81CXPicumzL__SS500_

Bon, là les gars, on est mal. On est très mal. On est super mal. On est archi mal. Ça va, vous avez compris ou je continue ? On est archi mal car voici que déboule ce que l'on pourrait appeler le magnum opus de Pascal Obispo. J'en tremble de partout à l'idée d'en parler. Mais bon, maintenant que je me suis lancé, il va bien falloir aller jusqu'au bout. Plus possible de faire marche arrière. L'album que je vais vous présenter aujourd'hui s'appelle donc Studio Fan - Live Fan et est sorti en 2004. Comme son titre l'indique, c'est un double album. Un en studio et un en live. Même si sur ce dernier, on a la présence de trois chansons studio et nique la logique comme on dit. Il faut que vous sachiez que lors de la sortie de ce truc, il était possible de choper soit les deux disques ensemble, soit l'album studio seul. J'aurais pu ne parler que de l'album studio, c'est vrai, mais je ne veux pas faire les choses à moitié alors je vais parler des deux d'un coup. Il va me falloir bien du courage. Mais à vous aussi il va vous en falloir, je peux vous le garantir. Parce que ce double album défie toutes les lois de la dauberie musicale. On est face à un truc tellement...disons nul pour être sympa, que l'on en ressort pas indemne. Vous êtes prêts pour un voyage gratuit en Enfer ? Alors c'est parti, attachez vos ceintures et prenez des sacs en papier ou en plastique pour gerber, ils vous seront très utiles, croyez-moi.

Studio Fan :

Incroyable mais vrai... malheureusement, cinq chansons de ce gigantesque tas de boue ont été publiées en single. Cinq chansons, vous avez bien lu. Je sens déjà poindre les premières douleurs rectales. Je parlerai de cinq bien entendu, mais je vais m'attarder sur deux en particulier. La première, qui ouvre le disque d'ailleurs, c'est Fan. Ça vous dit forcément quelque chose. De toutes façons, vous n'avez pas le choix étant donné que l'on nous a servi cette chanson jusqu'à l'overdose. Et ça continue d'ailleurs. Vous le savez tous, Pascal Obispo est raide dingue de Michel Polnareff, on ne peut pas lui reprocher. Par contre, on peut évidemment lui reprocher le fait d'avoir toujours vu en lui un héritier de Polnareff. Fan lui est dédiée, en pompant ouvertement Lettre A France. Si j'exiiiste, j'exiiiste, c'est d'êêêtre fan, fan fan fan fan. Quand on entend ce machin-là, la première pensée qui nous vient à l'esprit n'est nulle autre, même si on est pas bricoleur pour un sou, que d'aller aiguiser une meuleuse et d'aller couper les jambes, la bite et la tête d'Obispo. C'est insupportable. Vous trouviez que Polnareff avait vieilli au moment où il a fait son retour en 2007 ? Cherchez pas plus loin, ça vient de là et pas du blues. Et l'autre chanson, attention aux crises d'hémorroïdes, c'est Mourir Demain. Encore une que l'on nous a balancée jusqu'à l'overdose. Et ça continue. Cette chanson, chantée en duo avec Natasha St-Pier est un rock abominable. Obispo a dit de lui qu'il était un enfant du rock. Mais ça ne suffit pas pour faire un bon rock. Quant à Natasha, elle qui avait déjà deux grosses casseroles au cul après avoir chanté Tu Trouveras et Je N'Ai Que Mon Âme a creusé un peu plus sa tombe en prenant part à Mourir Demain. Les trois autres chansons sorties en single se nomment La Prétention De Rien, Zinédine et C'Est La Musique (D'Un Piano A L'Autre)... Faites fumer à Obispo une dernière clope ou un dernier joint, faites boire à Obispo un dernier verre d'alcool et faites-lui faire une dernière prière et... vous connaissez la suite, je vous en supplie. Merci L'Artiste (en espérant qu'il ne parle pas de lui), Quelqu'un Nous Appelle, Je Suis De L'Atlantique (non Pascalou, Bergerac est quand même assez loin des plages de l'Atlantique), Besoin De Rêver et Une Folie De Plus sont tout simplement INTORDABLES. On dépasse carrément le simple stade de l'anthrax sonique. Mais, il y a encore pire, je vous le jure. Tout d'abord It's A Pleasure To Work With You Guys : une merde atomique, une déflagration polluante telle que la catastrophe de Tchernobyl, à côté de ça, passerait pour un simple feu de cheminée. Mais le pire du pire du pire du pire, c'est cette reprise de La Bombe Humaine de Téléphone. On a dit que Corine Marienneau n'avait pas pris part à l'aventure des Insus parce qu'elle était fâchée avec Aubert, Bertignac et Kolinka pour des histoires de blé. Moi, j'ai ma version des faits et elle tient debout : elle a la dent dure contre ses ex-potes de Téléphone car ils ont laissé Obispo reprendre une de leurs chansons, tout simplement.

