R-2780500-1300721468

Vous connaissez le Professor Longhair ? Si vous êtes curieux et que vous avez en votre possession les quatre volumes de la compilation New Orleans Funk, alors oui, vous le connaissez à coup sûr. Le Professor Longhair, de son vrai nom Henry Roeland Byrd a commencé sa carrière de chanteur assez sur le tard étant donné qu'il a débuté en 1949, alors qu'il était âgé de 30 ans. Il obtiendra un premier succès en 1950, puis ça se tassera un peu. Il sortira des 45 tours au cours des années 50, mais ça ne défoncera pas les charts. Puis, dans les années 60, comme bon nombre d'artistes de blues, il va complètement tombé dans l'oubli, avant d'être redécouvert au tout début des années 70. Ce n'est qu'en 1974, à l'âge de 55 ans que va lui être offerte la possibilité d'enregistrer un premier album. Mieux vaut tard que jamais. D'ailleurs, je vous avoue que ce disque, j'ai été quelque peu emmerdaillé pour le mettre dans une catégorie. Vous avez vu son titre ? Rock 'N'Roll Gumbo. Ce titre ne trompe pas sur la marchandise. Mais, le Professor Longhair étant à l'origine un artiste de blues et comme ses racines blues ressurgissent tout au long de l'album, j'ai donc décidé de classer ce disque dans la catégorie blues. Et sinon, que vaut-il ce premier opus du Professeur aux cheveux longs ? Il est tout simplement bandant !

On dit toujours qu'il ne faut jamais se fier à la pochette pour juger de la qualité d'un album, c'est absolument vrai, mais celle-ci dégage quelque chose. Rien qu'à la regarder, on sent de suite que l'album va être une tuerie. Le Professeur, lunettes devant les yeux, les cheveux blancs, costume bleu et cravate fantaisiste et assis derrière son piano, regardant sur sa gauche ce qui pourrait être très certainement l'arrivée d'une foule attirée par la musique qui est en train d'être jouée. Vous me suivez ? Autant que vous le sachiez : j'adore cette pochette. Et, il faut que vous sachiez aussi ceci : sur cet album, aucune trace de chansons originales. Le Professeur l'a-t-il jouée flemmarde ? Absolument pas. Car s'il y a bien des reprises de chansons de d'autres artistes, il y aussi des nouvelles versions de ses propres chansons. On commence par quoi ? Allez, pour changer, on commence par les nouvelles versions des chansons du Professeur. Sont ainsi retouchées : Meet Me Tomorrow Night, Doin' It, How Long Has That Train Been Gone, Tipitina, Mean Ol' World, Hey Now Baby et (They Call Me) Doctor Professor Longhair. Je n'ai pas suffisemnt d'informations pour vous l'affirmer de façon sûre et certaine, mais toutes ces chansons voient leur version originale naître dans les années 50. Quid de la qualité ? Comment vous dire... De la putain de vraie bonne musique. Certes, ça n'offre pas beaucoup de variations, mais c'est un vrai régal. S'il fallait déterminer une chanson un cran en-dessous des autres, ce serait Meet Me Tomorrow Night. Et, parmi tous les titres que je viens de citer, un n'est pas une chanson, mais un instrumental : Doin' It. C'est tout simplement tuant. Le piano du Professeur fait des ravages. Sur ce disque, on a aussi un morceau particulier : Stag-O-Lee. Le Professeur l'a seulement arrangée étant donné que cette chanson, aussi connue sous le nom de Stagger Lee, est une chanson traditionnelle ricaine de la fin du 19ème siècle. La version la plus connue date de 1958 et a été interprétée par Llyod Price. 

Et maintenant, place aux reprises présentes sur ce disque. Elles sont au nombre de quatre. A commencer par Junco Partner, qui ouvre le disque. Un standard du blues qui a vu le jour pour la première fois en 1951. A noter que les Clash en feront une reprise sur le bordel sonore qu'est Sandinista ! La version du Professeur est très bonne, mais c'est aussi, il faut le dire, le morceau le moins marquant de l'album. Nous avons Rockin' Pneumonia And Boogie Woogie Flu. Une chanson rock 'n'roll interprétée pour la première fois en 1957 et qui est tout simplement énorme. La reprise du Professeur l'est aussi. A noter au sujet de cette chanson que les fans d'Eddy Mitchelle la connaissent bien étant donné que Schmoll en a fait une adaptation sous le titre de Pneumonie Rock Et Boogie Woogie Toux sur le moyen Rock 'N'Roll de 1970. Hank Williams (excusez du peu) est aussi repris via Jambalaya. Et c'est tout simplement excellent. Et enfin, the last one, la dernière reprise, et pas n'importe laquelle : Mess Around. Chanson écrite par Ahmet Ertegün et interprétée par la première fois par... tenez-vous bien... Ray Charles ! Ahmet Ertegün, pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est celui qui a fondé Atlantic Records et qui a eu Ray Charles à son catalogue, ainsi que bien d'autres grands artistes. On ne va pas se mentir les mecs : la version du Genius est un monstre absolument intouchable. Mais, celle du Professeur n'est en aucun cas à jeter aux orties. C'est vraiment énorme. Entre les mains de ce pianiste génial, Mess Around devient un instrumental fidèle au modèle original, mais qui se permet de s'offrir quelques accent de mambo et de rumba !

Album tout simplement excellent que ce Rock 'N'Roll Gumbo, même si, sur les douze chansons proposées, Junco Partner et Meet Me Tomorrow Night sont un cran en-dessous, mais rien de méchant, je vous le garantis. Malheureusement, cet album n'est pas facile à trouver, mais, ce qui est étonnant, c'est que lorsqu'on le trouve, le prix est très compétitif. Je ne saurais donc que trop vous conseiller de d'abord l'écouter et ensuite de partir à sa recherche, vous ne serez pas déçus. Et puis, cela fera aussi accessoirement une belle pochette de plus à rajouter à votre collection de vinyles. 

6fc65b320076ef1a0380c8336c6fbf03

Face A

Junco Partner

Meet Me Tomorrow Night

Doin' It

How Long Has That Train Been Gone

Tipitina

Rockin' Pneumonia And Boogie Woogie Flu

Face B

Jambalaya

Mean Ol' World

Stag-O-Lee

Mess Around

Hey Now Baby

(They Call Me) Doctor Professor Longhair