CN16

En 1977, Claude Nougaro frappe un grand coup (peut-être pas en terme de ventes, mais en terme d'impact musical, artistique) avec Plume D'Ange, album prodigieux offrant notamment le long conte musical du même nom, composé et arrangé par Jean-Claude Vannier, qui fait partie des jalons de la chanson française. Mais si Nougaro est désormais définitivement installé comme un chanteur, un artiste, de grand talent et sur qui on sait qu'on pourra compter, il lui faut, tout de même, un gros succès populaire pour renouer avec les masses. Son début de carrière en offrait des tractopelles : Le Cinéma, Je Suis Sous..., Armstrong, Toulouse, Quatre Boules De Cuir, La Pluie Fait Des Claquettes, Paris Mai... Puis, par le biais d'albums plus structurés (ses premiers étaient grosso modo des regroupements de 45-tours assemblés par sa maison de disques d'alors, Philips), Nougaro peaufine de plus en plus son prisme musical, mais le succès, hélas, ne sera pas vraiment au rendez-vous. Il ne perd pas ses fans, va même en gagner d'autres en plus, mais le grand public préfère Stone & Charden, Hallyday, Sardou, Cloclo, la belle pêche de Michel (cette vanne ne sera pitête pas comprise de tout le monde, j'y suis résigné) ou Fugain et son Gros Bordel, que voulez-vous... Bon, OK, Dansez Sur Moi, en 1973, a bien marché, mais les albums, pour grandioses qu'ils sont (de 1971 à 1977, de l'intouchable absolu), se sont vendus correctement, sans plus. Il lui faut un hit, aussi vulgaire que ça puisse paraître, pour redorer son blason. Surtout qu'à l'époque, il me semble que Nougaro connaît une période assez sombre (alcool, blocage d'écriture). Ca sera la source d'un de ses plus grands hits, basé sur un morceau (O Que Sera A Flor Da Terra) du brésilien Chico Buarque : Tu Verras.

CN17

Ah, cette chanson... Tiens, on va faire un jeu, ensemble. Allez dans la rue, dans un magasin, sur votre lieu de travail (où vous vous trouvez peut-être), n'importe où il y à du monde, et demandez à plusieurs personnes (mais individuellement) de citer une chanson de Nougaro, une seule. Il y aura sans doute beaucoup de Toulouse (après tout, n'est-ce pas cette chanson qui fut diffusée par hauts-parleurs, le jour de la mort de Nougaro en 2004, sur la place principale de Toulouse, par la mairie ?), mais je peux vous parier mon dernier slip qu'il y aura aussi beaucoup, très beaucoup de Tu Verras. Vas-y, fais le test, et tu verras (ah ah ah). Sérieusement, cette chanson, l'une des plus connues du Toulousain (et si je devais répondre à cette question, je la citerai aussi, malgré que je pense que Toulouse est non seulement la plus belle chanson de Nougaro, mais une des plus belles chansons françaises de tous les temps), est un chef d'oeuvre. Tout Nougaro est là : son amour pour la musique d'ailleurs (comme je l'ai dit, à la base, c'est un morceau brésilien, le côté brésilien ressort très bien de la version nougarienne), son amour des mots, sa façon de scander les phrases, et le sujet, évidemment, celui d'un homme qui a été au plus bas et qui, tu verras, va remonter la pente, sortir la tête de l'eau et prouver son amour à sa belle en lui promettant plein de (belles) choses. C'est bien entendu le chef d'oeuvre de l'album, un disque très jazzy (évidemment), et qui, en 36 petites minutes (marrant, mais quasiment tous les albums de Nougaro font cette durée, comme si le Petit Taureau avait cette durée comme objectif), offre tout de même de belles choses.

CN18

Nobody Knows (titre anglophone, mais morceau essentiellement chanté dans la langue de Molière), blues jazzy monumental adapté d'un air traditionnel, Autour De Minuit qui se base sur un classique du jazz signé du grand Thelonious Monk, L'Aspirateur et Insomnie, tous deux mis en musique par Jean-Claude Vannier... Tu Verras offre aussi La Danse, morceau baigné d'un piano jazzy et parlant d'une école de danse, le narrateur s'y remémore ses souvenirs d'enfance. E Pericoloso Sporgersi (malgré le titre en italien, le morceau est interprété en français) se passe dans un train, le titre est un fameux avertissement indiqué sur les portes et fenêtres des trains en Italie, 'il est dangereux de se pencher'. Une assez bonne chanson, de même que Quand Freddy Est Parti (mis en musique par Maurice Vander, morceau poignant, à la Fernand de Brel, sur un musicien décédé, un accordéoniste) et le final, Mon Disque D'Eté, adapté de Quincy Jones, Nougaro a toujours su choisir ses classiques. Tous ces morceaux, il y en à 9 sur le disque, sont bons, voire même très bons, mais clairement, autant les précédents albums étaient globalement constitués de chansons aussi grandioses les unes que les autres, autant celui-ci offre une chanson qui, littéralement, écrase la concurrence. Tu Verras, qui ouvre la face B, est vraiment, de loin (ça n'enlève rien aux 8 autres titres, hein), le sommet de cet album à la magnifique pochette (Nougaro en pochard sous un réverbère qui l'éclaire). Il faut dire que celle-là, vraiment... Ah tu verras, tu verras, tout recommencera, tu verras, tu verras, la vie c'est fait pour ça, tu verras, tu verras...

FACE A

Nobody Knows

La Danse

Autour De Minuit

Quand Freddy Est Parti

E Pericoloso Sporgersi

FACE B

Tu Verras

Insomnie

L'Aspirateur

Mon Disque D'Eté