obispo2004_238738

Live Fan :

51ZVvK9bEhL__SX355_

Un bonheur n'arrive jamais seul, nous dit-on, permettez-moi d'en douter. Par contre, ce qui est sûr, c'est qu'un malheur n'arrive jamais seul. Et en voici une belle preuve car maintenant, je m'attaque à l'album live. Même si, je le répète, trois chansons présentes sur cet album live, sont des chansons studios. Dîtes-moi, vous ne trouvez pas qu'il y a une bonne grosse odeur de merde par ici ? Enfin, je veux dire, une bonne grosse odeur de merde qui s'est intensifiée ? Si ? Vous me rassurez. Pas de doute, vous avez bien toute votre tête. C'est moi qui n'a plus la mienne à vouloir parler de ça. Quinze chansons sont au programme et laissez-moi vous dire avec beaucoup de finesse que vous n'allez pas tarder à chier du sang. Que trouve-t-on ici. Bien entendu, ce cher Pascal reprend certaines de ses propres chansons. Et, parmi ces chansons, trois ne sont jamais parues sur un album original du chauve de Bergerac. A commencer par Les Fans Et Les Chansons D'Abord. C'est qu'il a un grand coeur notre Pascalou. Est-il possible que tout, à l'exception du talent, soit en proportion chez lui. On ne me la fait pas à moi, je sais à quoi vous avez pensé. Il y a aussi Millésime, chanson sortie en 2002. Cette chanson, et je suis très sérieux, je n'en dirai aucun mal. Absolument aucun. Je ne l'aime pas, mais là n'est pas la question. Cette chanson célèbre le miracle de la naissance pour qui éprouve le profond désir de devenir père. On sent la sincérité d'Obispo et la fierté qui fut la sienne d'avoir enfanté, donc sur ce coup, je ferme ma gueule. En revanche, je ne fermerai pas ma gueule sur Sa Raison D'Être. Chanson sortie en 1998 certes pour une bonne cause, mais incroyablement à chier des briques en triangle. Une chanson nulle en studio ne peut pas devenir bonne en live. Certes, la magie du live existe, mais là, faut pas déconner. Sont chantées également Zinédine, Personne, Pas Besoin De Regrets et Assassine. Tous aux abris ! C'est encore pire que les bombardements de Dresde, Pearl Harbor, Hiroshima et Nagasaki ! Et je ne parle même pas de la reprise du Frozen de Madonna (faite en studio) et chantée de nouveau avec Natasha St-Pier. La version originale, datant de 1998, est déjà loin d'être un modèle de réussite, mais là, ça dépasse l'entendement. Mais, et ne me remerciez pas, je vous ai gardé le pire de tout pour la fin. Pas moins de sept chansons de Michel Polnareff sont reprises. Et certaines, six sur sept en fait, font partie des chefs-d'oeuvre de l'Amiral : Je Suis Un Homme, Lettre A France, Tout Pour Ma Chérie, Le Bal Des Laze, Nots Mots D'Amour et L'Amour Avec Toi. Ces deux dernières étant faites en studio. Dire de ces versions qu'elles sont des massacres serait encore être très loin de la vérité. Bon nombres de grands artistes français se sont fait charcutés par des tocards qui en sont ou qui en étaient fans, mais là, on peut dire que c'est vraiment Polna qui a le plus douillé. Goodbye Marylou, quant à elle, c'est encore autre chose. La version originale, oeuvre d'un Polnareff déjà perdue pour la musique, était putassière bien comme il faut, mais comparée à cette version live made in Obispo, c'est du caviar de la Baltique ou de n'importe quelle autre mer. Ouf, je suis arrivé au bout de cette chronique, mais j'ai bien cru mourir cent fois. Habituellement, je ne crois pas en la théorie de la fameuse lumière blanche, mais là, j'ai pu en apercevoir quelques rayons. Ne me demandez surtout pas de faire un dernier paragraphe en guise de conclusion, j'ai déjà assez souffert comme ça et vous aussi je pense.

Pascal-Obispo-en-2004

Studio Fan :

Fan

La Prétention De Rien

Merci L'Artiste

Quelqu'un Nous Appelle

Mourir Demain

Je Suis De L'Atlantique

La Bombe Humaine

Besoin De Rêver

D'Un Piano A L'Autre (C'Est La Musique)

Zinédine

Une Folie De Plus

It's A Pleasure To Work With You Guys

 

Live Fan :

Les Fans Et Les Chansons D'Abord

Lettre A France

Je Suis Un Homme

Goodbye Marylou

Le Bal Des Laze

Zinédine

Personne

Millésime

Pas Besoin De Regrets

Assassine

Sa Raison D'ëtre

Nos Mots D'Amour

L'Amour Avec Toi

Frozen