CN1

Ca ne plaira peut-être pas à certains, qui diront mais pourquoi tu parles de ça ici, ton blog s'appelle "Rock Fever", c'est censé parler de rock, pas de chanson française, tu t'égares, etc, etc, mais je m'en fous, car ça fait depuis la préhistoire de ce blog, qui existe depuis 2009, que des albums d'autres genres que le rock sont abordés ici. C'est un blog musical, tout simplement. Récemment, MaxRSS, présent sur le blog depuis environ trois mois (et depuis autant de temps, le blog a vraiment retrouvé un rythme de croisière), a fait un petit cycle de chansons de Boris Vian, ainsi que des chroniques (et c'est pas fini) sur Johnny Hallyday, j'en ferai aussi quelques unes bientôt. I a aussi fait, récemment (il y à un ou deux mois, en fait, mais comparé au traité de Versailles,c'est tout de même récemment), deux articles sur Claude Nougaro. Deux autres avaient déjà été faits, ici, il y à longtemps. Par paresse, parce qu'il y à tellement de choses à aborder, et parce que je ne possédais que trois albums de ce chanteur (les deux abordés ici il y à longtemps, et  Nougayork, que Max a fait récemment), j'avais arrêté là. Quand Max a fait Femmes Et Famines, récemment j'ai directement eu envie d'écouter ce disque, par la force des mots (ça va, Max ? prends pas la grosse tête, hein ? ah ah ah). Forcément, ça passerait par le vinyle, les albums de Nougaro étant, pour beaucoup d'entre eux (pour ceux allant de son premier à, disons, le début des années 80), introuvables, ou presque, en CD. Ce qui n'est pas un cas isolé (Nino Ferrer, Jean Ferrat, par exemple...).

CN2

Et puis je tombe, sur Amazon, sur un coffret de 12 CD vendu à un prix tellement riddikulus que je l'ai acheté direct. Même pas 30 euros pour la quasi totalité des albums de Nougaro allant de 1964 à 1985 (il en manque, je crois, deux, dont Récréation). Tu me connais, hein ? Fallait que j'en parle ici. Et je n'allais pas faire un article sur ce coffret, ça n'aurait aucun sens. Bref, petit cycle Claude Nougaro sur le blog, par ordre chronologique, pas un article par jour cependant (la programmation du blog est à l'heure actuelle assez remplie), mais les prochains viendront progressivement, au fil de l'eau. Ne vous étonnez donc pas si, dans les prochains jours, il y à une chronique sur un album de Nougaro, puis plus rien pendant une ou deux semaines. Le cycle prendra peut-être du temps, mais sera achevé ! Ce premier article aborde un album un peu particulier. Il faut savoir qu'à la base, Nougaro a démarré sa carrière avec des EP, des albums au format 20cm (et 33-tours) comprenant 8 titres, parfois moins, et des 45-tours. Son premier album digne de ce nom date de 1966. En 1964, un 33-tours de 35 minutes (et 12 titres) est sorti, dans une collection du nom de "Les Grands Auteurs-Compositeurs & Interprètes". Un album de Gainsbourg au moins (Percussions) a eu droit à une sortie dans cette collection. Ce premier album long-format de Nougaro ne porte pas de titre, on va l'appeler Claude Nougaro, donc, même si, sur le coffret, c'est sous le nom de Cécile, Ma Fille, qu'il est répertorié, à vous de voir, moi, j'ai choisi. Sa pochette ne casse pas des briques : une photo de Claude, jeune (si la photo date de l'année de sortie de l'album, il avait 35 ans ; né en 1929, mort en 2004, il a démarré sa carrière assez tardivement, il avait 29 ans au moment de la sortie de son premier disque). Au dos, c'est pire, le tracklisting, c'est tout.

CN3

Ce disque, sinon, renferme des chansons qui, toutes, sans exception, furent auparavant publiées sur les divers premiers albums (les fameux EP), précisément sur Le Cinéma (1962) et Je Suis Sous... (1963), ainsi que sur un 45-tours indépendant. Il suffit de regarder la liste des chansons pour en juger : sur les 12 titres, au moins 5 sont des classiques inusables non seulement de ce grand chanteur qu'était Nougaro, mais de la chanson française, tout simplement. Quiconque a déjà entendu Cécile, Ma Fille (sur la naissance de sa fille, qui s'appelle Cécile, hé oui), Le Jazz Et La Java (basé sur Hayden, ce thème musical a aussi inspiré Dave Brubeck, Three To Get Ready), Le Cinéma, Je Suis Sous... (Oh ! Marie-Christiiiiiine !!) et Une Petite Fille sait de quoi je parle. Nougaro était fan de jazz et ça s'entend fortement, déjà, ici, entre le piano électrique, la contrebasse, la batterie jazz, la guitare... Essentiellement mis en musique par le grand Michel Legrand (enfin, non, essentiellement, j'exagère : sur les 6 titres, il n'en signe la musique que de la moitié, l'autre, c'est par Jacques Datin), ce premier album qui n'en est pas vraiment un, cette sorte de compilation offre des morceaux intégralement écrits (je parle des textes) par le toulousain à l'accent chantant. Ouh ! (Allez-Y Les Bergères), Les Don Juan, Ma Fleur, Mon Assassin, autant de morceaux remarquables, très différents les uns des autres, qui font de ce disque composite, sans doute pas évident à trouver en vinyle (j'avoue ne pas avoir effectué de recherches, donc si ça se trouve, on le déniche facilement), une réussite. On passe d'une chanson assez rigolote (Je Suis Sous...) à une ode à la naissance et à la paternité (Cécile, Ma Fille), d'une chanson qui utilise le jargon du Septième Art pour parler de l'amour (Le Cinéma) à une chanson aux paroles plutôt ambigües (Mon Assassin)... Aucune des chansons ici, même les moins connues (L'Eglise malgré un orgue électrique un petit peu trop présent, Les Mines De Charbon), ne sont ratées, faisant de ce disque un peu à part un album sinon idéal, du moins conseillé pour découvrir la discographie de ce grand chanteur aujourd'hui, j'en ai bien peur, assez retombé dans l'oubli, hélas. 

FACE A

Une Petite Fille

Les Don Juan

Cécile, Ma Fille

L'Eglise

Ouh ! (Allez-Y Les Bergères)

Mon Assassin

FACE B

Je Suis Sous...

Le Cinéma

Le Jazz Et La Java

Chanson Pour Marilyn

Les Mines De Charbon

Ma Fleur