RB4

Encore un p'tit peu de Redbone ? Le groupe des frangins Lolly et Pat Vegas, deux native americans d'origine Shoshone et Yaqui, a sorti ses deux premiers albums en 1970 : le double Redbone (un des meilleurs doubles albums et premiers albums de tous les temps) et le simple (tous les autres aussi le seront) Potlatch. Lequel, abordé récemment ici, est une belle réussite de rock bluesy et swampy, avec un beau classique au menu, Maggie. L'année suivante, le groupe, exclusivement constitué d'Indiens, dont le nom est un terme argotique et peu appréciable pour désigner un native, et dont l'imagerie des pochettes surfe à fond sur leurs origines, sort son troisième album, cet album-ci. La pochette représente un camp indien, avec des Indiens à cheval, tipis, et il s'appelle Message From A Drum. Il dure 34 minutes pour 11 titres dont deux de 18 secondes chacun, si si, Maxsplivitz et Perico. Deux instrumentaux (vu leur durée, on ne s'attendait pas à ce qu'il y ait du texte, hein ?) qui, sincèrement, sont identiques (des mini-jams) et ne servent à rien, si ce n'est à rajouter une trentaine de secondes (insignifiant, donc) et deux plages audio sur un disque qui, sinon, durerait autant de minutes, mais pour seulement 9 titres. Le groupe ne change pas : Lolly Vegas (chant, guitare) ; Pat Vegas (chant, basse) ; Tony Bellamy (chant, guitare) ; Pete DePoe (batterie, percussions, choeurs). Ce sont les frangins Vegas qui produisent le disque.

RB5

Message From A Drum, avec cette pochette, n'est sorti, tel quel, qu'aux USA. En Europe, sans que le tracklisting ne soit modifié, l'album sortira sous un autre titre et avec une autre pochette (visuel ci-dessus) : The Witch Queen Of New Orleans. On y voit un objet d'artisanat indien. C'est cette version, plus facile à trouver que l'autre, que je possède. Comme je viens de le dire, mis à part cette différence de packaging, aucune différence pour ce qui est de l'album, musicalement parlant. On y trouve les mêmes morceaux, dans le même ordre, dans les mêmes versions. Et quels morceaux ! Message From A Drum est une sublime ballade qui ouvre idéalement l'album, The Witch Queen Of New Orleans, qui ouvre la seconde face, est, elle, une tuerie bluesy à la Maggie (du précédent opus) et marchera plutôt bien à l'époque, on trouve cette chanson (et l'autre morceau-titre de l'album !) sur chaque best-of du groupe, je pense. De même que One Monkey et Jerico, efficaces au possible, il me semble difficile de ne pas citer Niji Trance dans la plutôt longue liste des morceaux réussis de ce troisième opus. 

RB6

Verso de la version U.S. ; un peu différent pour la version européenne

Le reste de l'album est d'un niveau hautement recommandable, meilleur encore, je pense, que Potlatch, le précédent (et nettement meilleur que les suivants, j'aborderai d'ailleurs le suivant, Already Here, avant de lâcher l'affaire, du moins pour le moment), et si on met de côté le fantasbuleux premier opus, Message From A Drum est peut-être mon préféré du groupe, et en tout cas, leur second meilleur après le premier. Un disque génial, qui passe cependant trop vite (on n'a vraiment pas le temps de trouver le temps long, seulement 34 petites minutes sans temps morts) et qui prouve que Redbone était un groupe génial, aussi génial que fondamentalement méconnu des masses. Je ne peux que conseiller, donc, ardemment l'écoute de leurs albums. Si vous aimez le bon vieux rock, difficile de ne pas apprécier leur musique !

FACE A

Message From A Drum

Niji Trance

The Sun Never Shines On The Lonely

Maxsplivitz

Emotions

Jerico

FACE B

The Witch Queen Of New Orleans

When You Got Trouble

Perico

Fate

One Monkey