R-8677922-1468573904-8508

Après avoir parlé de Muddy Waters hier, place aujourd'hui à un autre géant de blues : Howlin' Wolf, de son vrai nom Chester Burnett. Lequel, mais ce n'est finalement qu'un détail, avait pour particularité physique d'être un véritable colosse. Une particularité qu'il partageait avec Albert King par exemple qui lui aussi était une véritable armoire à glace. Enfin bref, passons. A celles et ceux qui ne le connaissent pas très bien ou pas du tout : vous vous demandez sûrement d'où vient ce nom de scène. C'est en fait très simple : lorsqu'il chantait Howlin' poussait souvent des cris ressemblant à ceux du loup... le nom de scène vient de là. Et, sachez également que ce mec avait une voix spéciale, mais absolument géniale ! Bon, maintenant que j'ai bien blablaté, j'en viens à l'album qui nous intéresse et qui s'intitule donc : Moanin' In The Moonlight, premier album du colosse, sorti en 1959, sous une pochette que je trouve d'enfer ! Mais, il faut savoir que cet album, même s'il est considéré comme tel dans la discographie d'Howlin', n'est pas un album. C'est en fait une compilation de chansons sorties en singles sous le label Chess Records entre 1951 et 1959 (année de sortie du disque). Aucune chanson, je dis bien aucune, n'a été composée pour les besoins de ce disque. Mais, j'aime mieux vous dire que l'on s'en fout complètement étant donné que ce disque est un véritable régal de blues-rock. Tout amateur du genre prendra un panard phénoménal en l'écoutant. Et même ceux qui n'ont pas d'atomes crochus avec le genre seront très très certainement convaincus.

Sur les chansons présentes sur ce disque, le Loup a reçu un soutien de poids : celui de Willie Dixon, encore un géant du blues et bien connu des groupes de rock britanniques des années 60 et 70, notamment Led Zeppelin. Et pour cause, Dixon tient la contrebasse sur toutes les chansons et l'une de ses propres chansons a fait l'objet d'une reprise : Evil. Chanson qui, au passage, ouvre la face B. Si la version originale signée Dixon donc est vraiment tuante, celle du Wolf l'est tout autant. Bien malin est celui qui réussira à dire laquelle est la meilleure des deux et laquelle il préfère. Et les autres chansons alors ? Toutes sont signées de la main du Wolf lui-même. Le Wolf qui, je le précise, s'il composait ses chansons, ne s'accompagnait qu'à l'harmonica lorsqu'il chantait. Conscient qu'il avait une voix pas ordinaire, il préférait se concentrer sur le chant. Et, parmi les onze chansons signées par le Loup, on trouve notamment Smokestack Lightnin', énorme classique de son répertoire et énorme classique du genre, tout simplement. Et, il en va de même pour I Asked Her For Water (She Gave Me Gasoline), une putain de tuerie absolue ! Mais, il ne faut pas limiter cet album à ces deux chansons ou à la reprise de Dixon. Il y a vraiment du très gros matos ici. A l'image de No Place To Go. Enorme chanson, certes répétitive musicalement parlant, mais parfaite de bout en bout. Et, pour ne rien gâcher, on a droit à deux solos d'harmonica à tomber par terre. Solos d'harmonica assurés par le Wolf en personne. Et pour information, cette chanson est tout simplement ma préférée de l'album. Mais la chanson titre, How Many More Years, Baby How Long, I'm Leavin' You, Moanin' For My Baby, Forty-Four et Somebody In My Home sont elles aussi vraiment excellentes ! Il ne faut pas les négliger. Au final, il n'y a qu'une seule chanson qui soit un cran en-dessous des autres : All Night Boogie. Mais attention, n'allez pas croire qu'elle est mauvaise ou moyenne, ce n'est absolument pas le cas. Elle est simplement un petit cran en-dessous des autres. 

La conclusion s'impose d'elle-même : si vous êtes des mordus de blues-rock, alors cet album vous est absolument indispensable ! Et il saura se faire indispensable également pour tous ceux qui n'ont pas spécialement d'atomes crochus avec le genre ou qui ne le connaissent pas très bien. Putain, qu'est-ce que ça peut être chouette la musique lorqu'elle est l'oeuvre d'artistes de talent. Le fait de vous avoir proposé une chronique de cet album et de vous avoir donné, je l'espère, l'envie de le découvrir ou de le redécouvrir, m'a donné l'envie d'aller le réécouter sur-le-champ.

149

Face A

Moanin' In The Moonlight

How Many More Years

Smokestack Lightnin'

Baby How Long

No Place To Go

All Night Boogie

Face B

Evil

I'm Leavin' You

Moanin' For My Baby

I Asked Her For Water (She Gave Me Gasoline)

Forty-Four

Somebody In My Home