebody Told Me, petite bastos prépunk speedée de 3 minutes. La seconde, c'est le plus long (5 minutes) All These Things That I've Done. Le passage central dont je parlais, vous le connaissez forcément : le groupe répétant, de plus en plus fortement, avec accompagnement progressif des instruments et de choristes, I've got soul but I'm not a soldier. Frissons garantis . Et le groupe ? The Killers, groupe américain formé en 2002, constitué de Brandon Flowers (chant, synthés), Dave Keuning (guitare, Mark Stoermer (basse) et Ronnie Vanucci Jr (batterie). Ce disque, sorti en 2004 donc, est le premier opus (depuis, ils en ont fait quatre autres, le dernier en 2017, plus un live) de ce groupe au nom assez agressif, les Tueurs. Il s'appelle Hot Fuss

TK2

Long de 45 minutes dans sa version vinyle de 11 titres (qui est celle que je possède, en pressage orange translucide d'ailleurs, ce qui ne gâche rien ; le CD rajoute un ou deux bonus-tracks selon les pays), Hot Fuss sera la source de quatre singles qui cartonneront, et l'album lui-même sera d'ailleurs un assez fort succès. Les singles en question, j'en ai déjà cité deux plus haut, et les deux autres sont Mr. Brightside et Smile Like You Mean It. Quatre morceaux qui forment la quasi totalité de la première face d'un album fortement imprégné de post-punk, new-wave (c'est quasiment la même chose) et de pop, super bien produit, nerveux mais mélodique, pas violent mais pas sirupeux pour un sou. On n'est pas ici face à un groupe du style Coldplay, qui tentent désespérément de faire croire qu'ils font de la pop/rock alors que c'est souvent du gloubiboulga sonore assez bordélique. D'ailleurs, les Killers (ce nom de groupe est tout de même plus propice à du hard-rock ou du punk qu'à du rock indépendant, mais bon, on ne m'a pas demandé mon avis) posent vraiment comme des rockeurs sur les photos de promo, voir ci-dessus, alors que Coldplay, on s'attendrait presque à les voix avec un verre de jus de goyave/yuzu ou un bol de salade de tofu en main, posant devant une boutique vegan. Hot Fuss s'ouvre sur une chanson mémorable, sans doute ma préférée de l'album, Jenny Was A Friend Of Mine, l'histoire d'un homme témoignant au tribunal, ou au commissariat, suite à la mort, par assassinat, d'une fille, qu'il connaissait. Le mec se défend de l'avoir tuée, c'est pas lui, il raconte qu'il la connaissait, l'aimait, qu'en effet ils s'étaient promenés et un peu engueulés ce soir-là, mais c'est pas lui.

TK3

Les paroles sont cependant ambigües (et en live, encore plus, Flowers transformant certaines paroles, She couldn't scream while I held her close devenant parfois She couldn't scream while I held her throat ou She kicked and screamed while I held her throat), même si ça reste du 50/50. Musicalement, c'est immense, et surtout la basse de Stoermer (qui a co-écrit le morceau), rebondissante, virevoltante, tabassante, inoubliable. Ce morceau m'a encore plus fait aimer la basse, c'est dire ! Rien que son intro (qui est, donc, aussi, celle de l'album), avec ses bidouillages de synthé cédant la place à un riff simplissime, une petite ruade de batterie et la basse qui déboule, est jouissive. Quant au chant, habité, puisssant, très rock (et Flowers possède une voix aiguë mais loin d'être énervante)... We had a fight on the promenade, out in the rain... Si ce morceau est mon favori de l'album, le reste est d'un niveau exemplaire, notamment les quatre singles. Smile Like You Mean It est sublime, Somebody Told Me défouraille grave (Somebody told me/that you've got a boyfriend/who looks like a girlfriend), All These Things That I've Done est un modèle de construction, imparable (le début du morceau amène tout naturellement au passage centrl gospélisant I've got soul but I'm not a soldier, mais quand le morceau redémarre, ça se fait, aussi, tout naturellement, sans que ça choque ou que ça semble forcé) et inoubliable. On notera aussi Everything Will Be Alright, morceau le plus long (5,40 minutes) et final, grandiose, et des titres d'apparence moins forts, mais vraiment réussis, comme On Top, Believe Me Natalie et Change Your Mind. Rien, absolument rien n'est à retirer des 11 titres de cet album totalement réussi, un des meilleurs de son époque, un des disques de 2004 aussi. Et pourtant, 2004, c'est l'année du Funeral d'Arcade Fire, du Crêvecoeur de Daniel Darc, du Abattoir Blues/The Lyres Of Orpheus de Nick Cave & The Bad Seeds, du Me & Mr Johnson d'Eric Clapton, du second Libertines (éponyme), bref, d'albums vraiment efficaces (dans leurs genres respectifs). Depuis, les Killers me semblent avoir fait un peu moins parler d'eux, mais si vous voulez du bon rock, prenez Hot Fuss, c'est vraiment génial !

FACE A

Jenny Was A Friend Of Mine

Mr. Brightside

Smile Like You Mean It

Somebody Told Me

All These Things That I've Done

FACE B

Andy, You're A Star

On Top

Change Your Mind

Believe Me Natalie

Midnight Show

Everything Will Be Alright