51BM181TrOL

Ça ne fait aucun doute : vous connaissez tous les Aphrodite's Child, un groupe grec composé de Lucas Sideras, Demis Roussos et Vangelis. Il y a eu aussi un autre membre : Silver Koulouris. Mais l'histoire de Koulouris est assez chaotique : quand les Aphrodite's Child se sont formés, ils étaient donc 4. Ils ont même enregistré un single. Mais, alors que le groupe se préparait à quitter la Grèce pour rejoindre l'Angleterre, Koulouris est rattrapé par ses obligations militaires et doit rester au pays. Quand Koulouris est libéré de ses obligations militaires, il part rejoindre Vangelis, Roussos et Sideras, bloqués à Paris par les évènements de mai 1968. mais, de façon inexplicable, il ne redeviendra jamais un maembre du groupe à part entière. Il participera à l'immense bordel sonore qu'est 666 en tant que musicien additionnel. Le groupe, sous forme de trio donc, sort son deuxième album en 1969. Et c'est de cet album dont je vais vous parler aujourd'hui. Il faut savoir qu'en 1969, les frictions vont bon train au sein de l'Enfant d'Aphrodite. On peut donc supposer que l'enregistrement de l'album a été compliqué. Mais, il faut croire que les tensions n'ont pas trop altérer la créativité du groupe étant donné que ce It's Five O'Clock, s'il n'est pas parfait, est un très bon cru.

teaserbox_11851649

L'album s'ouvre sur un des plus gros succès du groupe. Une chanson qui, en plus d'être la chanson titre est une vraie petite splendeur : It's Five O'Clock. Chantée par Demis Roussos la chanson est, comme je le disais, superbe. Absolument indémodable. Après ce vrai chef d'oeuvre, Wake Up prend le relais. Une excellente chanson guidée par le piano puissant tenu par Vangelis. La chanson qui suit s'appelle Take Your Time, laquelle est chantée par Lucas Sideras. Et là les gars, on est clairement sous l'influence des Beatles. On imagine sans aucun mal les Fab Four composer une chanson comme celle-là. Et, pour bien corroborer cette influence, Sideras chante peu ou prou comme Ringo Starr. Sinon, c'est une très bonne chanson avec la guitare sèche virevoltante de Demis Roussos. On pourra cependant regretter ce final où l'on entend des bruits de foule sur fond d'harmonica et de piano. Enfin, quand je dis bruit de foule, j'exagère un peu, ce sont probablement juste tous ceux qui été présents dans le studio au moment de l'enregistrement de cette chanson que l'on entend. A présent, le silence va se faire, car voici qu'arrive la merveille absolue de l'album : Annabella. Une chanson d'une beauté à tomber. Le bruit de la mer, la guitare sèche et le chant de Roussos, la flûte de Vangelis et la batterie de Sideras... tout est ici exceptionnel. Plus fort et plus beau encore que It's Five O'Clock... Il faut le faire ! Malheureusement, la face A s'achève sur une mauvaise chanson : Let Me Love, Let Me Live. Au début, elle ne l'est pas, mais c'est son final qui est exaspérant. Un final durant lequel le rythme s'accélère de plus en plus avec des let me love répétés à maintes reprises... et franchement, à la longue, ça devint insupportable et ça nique la chanson, tout simplement. 

La face B s'ouvre sur Funky Mary. Un titre qui finalement n'a pas lieu d'être puisque de funk, il n'est ici pas question. On lorgne bien davantage du côté du rock psychédélique. Toujours est-il que cette chanson, excellente au demeurant, est le morceau le plus à part sur ce disque, car dégageant une drôle d'atmosphère. Les cymbales de la batterie de Sideras sont soumises à un gros effet d'aspiration du meilleur de la meilleure eau. 2 minutes et 46 secondes pour Good Time So Fine. 2 minutes et 46 secondes qui, à défaut d'être fantastiques, sont tout de même bien sympathiques. Des couplets lents avec en fond le piano de Vangelis et les coups de cymbales de Sideras. Les refrains, quant à eux, sont très énergiques. Bien sûr, ce n'est pas le sommet de l'album, mais qui pourra dire que ça ne vaut rien ? Une petite ballade, ça vous dit ? Ça tombe bien car voici qu'arrive Marie Jolie. Chantée par Demis Roussos, une jolie (c'est le cas de le dire) chanson, mais qui a pour défauts d'être un peu facile et de durer un peu trop longtemps. Cependant rien de rédhibitoire. La face A se terminait sur une mauvaise chanson... et c'est malheureusement le cas de la face B également. Such A Funny Night est vraiment à chier des briques. Enervante au possible et beaucoup trop longue malgré ses 3 minutes et 13 secondes. Cette chanson est incontestablement LE foirage de l'album. A côté, Let Me Love, Let Me Live est excellente. 

Et voilà pour ce second album de l'Enfant d'Aphrodite. Un album qui magré ces deux purges que sont Let Me Love, Let Me Live et Such A Funny Night, est d'un très bon niveau. Même si, je ne vais pas vous le cacher, le meilleur album du groupe restera ad vitam aeternam le foutoir sonore (double qui plus est) qu'est 666. Vous ne connaissez pas It's Five O'Clock ? Alors, écoutez-le vite. Malgré les deux mauvaises chansons qui parasitent la fin des deux faces, il mérite vraiment l'écoute !

3005946055_1_3_mYKkzFh0

Face A

It's Five O'Clock

Wake Up

Take Your Time

Annabella

Let Me Love, Let Me Live

Face B

Funky Mary

Good Time So Fine

Marie Jolie

Such A Funny Night