51gZI+2j3hLAllez, pour aujourd'hui, on va se taper à nouveau du Eddy Mitchell. Et, on va se taper un bon album. On resitue le contexte : l'année d'avant, Schmoll a sorti Rocking In Nashville qui a cartonné de ouf (fallait voir l'enculade de classiques qu'il y avait dessus aussi) et qui a relancé sa carrière, laquelle était sur une pente très glissante depuis le début des années 70, voire même depuis la fin des années 60. Requinqué en profondeur par le succès de son album, Eddy remet le couvert direct en 1975. Mais, encore une fois, il ne cède pas à la facilité. Bien sûr, ce Made in U.S.A que je vais aborder, a des couleurs très rock n'roll, mais pas que. On verra que Monsieur Eddy s'est essayé à autre chose. A sa sortie, l'album sera un succès. Mais moindre par rapport à l'opus précédent. Mais bon, sur de nouveau 12 chansons, 3 font partie des succès du répertoire de Schmoll. Le ratio est moins élevé, mais 3 succès quand même. C'est parti, on va jeter un œil sur cette galette qui ne manque pas d'intérêt. A noter que la version CD propose un titre supplémentaire : un instrumental de 5 minutes et des poussières. Mais je m'en fous, je vais parler de la version d'origine.

L'album s'ouvre avec Une Terre Promise, adaptée d'une chanson de… Chuck Berry. Oui, encore lui. Faut dire que Schmoll lui vouait un culte pas possible. Encore plus qu'à Elvis. Et, c'est une très bonne chanson. Impeccable pour ouvrir l'album. Ça s'annonce bien pour la suite. Les Traîne-tard Et Les Rôdeurs prend le relais. Et c'est encore une fois une très bonne chanson. Bien qu'en deçà de la précédente. C'est d'ailleurs la seule chose négative que l'on pourra en dire. Dans le précédent paragraphe je disais que, pour cet album, Eddy s'était essayé à d'autres genres, sans préciser lesquels. La troisième chanson de l'album La Maison Hantée lorgne davantage du côté de la country. On attendait pas forcément Schmoll sur pareil terrain, mais cette chanson est encore une fois très bonne. C'est du très bon taff. Retour au rock n'roll pour la chanson suivante. Mais un rock n'roll un peu plus doux. Et c'est à nouveau une réussite. J'Attendrai Le Prochain Train est une vraie petite douceur qui fait du bien. Pour l'instant, aucune fausse note pour ce disque. Vous trouvez que les tubes se font attendre ? Vous n'allez pas attendre longtemps. Voilà le premier qui se ramène. Je Ne Sais Faire Que L'Amour. Et là les gars, on est en plein dans la country. La chanson démarre par une longue et énorme introduction à l'harmonica avant que le violon ne prenne le relais. La chanson est courte, mais bordel qu'est-ce qu'elle passe vite quand même. En trois mots comme en un : une grande chanson. On nous offre ensuite une petite ballade : Un Sourire Ou Un Au Revoir. Ça paraît obligatoire. Mais ne vous méprenez pas, quand je dis petite, ce n'est pas par rapport à la qualité de la chanson. Laquelle est vraiment sublime. Parfaite de bout en bout et interprétée comme il se doit. 6 chansons viennent de passer et aucun nuage noir, c'est le top non ?

Pour la suite, c'est une baisse de niveau qui intervient, il en fallait malheureusement une. Le Mauvais Côté n'est pas une mauvaise chanson, loin de là, c'est juste qu'elle donne l'impression de traîner un peu la patte. Et les choeurs féminins sont à la longue un peu irritants. Mais rien de grave non plus. Pas de quoi niquer tout ce qui a été fait avant. Tiens donc, ne serait-ce pas un tube que nous avons là ? En effet. Je Vais Craquer Bientôt (création originale) fait bien partie de l'armoire à succès de Schmoll. Une chanson peut-être moins diffusée, mais qui est tout aussi excellente que les autres chansons d'Eddy passant encore très régulièrement sur les ondes. Clairement. Pour Ecoute Coco, on nous parle d'un agent qui lance son poulain et qui lui explique la recette du succès. Je sais pas, mais moi, en écoutant cette chanson, j'y ai toujours vu une allusion au Colonel Parker (un enculé) et à Elvis. Mais bon, peut-être que je me fais des films. Toujours est-il que c'est une très bonne chanson. Malheureusement, son défaut réside dans le refrain. Rendu énervant par le chant des Jordanaires derrière celui d'Eddy. La prochaine chanson met l'accent, tout du moins dans son titre, sur une autre passion de Schmoll : le cinéma. Comme vous le savez tous, Schmoll est cinéphile. Seul Est L'Indompté… l'allusion au film est bien trop flagrante pour que ce soit une coïncidence. La chanson ? Une superbe ballade. Que pour ma part je trouve supérieure à Un Sourire Ou Un Au Revoir. On arrive au point faible du disque : Merci La Vie. Ça fait mal à dire après autant de bonnes chansons, mais celle-là, elle est vraiment pas terrible. Elle commence pourtant bien, un peu à la Stevie Wonder, mais elle s'enlise rapidement dans un rythme pataud. Je le dis clairement : sans elle, l'album aurait été encore meilleur voilà. Et, pour en finir avec cette galette, on a droit au troisième et donc dernier tube: Choo Choo Ch'Boogie Espion Bidon. Un titre un peu à la mords-moi le zeub pour une chanson énorme. Ici, pas de rock n'roll, ni de country, mais du jazz ! Oui, du jazz ! Toute la chanson est rythmée par un orchestre de cuivres en folie. C'est juste parfait pour achever l'album.

Voilà pour ce Made In U.S.A, un poil plus aventureux musicalement et à ranger au rayon des réussites. Quand on y regarde de plus près, même si on aime pas Schmoll, il faut quand même constater que le bonhomme a un palmarès qui laisserait rêveurs bon nombre de chanteurs. Il y a ici une seule chanson franchement dispensable et une autre un peu mineure. Pour le reste, c'est du tout bon.

115871049-2

Face A

Une Terre Promise

Les Traîne-tard Et Les Rôdeurs

La Maison Hantée

J'Attendrai Le Prochain Train

Je Ne Sais Faire Que L'Amour

Un Sourire Ou Un Au Revoir

 

Face B

Le Mauvais Côté

Je Vais Craquer Bientôt

Ecoute Coco

Seul Est L'Indompté

Merci La Vie

Choo Choo Ch'Boogie Espion Bidon