LR4

On va parler aujourd'hui d'un artiste remarquable mais, aussi, chez nous (car dans son pays, les USA, on ne peut pas dire ça), remarquablement peu connu, et décédé en 2016 : Leon Russell. Natif de l'Oklahoma, ce mec possédait une voix que d'aucuns qualifieraient peut-être, les cons, de voix de cartoon façon Daffy Duck (force est de constater qu'au premier abord, il faut s'habituer), mais aussi et surtout un talent fou. Multi-instrumentiste  (piano, guitare, basse), auteur-compositeur, accompagnateur, il a notamment joué sur des productions de Phil Spector (on entend son piano sur certains titres du mythique album de 1963 A Christmas Gift For You From Phil Spector), il a été musicien de studio pour Boby Pickett ou les Byrds, et a sorti son premier single solo en 1965. Et son premier album en 1968, Look Inside The Asylum Choir. En 1969, il crée son propre label, Shelter Records, label qui, par la suite, signera notamment J.J. Cale. Il a fait partie de l'équipe de Delaney & Bonnie & Friends, fameux groupe de folk-rock. Plusieurs membres de ce groupe, ainsi que lui, vont s'associer à Joe Cocker, en 1970, pour une monumentale tournée, Mad Dogs & Englishmen (qui donnera lieu à un double live et un film-concert, en 1970), les deux hommes se sont rencontrés en 1969 quand Cocker a repris le Delta Lady de Russell. La tournée cartonne, c'est aussi un vrai foutoir, un bordel magnifique s'il en est. A la fin de la tournée, Russell fait un 'tour de con' à Cocker : il se barre et prend avec lui les musiciens de la troupe (Carl Radle, Jim Gordon, Don Preston, Bobby Keyes, les choristes Claudia Delta Lady Lennear et Rita Coolidge, Chris Stainton, etc), laissant le Cocker de Sheffield seul, carbonisé, et qui mettra un sacré bon bout de temps à s'en remettre.

LR5

Russell sort un album vraiment solo en 1970, Leon Russell (celui de 1968 n'était pas vraiment solo). Il multiplie les collaborations, parfois scéniques (Elton John). En 1971, il produit un single pour Bob Dylan, Watching The River Flow. Il participe au mythique Concert For Bangladesh de George Harrison et Ravi Shankar, interprétant un Medley : Jumpin' Jack Flash/Youngblood tétanisant (et jouant en accompagnateur sur le reste du concert). La même année, il sort son deuxième album solo, Leon Russell And The Shelter People. Ce disque marchera très fort mais est aujourd'hui totalement retombé dans l'oubli, en tout cas chez nous, et c'est dommage, car c'est une merveille totale de rock imprégné de folk et de soul. L'album a été enregistré avec une pléthore de musiciens et choristes, j'en ai cité pas mal plus haut car beaucoup ont fait partie de l'aventure de la tournée avec Joe Cocker. D'ailleurs, une des chansons s'appelle The Ballad Of Mad Dogs & Englishmen et se trouve dans le film-concert sorti à l'époque. Une pure splendeur que cette chanson. La voix de Leon, un peu particulière il est vrai (et son look aussi, cheveux longs, barbe plus ou moins longue, et souvent des chapeaux excentriques, gibus étoilés, etc), met du temps à se faire aimer. Ses chansons, elles, comme ici Sweet Emily, Stranger In A Strange Land, Alcatraz (chanson reprise par Jesse Ed Davis et par Nazareth), Crystal Closet Queen, sont immédiatement intouchables. 

LR6

On trouve aussi des reprises, trois précisément, sur cet album : le Beware Of Darkness de George Harrison, arrangée très étrangement à base d'un piano entêtant, et deux chansons de Bob Dylan, It Takes A Lot To Laugh, It Takes A Train To Cry et A Hard Rain's A-Gonna Fall. Si Leon Russell est un remarquable auteur-compositeur, il est également un interprète remarquable, ces trois reprises sont au moins aussi bonnes que les originales, et pour tout dire, je suis même encore plus fan de la version Russell de Beware Of Darkness (sur le fameux Concert For Bangladesh, il en chante un couplet, entre deux interprétés par Harrison) que de celle de Harrison ! Hérésie ? Ecoutez, et vous verrez (attention, je ne dis pas que la version initiale de Hari ne soit pas bonne, ô que non, c'est juste que je préfère celle de Russell) ! Leon Russell And The Shelter People (appelé ainsi en raison du label crée par Russell, Shelter Records, évidemment ; le disque, en Europe, sortira sur A&M Records) est un petit chef d'oeuvre de rock méconnu, un disque sublimement interprété et produit, sur lequel on entend notamment Jim Keltner, Don Preston, Carl Radle, Jesse Ed Davis, Eric Clapton, Claudia Lennear, Chris Stainton, Jim Price, Barry Beckett, parfois sur un seul titre. Produit par Leon Russell et Denny Cordell, enregistré notamment à Muscle Shoals (Alabama), c'est un album hélas oublié et à redécouvrir absolument. Seule sa pochette, qui fait très 'compilation pas vraiment officielle' et est vraiment moche, est à regretter. Musicalement, mon Dieu, c'est une pure perfection...

FACE A

Stranger In A Strange Land

Of Thee I Sing

A Hard Rain's A-Gonna Fall

Crystal Closet Queen

Home Sweet Oklahoma

Alcatraz

FACE B

The Ballad Of Mad Dogs & Englishmen

It Takes A Lot To Laugh, It Takes A Train To Cry

She Smiles Like A River

Sweet Emily

Beware Of Darkness