71+8x5gJylL

Avant d'aller plus loin, j'annonce que cette chronique marque la fin de mon petit cycle consacré à Johnny Hallyday. J'entends déjà les soupirs de soulagement de certains fuser de toutes parts. En 1998, Johnny nous revient avec un tout nouveau look : cheveux courts, moustache et bouc. Un look qu'il gardera jusqu'à son dernier souffle. Mais le problème, c'est qu'en cette année là, Johnny Guitar nous revient également avec un album studio. Ce Que Je Sais est son 41ème opus studio et c'est une vraie sacrée pure merde. Quatre auteurs ici : Golemanas, Florence, Zazie et un romancier de nom de Patrice Guirao. Mais, sur les 14 chansons qu'offre l'album, il en écrit une seule, alors, on s'en branle un peu de lui. Le problème ne vient pas des trois auteurs principaux. Sachez au passage que, même si je n'en suis pas du tout fan, je ne range absolument pas Zazie au rayon des artistes infréquentables. Le problème vient du compositeur de l'album : Pascal Obispo (qui, sur certaines chansons, a été aidé par Jaconelli). Non parce que les gars, on ne va pas se mentir, faire appel à Obispo à l'époque, qui venait de cartonner avec l'immonde Superflu, ça représentait la garantie d'un gros succès commercial (pas con le Johnny hein ?), mais c'était aussi un adieu à toute ambition musicale. Une régression en bonne et due forme. Certains vont sans doute dire que je suis sévère, voire dégueulasse, mais rien ne peut être sauvé ici. Rien du tout. C'est une vraie bouillie.

L'album a été propulsé par une chanson cartonneuse au possible : Allumer Le Feu. La chanson qui revient le plus souvent lorsque l'on évoque le nom d'Hallyday. Mais, je vais vous dire franchement, à forces de diffusions et rediffusions, cette chanson, j'en suis parfaitement écoeuré. Entre ces guitares bien grasses, ces cuivres et ce refrain, je n'en peux tout simplement plus. Et, intrinsèquement, on est quand même bien loin de chansons comme Voyage Aux Pays Des Vivants, Je Suis Né Dans La Rue, Réclamations, Amen, Oh ! Ma Jolie Sarah, C'est Ecrit Sur Les Murs, Que J'Aie Tort Ou Raison ou encore La Loi. Le seul point positif que je lui trouve, c'est l'interprétation vraiment bluffante de Johnny. Dans un style similaire, Les Moulins A Vent n'est pas plus convaincante. Mais alors, le reste, putain le reste... Un amoncellement de merdes absolues. De la chanson titre à Regarde-Moi T'Aimer en passant par Nos Limites ou encore Que Ma Harley Repose En Paix, c'est d'un nul. Je ne vous parle même pas de C'Est La Vie Qui Veut Ça, chantée en duo avec Obispo. Et la chanson écrite par le romancier : Eldorado est toute aussi nulle. Il n'y a absolument rien de bon là-dedans. Ce Que Je Sais n'offre pas l'ombre d'une bonne chanson. Et le bouzin dure presque une heure. La chanson la plus courte ne durant que 3'19. Au secours !

Bref, ce disque s'est très bien vendu, mais il n'empêche que c'est une merde sans nom. Une vraie, une pure, une dure, une tatouée. Une morsure de singe atteint de l'ébola engendrerait moins de souffrances. Et le pire, c'est que Johnny sortira des trucs encore plus mauvais dans les années qui suivront. 

7799161576_johnny-hallyday-au-stade-de-france-en-1998

Ce Que Je Sais

Chacun Cherche Son Coeur

Plus Près De Vous

Allumer Le Feu

Debout

C'Est En France

Les Moulins A Vent

Seul

Nos Limites

C'Est La Vie Qui Veut Ça

L'Eldorado

Que Ma Harley Repose En Paix

Le Temps Passer

Regarde-Moi T'Aimer