81MlyuMTDbL

On va parler un peu d'un album d'Eddy Mitchell. Et pas n'importe lequel. Celui de la rédemption. Au moment où il enregistre et sort ce disque, Schmoll est un peu beaucoup dans la merde. Cela fait plusieurs années qu'il peine à se renouveler. Le succès le fuit. Et ses albums du début des années 70 (1970-1973) ne contiennent aucun titre fort, enfin du moins, pas de titre suffisamment fort susceptible d'intéresser le public. Même si on y trouve quelque bons trucs comme Pneumonie Rock Et Boogie Woogie Toux, Gwendolinda ou encore Le Village Abandonné. Mais, bon, ce n'est pas suffisant. Eddy rame complet. Il faut absolument relancer la machine. Il aurait pu alors choisir la facilité et en venir à la variétoche et on aurait pas pu lui en vouloir. Mais non, Schmoll a préféré revenir à ses premières amours : le rock n'roll. Il fout donc le camp aux States, dans le Tennessee, dans le berceau du rock pour accoucher de sa nouvelle galette studio. Et, bien lui en a pris : l'album sera super bien acceuilli et le succès ne le quittera plus. C'est reparti ! Bon, le succès commercial, la carrière qui reprend des couleurs, c'est bien mignon, surtout pour Schmoll, mais nous ici, ce qui nous intéresse, c'est le contenu du skeud. Et bien, j'aime mieux vous dire que ce Rocking In Nashville ne déçoit pas du tout ! 

L'album est un robinets à tubes. Il contient pas moins de 5 chansons incontournables du répertoire d'Eddy. Sur 11 titres (l'ouverture n'en n'est pas un), on peut parler d'un sacré bon ratio. Le disque s'ouvre sur Southern Comfort. Il ne s'agit pas d'une chanson, mais d'une présentation en musique des zikos qui vont officier. Lesquels sont décrits par Eddy comme étant les plus incroyables qui lui ait été donnés de rencontrer. Ses anciens zikos ont du apprécié, mais bon, fi des états d'âmes ! La première vraie chanson du disque c'est Bye-Bye Johnny B. Good. Adaptée d'une chanson de vous savez qui. Le titre est plus qu'éloquent. Il s'agit du premier des cinq titres à succès de l'album. Et, c'est franchement excellent. Ça donne envie découvrir la suite. Et la suite, ce n'est ni plus ni moins que A Crédit Et En Stéréo, adaptée d'une chanson de Chuck Be... oups merde, j'ai failli le dire. Que dire de plus si ce n'est que c'est encore une fois excellent et qu'il s'agit d'un des titres phares de Schmoll sur l'ensemble de sa carrière ? Rien de plus, ça suffit. Mais voilà, à peine un tube est-il achevé, qu'un autre prend le relais. Arrive Fume Cette Cigarette. Par contre, pour le coup, le rock n'roll est délaissé, on tape bien du côté de la country pour cette chanson. Et, c'est encore une fois une réussite incontestable. Pour l'instant, comme vous l'avez constaté, Rocking In Nashville enchaîne les bonnes chansons. Vient C'est Un Piège, et là, c'est une baisse de niveau réelle. Attention, pas de quoi foutre en l'air le disque, mais il faut bien reconnaître que cette chanson marque nettement moins les esprit que les trois qui l'ont précédée. Les choeurs masculins (assurés par les Jordanaires, oui oui, ceux qui ont aussi accompagné Elvis) sont ici un peu énervants. C'est pas mal, mais bien moins bon que ce que l'on a entendu avant. Après un petit coup de mou, le niveau remonte. Et de quelle manière ! Emmène-Moi Où Tu Veux est une sublime ballade, interprétée à la perfection. Je n'ai rien d'autre dire de plus si ce n'est que c'est superbe, j'insiste ! C'est une des perles complètement méconnues de l'oeuvre d'Eddy. Après une pure merveille, voilà qu'un autre tube ramène sa fraise. Et encore une fois, quel tube : C'est Un Rocker. Encore une fois adapté d'une chanson de ce célèbre rocker noir dont je me souviens plus du nom. Enfin si, je m'en souviens, mais j'ai juste envie de faire chier mon monde et de ne pas le dire. Taquin taquin. Que dire ? Cette chanson, on se l'est mangée une paire de fois à la radio, mais peu importe, c'est toujours aussi bon. A consommer sans modération. Quoi ? Encore un tube pour la suite ? C'est une plaisanterie ? Et bien non, c'est sérieux de chez sérieux. Encore un tube : C'Est La Vie Mon Chéri. Et cette chanson là, elle aussi adaptée d'un titre de ce rocker noir dont je ne veux pas prononcer le nom ? Oui, elle l'est. Et on l'a entendue. beaucoup à la radio aussi ? Oui, aussi. Et elle se consomme sans modération aussi ? Oui, aussi. C'en est terminé pour les tubes. Mais, ce qui reste n'est pas de la pisse de chat. Là Dans Mon Coeur se pointe. Et, si elle n'est pas le sommet de l'album, c'est un petit rock n'roll qui remue quand même bien du slibard et qui fait du bien par où il passe. Ça passe crème comme on dit aujourd'hui. On en vient à la deuxième et dernière nette baisse de niveau : Ruby, Tu Reviens Au Pays. Ce n'est pas une mauvaise chanson, l'album n'en contient aucune. C'est juste que, à l'instar de C'Est Un Piège, elle ne marque pas l'auditeur. Elle se retient même encore moins. Comme tout à l'heure, le niveau remonte en flèche. Et c'est à La Ballade De Bill Brillantine que l'on doit cette honneur. Une magnifique chanson parlant d'un voyou qui fait chier le monde mais qui n'est au fond, grossièrement parlant, qu'une petite bite. L'album se termine sur Je Ne Deviendrai Jamais Une Superstar. Une chanson désabusée sur un homme qui aurait rêvé d'être un nom ronflant de la musique, mais qui sait qu'il n'a pas de talent et qu'il restera à jamais un anonyme. Eddy a plusieurs fois des chansons de ce style. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est que cette chanson achève parfaitement le disque. C'est encore une fois très beau. Du très bon boulot. 

Vous l'aure compris : malgré deux chansons mineures, ce Rocking In Nashville est incontestablement un excellent cru de la part de Monsieur Eddy. Et, il s'impose comme étant l'un de ses albums essentiels et donc indispensables. Même un non fan de son auteur se doit de l'avoir écouté au moins une fois dans sa vie. Ah oui, au fait, juste comme ça, le rocker noir en question, c'était Chuck Berry. 

2570

 

Face A

Southern Comfort

Bye-Bye Johnny B. Good

A Crédit Et En Stéréo

Fume Cette Cigarette

C'Est Un Piège

Emmène-Moi Où Tu Veux

 

Face B

C'Est Un Rocker

C'Est La Vie Mon Chéri

Là Dans Mon Coeur

Ruby, Tu Reviens Au Pays

La Ballade De Bill Brillantine

Je Ne Deviendrai Jamais Une Superstar