CN22

Les années 80 ont moyennement démarré pour le Petit Taureau, son album de 1980, Assez ! (son quatrième album studio pour Barclay), n'ayant pas été un succès commercial du tout, et étant, globalement, assez décevant, sans être non plus un ratage, n'exagérons rien. Claude Nougaro finira, en 1986, par se faire virer de Barclay, en partie parce que le nouveau directeur de la maison de disques, Philippe Constantin, n'aimait apparemment pas trop Nougaro (pas beau, ça), et parce que les résultats de vente de ses albums étaient, il faut le dire, moyens. Comme Nougaro le dira : je pensais être un as, je suis apparemment un has-been. Au moment où Nougaro sort, en 1981, cet album, on n'en est pas encore là, mais ça va commencer à gentiment sentir le roussi quand même. Sorti sous une belle pochette le représentant, bien fringué, droit comme un I, fier, dans un décor un peu délabré (faut-il y voir un signe ?), cet album porte un titre en jeu de mots, j'ai déjà dit que c'était une récurrence chez Nougaro. Chansons Nettes ('chansonnettes', évidemment) offre 10 titres pour un résultat plus court que de coutume, 33 minutes seulement. Parmi ces 10 titres, un est une nouvelle version d'une ancienne chanson de Nougaro, âgée alors d'une bonne vingtaine d'années : Je Suis Sous..., une nouvelle version qui ne s'imposait absolument pas.

CN23

Cette chronique, je vais essayer de la faire aussi longue que pour les précédents albums du cycle (et que pour les articles publiés, généralement, sur ce blog), mais je sens que je vais avoir du mal. Chansons Nettes marque une petite étape dans la carrière de Nougaro : il s'est apparemment fâché, brouillé avec son acolyte Maurice Vander (piano, composition, arrangements, présent depuis 1965), qui ne participe donc pas du tout à ce disque, une première ou presque. Par conséquent, Nougaro a été forcé de collaborer avec de nouveaux venus : Aldo Romano (qui signe les mélodies de trois morceaux : Visiteur, Rimes et L'Amour Meurt Jeune) qui est un batteur de jazz, Bernard Arcadio (pianiste de jazz, qui signe la musique de Nous Voici) et Fred Freed (compositeur, pianiste et chef d'orchestre autrichien, qui signe la musique de Vieux Vienne et C'Est Mon Coeur). Si Rimes est devenue un classique du répertoire du Toulousain (et est une superbe chanson), le reste de cet album, sans être mauvais, est généralement un petit peu similaire à celui de Assez !, soit un niveau assez frustrant de la part de Nougaro. 

CN24

On trouve quelques adaptations sur ce disque : Le Chat est adapté d'un morceau de Lalo Schifrin, Ca Fait Mal est adapté de Duke Ellington. Deux versions nougariennes correctes, pas transcendantes pour un sou cependant. Et on a cette nouvelle version de Je Suis Sous..., classique absolu de sa première période, mais qui, ici, ne sert à rien. Pourquoi s'évertuer à refaire un morceau intouchable ? Au moins, il n'a pas touché ainsi à Toulouse. Chansons Nettes, au final, est un disque court (ce n'est pas un mal que ce disque soit moins généreux que de coutume, même si la différence ne représente, en terme de durée, que 2/3 minutes, soit une petite chanson), et une nouvelle déception. Il me reste deux albums à aborder avant d'en finir avec le cycle, et j'espère vraiment que les deux albums qu'il me reste à écouter et à aborder seront meilleurs. Après, ce n'est pas mauvais, entendons-nous bien, mais quand même, Nougaro nous avait habitués à mieux !

FACE A

Nous Voici

Ca Fait Mal

L'Amour Meurt Jeune

Rimes

Vieux Vienne

FACE B

C'Est Mon Coeur

Le Chat

Visiteur

Vermifuge Lune

Je Suis Sous...