R-4999002-1382438410-4474

Aujourd'hui, on va parler un peu de métal et d'un groupe qui, je crois, est bien connu des adeptes du genre : Carcass. Le groupe, originaire de Liverpool, s'est formé en 1985 sous un autre nom : Disattack, mais n'a rien branlé ou presque pendant plus de deux ans, ne sachant pas quel style musical se donner. Je vais vous parler de leur premier album, sorti en 1988. Et croyez-moi, il y a des choses à dire sur ce disque... croyez moi. Pas parce qu'il est bon, bien au contraire, c'est un gros tas de merde, ce qu'il y a à dire se concentre sur tout autre chose. Bon, Carcass, selon ceux qui s'y connaissent est classé comme faisant partie de la famille du métal extrême. Admettons. Moi, j'ai envie de leur coller l'étiquette inventée par mes soins "métal gore". Parce que là, je vous garantis que c'est vraiment du crade de chez crade.

A commencer par le titre même de l'album : Reek Of Putrefaction. Si on traduit ça, ça donne : puanteur de la putréfaction... Ça annonce clairement la couleur. Vient le tour de la pochette, monrant plus qu'ouvertement des photos de corps soumis à des autopsies. On aura tout le "loisir" de constater que, pour l'occasion, certains sont quand même vachement mutilés. Inutile de vous dire qu'elle sera sujette à la censure et que l'album, à l'époque en tout cas, sera paré d'une pochette un peu plus... light. Ensuite, les titres des chansons... pareil, ils parlent d'eux-mêmes. On nous cause de toutes (ou presque) les manifestations corporelles, comme ça, juste pour faire "saliver" : la suppuration, la défécation, la régurgitation, des entrailles qui fermentent, les asticots et j'en passe et des meilleures. Si vous êtes sensible de l'estomac et que vous tombez sur un truc pareil, vous rendez tous vos repas du derniers mois et perdez 10kg en l'espace de 5 minutes. Donc, en toute logique, à des titres de chansons bien gores, se joigent des textes bien gores. Le son aussi est bien crade. Agressif, violent. Il se dit même que l'ingénieur du son qui a chapeauté l'enregistrement de l'album en a chié comme un russe pour capter le son tant il était d'une violence folle. Inédite pour l'époque. Il en ressort une production bien épaisse, bien grasse, qui, contre le gré de l'ingé, rend le son encore plus crade.

L'album est très généreux au niveau du nombre de chansons proposées : il y en a 22. Oui oui, vous avez bien lu, 22. Mais elles sont très courtes. La plus courte pointe à 23 secondes et la plus longue à 2'47. Et j'ai envie de vous dire heureusement car c'est merdique de chez merdique de chez merdique de chez merdique. C'est tellement merdique que ça en est presque merdique. Oui, cet album est un véritable seau de merde. Je me demande comment on a pu laisser un truc pareil sortir. De Genital Grinder à Malignant Defecation en passant par Fermentin' Innards, c'est juste immonde. Allez, dans ce merdier complet, il y a, selon moi, une chanson qui s'écoute : Burnt To A Crisp. Encore une fois très joyeuse vu que ça semble parler d'un corps calciné qui commence à craqueler. Cette chanson là, peut-être suis-je fou, malade, inconscient, au grand coeur ou peut-être suis-je dans le vrai, mais je la trouve correcte. Elle commence par un petit riff de guitare très aigu qui prend à la gorge d'entrée de jeu. Lequel est suivi par un riff de guitare rythmique pas si mal que ça. C'est tout. Les autres morceaux ne méritent vraiment pas que l'on s'attarde sur leur cas.

Je vous vois venir. Vous allez vous demander pourquoi j'ai écouté ce truc là si c'est immonde. La question mérite d'être posée, c'est vrai. A vrai dire, je n'ai pas de réponse à vous donner. Je me dis simplement que Carcass est quand même un groupe assez connu, donc, à un moment ou un autre, on finit par tomber dessus. Pour le track listing de l'album, je suis un peu emmerdé. Je ne sais pas sous quelle forme il est sorti, je ne le possède pas. Je l'ai écouté sur YT. Je suppose qu'il est sorti en vinyl simple. Ouais, il y a 22 chansons, mais comme elles sont courtes, je doute très fortement que ça ait pris 2 disques. Du coup, je ferai 11 titres par face.

 

Face A
Genital Grinder
Regurgitation Of Giblets
Maggot Colony
Pyosisified (Rotten To The Gore)
Carbonized Eyesockets
Frenzied Detruncation
Vomited Anal Tract
Festerday
Fermentin' Innards
Excreted Alive
Suppuration

Face B
Foeticide
Microwaved Uterogestation
Feast On Dismembered Carnage
Splattered Cavities
Psychopathologist
Burnt To A Crisp
Pugent Excruciation
Manifestation Of Verrucase Urethra
Oxidised Razor Masticator
Mucopurulence Excretor
Malignant Defecation