51W98JfFKfL

Lorsque qu'en août 1986 sort le nouvel album de Motörhead, il y a encore eu beaucoup de changements au sein du groupe. D'abord, Brian Robertson, qui avait rejoint le groupe en 1982 est parti car, lors d'une tournée au Japon, il avait refusé de jouer les anciennes chansons de Motörhead. Ce qui, vous vous en doutez, a très fortement déplu à Lemmy. Mais, la séparation s'est faite à l'amiable. Suite au départ de Robertson, il a donc fallu trouver un nouveau guitariste. Pas mal d'auditions ont été faites. Phil Campbell fut retenu ainsi qu'un total inconnu : Würzel. N'ayant pas le cœur d'en gicler un, Lemmy gardera donc les deux. Mais, pendant que Lemmy auditionnait Würzel, voilà que Phil Taylor décide de se barrer à son tour. Il faut donc trouver un nouveau batteur. C'est Campbell lui-même qui suggéra à Lemmy d'engager Pete Gill qui avait cogné chez Saxon de 1977 à 1981. Pour la première fois, Motörhead est un groupe de quatre, avec trois nouveaux membres. Voyant cela, Bronze Records ne croit plus en la réussite de groupe. A tel point que le label préférera sortir une double compilation plutôt que de tabler sur un nouvel album motörheadien. Lemmy s'en mêle, choisit lui-même les chansons qui figureront sur cette compilation et obtient que le groupe enregistre quatre nouvelles chansons exprès pour elle. Après ça, le groupe et le label entrent en conflit. Lemmy reprochant au label de ne pas avoir fait proprement la promotion des différents albums de son groupe. Le procès s'étale sur deux ans. De 1984 à 1986. Durant ces deux ans, le groupe tourne à fond en Australie et en Nouvelle-Zélande puis à fond lors des différents festivals européens. En 1986, le procès est gagné, les managers de Motörhead rachètent le contrat qui liait le groupe à Bronze Records et en fondent un nouveau : GWR Records. Suite à ça, le groupe, maintenant composé par le quatuor Lemmy/Campbell/Würzel/Gill fonce en studio et couche sur disque un nouvel opus.

art-motorhead_28-1

Ce septième album, répondant au nom de Orgasmatron est un vrai retour en grâce du groupe, sur le plan musical. En effet, Iron Fist (le dernier fait avec Eddie Clarke, je le rappelle) était en demie teinte et Another Perfect Day était franchement moyen. Là, c'est du gros Motörhead qui déboule. Rien que la pochette est géniale. Avec ce train qui va si vite que lorsqu'il freine, des étincelles giclent des rails. Le contenant est donc d'enfer et le contenu l'est tout autant. Avant de commencer, j'aime autant vous prévenir que, si vous avez des problèmes d'acouphènes, ce n'est pas avec cet album que vous allez les soigner. Car là, ça dépote grave ! Le disque s'ouvre sur Deaf Forever, qui sortira en single. Une pure tuerie jouissive, bien violente et bien lourde. Du bon gros heavy métal qui tâche et qui ramone sévère ! Mais ça ne s'arrête pas là car les deux chansons qui suivent, c'est-à-dire Nothing Up My Sleeve et Ain't My Crime envoient le bois comme il faut. L'album est excellent vous l'avez compris, mais il contient tout de même une chanson moyenne, voire mauvaise : Claw. Celle-là, non, franchement elle ne passe pas. Mais, ce sera le seul faux pas de ce disque, parce que tout ce qui suit cette mauvaise chanson est sacrément bon. A commencer par Mean Machine. Par contre, j'aime autant vous le dire, à la première écoute, cette chanson vous laissera de marbre. Trop rapide et donnant l'impression d'avoir été expédiée. Vous voyez ce que je veux dire. Mais, au fil des écoutes, on se rend compte que c'est pas de la merde pour un sou. Built For Speed, deuxième chanson la plus longue de l'album avec 4 minutes et 56 seconde est terrible de chez terrible ! Tout comme Deaf Forever, une chanson bien agressive et bien lourde. Ridin' With The Driver est excellente. Et Doctor Rock l'est encore plus. Le groupe a bien fait les choses puisqu'il a gardé le meilleur pour la fin. En effet, l'album trouve son sommet dans sa chanson titre. Une bombasse atomique de 5 minutes pour 27 secondes qui nique tout sur son passage. Le chant de Lemmy y est encore plus rauque et tétanisant qu'à l'accoutumée. Sérieux, pour clôturer l'album, c'est vraiment le pied.

Lemmy-71286o-550x750

Malgré une chanson (Claw) assez foirée, cet Orgasmatron se pose là comme étant un des meilleurs albums de Motörhead. Tout simplement le meilleur depuis Ace Of Spades. Indispensable à tout fan du groupe de Lemmy, indispensable à tout fan de heavy métal en général et indispensable à tous ceux qui, sans être pour autant fan du genre se plaisent à en écouter de temps à autre !

Face A

Deaf Forever

Nothing Up My Sleeve

Ain't My Crime

Claw

Mean Machine

Face B

Built For Speed

Ridin' With The Driver

Doctor Rock

Orgasmatron