R-1705385-1307209298

Vous savez, je ne suis pas dingue : je sais très bien que Mungo Jerry n'est pas le meilleur groupe ayant existé. Mais, je l'adore. Je l'écoute depuis mon adolescence et je l'écouterai toujours. Je sais que sa musique est simple et sans prétentions, mais ce groupe est putainement attachant. Il n'y a qu'à voir les vidéos de leurs concerts, ces mecs prenaient un pied d'enfer à jouer tous les quatre. Mungo Jerry, pour moi, a toujours été un vrai remède contre le spleen, la colère ou le stress. Ecouter les chansons de ce groupe est pour moi un formidable moyen de me redonner le sourire. Vous comprenez maintenant pourquoi je tenais à leur consacrer au moins une chronique. L'album dont je vais parler aujourd'hui est éponyme et, est sorti en 1970. Contre toute attente, il ne contient pas In The Summertime. Cette chanson sera incluse sur l'album suivant du groupe. Mungo Jerry, je leur pardonne tout. C'est-à-dire les quelques craquages vocaux de Ray Dorset, les morceaux pas tip-top ou encore l'utilisation intensive voire abusive du kazoo.

Des morceaux pas tip-top, sans qu'ils soient à chier pour autant, on en a au moins deux. A commencer par la reprise de Baby Let's Play House, qui d'ailleurs, ouvre l'album. C'est sympa, mais bon pas plus. Et puis, l'effet de réverbération sur la voix de Dorset est trop poussé. Pour moi, la meilleure version de cette chanson restera celle d'Elvis. L'autre morceau pas tip-top, c'est Mother Fucker Boogie, un instrumental. Ça n'est pas insoutenable, loin de là, mais voilà, au niveau de l'utilité, c'est zéro. Quant à Tramp, je n'ai jamais su si j'aime ou si je n'aime pas cette chanson. Je ne sais pas. Musicalement, je la trouve plutôt bien foutue et très éloignée du style habituel du groupe. Mais, d'un autre côté, je n'aime pas le chant chevrotant ici assuré par Paul King. A côté de ça, des chansons comme Johnny B. Badde (un peu gâchée par ces soufflements dans une bouteille que l'on entend dans le final), San Francisco Bay Blues (une reprise de Jesse Fuller), Peace In The Country, See Me ou encore Movin' On, sont du Mungo Jerry pur jus. Ça fait du bien, ça donne le sourire. Bien chargées en piano, en harmonica et en kazoo. Parfois même un peu trop en ce qui concerne ce dernier. On a aussi une vraie petite splendeur complètement oubliée : Sad Eyed Joe. Une douceur qui mérite vraiment d'être découverte ou redécouverte. Même si In The Summertime est absente, on a quand même un autre classique du groupe pour qui le connaît ne serait-ce qu'un peu : Maggie. Pareil, bien dans le style du groupe. Et, l'album se termine sur une chanson énorme : Daddies Brew, conduite par un piano puissant et un chant assez hargneux. La meilleure chanson de l'album, à n'en pas douter.

Je reparlerai de Mungo Jerry prochainement. Il y a aura au moins deux chroniques supplémentaires. J'aime ce groupe, impossible pour moi de ne pas en parler. Quant à ce premier album, bien sûr, ce n'est pas un chef-d'oeuvre, mais il est vraiment attachant et porteur de bonne humeur. 

2da1a353898049a3b1f1caaef067e05a

Face A

Baby Let's Play House

Johnny B. Badde

San Francisco Bay Blues

Sad Eyed Joe

Maggie

Peace In The Country

Face B

See Me

Movin' On

My Friend

Mother Fucker Boogie

Tramp

Daddies Brew