81CZhN6d7XL

En 1988, sort Marc Et Robert, le troisième album des Rita Mitsouko. Je vous vois venir : vous vous dîtes que c'est un nom pas vendeur pour un album, vous avez raison, mais Les Rita étaient coutumiers du fait. Là, comme ça, deux titres d'albums peu vendeurs me viennent à l'esprit : The No Comprendo et La Femme Trombone. Bref, fin de la toute petite digression. Je disais donc que ce Marc et Robert est le troisième disque studio de ce duo complètement fantasque, ce que j'ai oublié de dire, c'est que sur deux chansons (en version originale vinyle), Ringer et Chichin collaborent avec Sparks, un groupe de pop-rock ricain fondé en 1968. Sur la version CD, une troisième chanson en collaboration avec Sparks est proposée. Mais, comme à mon habitude, je parlerai de la version originale. Pour rappel : en 1984, Les Rita sortaient leur premier album : Rita Mitsouko. Lequel était franchement très moyen mais contenait le premier gros succès du groupe : Marcia Baïla. Deux ans plus tard, en 1986 donc, sortait The No Comprendo, un semi robinet à tubes puisque s'y trouvaient trois gros succès : Andy, Les Histoires D'A et C'Est Comme Ça. Et ce Marc Et Robert alors ? Il en contient des succès ? Oui, mais qu'un seul. Et cet album, que vaut-il ? On va voir ça dès maintenant !

Et si on commençait par le gros succès en question renfermé dans cet album, ça vous dit ? De toutes façons, vous n'avez pas le choix. Il se nomme Le Petit Train. Une chanson très chère à Catherine Ringer étant donné que son père, Sam Ringer, un polonais de confession juive, en 1940, fut victime de la déportation. Malgré un sujet sombre, la musique est très enjouée. Ce qui provoque un contraste saisissant. Mais, pour être franc avec vous, cette chanson-là ne me plaît pas des masses. La faute au chant de Catherine Ringer qui donne parfois envie de l'égorger. Chacun se fera son idée. Bon, le gros tube est passé, on peut à présent se concentrer sur la suite. Il y a dans cet album une chanson que l'on pourrait qualifier du tube mineur : Singing In The Shower qui est d'ailleurs une deux chansons de la version vinyle sur lesquelles Les Rita collaborent avec Sparks. Et là, en toute franchise, je n'aime pas du tout. On peut même dire que c'est la chanson ratée de l'album. Et, puisqu'on parle de Sparks, ils collaborent avec Les Rita sur Hip Kite. Laquelle est une chanson pop-rock bien 80's (limite hip-hop j'ai envie de dire), très bien branlée musicalement. Mais, encore une fois, il faut supporter le chant de Catherine Ringer et ce n'est pas toujours chose aisée. Il y a dans ce disque une chanson très à part dans l'oeuvre du duo : Smog. Qu'est-ce qu'elle a de particulier. Le fait d'être la seule chanson des Rita à être chantée par Fred Chichin. Et, c'est une excellente chanson, vraiment. Mandolino City est très bien branlée musicalement, mais, et c'est le problème de bon nombre de chansons de cet album, il faut encore une fois supporter la voix de Ringer. Laquelle pousse parfois des vocalises donnant l'impression qu'elle est en train, pardonnez-moi l'expression, de se faire enculer par un burin imprégné de soude et que l'on aurait ensuite trempé dans le verre pilé. En revanche, en ce qui concerne Perfect Eyes, il n'y a absolument aucun reproche à faire. Le chant de Ringer est ici parfait. Oui, elle savait chanter, mais il a fallu qu'elle en fasse souvent des caisses. Tongue Dance est très bonne aussi, mais peut-être un peu longue. Petite Fille Princesse est pas mal, mais sans plus. Pour ma part, elle ne me plaît pas des masses. En revanche, je suis totalement fan de Harpie et Harpo, chanson d'à peine 3 minutes, mais sur laquelle la guitare de Chichin fait des ravages. Non, elle n'est pas assourdissant ou quoi que ce soit, mais elle est jouée pile poil comme il faut et quand il faut. Le disque s'achève sur Ailleurs. Une très bonne chanson, mais sur laquelle, encore une fois, il faut se fader les petits délires vocaux de Ringer. 

Même moi qui suis tout sauf friand des Rita Mitsouko, je suis dans l'obligation de le reconnaître : Marc Et Robert est vraiment un très bon album. Je peux même vous affirmer que je le préfère mais alors largement à Rita Mitsouko (malgré Jalousie et Le Futur N°4) et à The No Comprendo. Il y a dans ce cru de 1988 une seule chanson qui est vraiment loupée. Mais, personne ne m'empêchera de penser qu'il aurait été largement meilleur si Catherine Ringer ne s'était pas laissé embarquer dans ses folies vocales. Si elle avait aussi bien chanté que sur Perfect Eyes. Je ne peux vous dire si je vous le conseille ou pas ce disque étant donné que je ne sais pas comment vous réagissez à la voix de Ringer. Ecoutez et faites-vous votre idée. 

grk_rh2140266_0

Face A

Hip Kite

Smog

Mandolino City

Le Petit Train

Perfect Eyes

Face B

Tongue Dance

Singing In The Shower

Petite Fille Princesse

Harpie Et Harpo

Ailleurs