SS1 

J'adore Sting. Depuis toujours. Aussi bien avec The Police qu'en solo, je le précise. Bon, le monsieur a parfois fait des albums un peu particuliers (If On A Winter's Night, Songs From The Labyrinth), et je n'ai jamais aimé ses chansons en duo avec Cheb Mami ou Mylène Farmer. Quant à son dernier opus, My Songs, dans lequel il revisite ses chansons (solo et avec The Police) en les réarrangeant, un exercice de style souvent synonyme de perte de créatitivé artistique, et bien, je ne suis pas fan, pour le coup, même si, pour certaines chansons, ça passe bien). Mais dans l'ensemble, Sting, aussi bien The Dream Of The Blue Turtles (sans doute mon album préféré de lui) que Mercury Falling, en passant par Ten Summoner's Tales ou le moins grandiose mais très sympa Brand New Day, c'est excellent. Et puis, en 2018, l'année dernière donc, j'apprends que Sting sort un album en collaboration avec Shaggy, musicien jamaïcain de hip-hop/reggae fusion, qui s'était fait connaître dans les années 90 avec le hit Boombastic. Le mec a eu une assez belle carrière depuis, mais n'étant pas accro du tout du tout à ce genre musical, j'ai totalement, pendant toutes ces années, oublié l'existence de cet artiste.

SS2

La vision de la pochette de cet album en duo m'a donc rappelé que Shaggy existait, et qu'il persévérait dans ses oeuvres. Me demandant l'utilité, pour l'un comme pour l'autre, de faire un album en duo, je n'ai cependant pas hésité très longtemps avant d'acheter 44/876, c'est le nom de l'album (le titre est un alliage entre les indicatifs téléphoniques respectifs du Royaume-Uni et de la Jamaïque), et ce, sans écouter le moindre morceau, faut le faire, surtout quand un des auteurs de l'album en question n'est pas en odeur de sainteté dans le coeur de l'acquéreur dudit album. M'attendant à un album de fusion reggae/hip-hop/pop-rock, je n'ai pas été déçu de constater que c'était effectivement le cas. Un disque assez court, il faut le signaler, il offre 12 titres pour 43 minutes (il existe des éditions avec bonus-tracks, notamment un mini-set acoustique live avec reprises de chansons de Sting et The Police, et aussi, séparément du mini-set acoustique live, un morceau en duo avec, brrrr, Maître Gims, je tremble rien qu'à imaginer à quoi ça peut ressembler, et je ne veux pas le savoir, d'ailleurs).

SS3

Cette chronique sera assez courte, elle est d'ailleurs quasiment achevée. Pourquoi ? Parce que mis à part deux titres (Night Shift et surtout Just One Lifetime, que l'on entend dans une pub pour une voiture dans laquelle le duo apparaît amicalement), 44/876 est un coup d'épée dans l'eau. Comme je l'ai dit, je n'aime pas la fusion reggae/rap/dance (en revanche, le reggae pur et dur, oui), et bien que j'aime énormément Sting, je trouve qu'il n'a pas l'air très à l'aise ici, même s'il est certainement à l'origine du projet commun avec Shaggy, et que ce projet commun, aussi bien pour Sting que pour Shaggy, est une expérience intéressante et courageuse (les fans de l'un ne sont pas forcément fans de l'autre, et réciproquement ; j'en suis un bon exemple). Cet album est une tentative osée et malheureusement peu satisfaisante, qui pouvait risquer de s'aliéner une partie de leurs fans, pour le duo. Le succès de l'album prouve que ce n'est pas vraiment le cas, mais combien de fans de Sting vont, dans les mois, les années à venir, user leur exemplaire vinyle ou CD de 44/876 à force de le passer ? Sans doute pas tant que ça. J'ai un peu l'impression que toutes les chansons se ressemblent, que Sting a la portion congrue des fois... Que l'alchimie ne fonctionne pas vraiment partout. Mais, au milieu de ce disque mal fagotté, une chanson admirable, immense, Just One Lifetime, dont les paroles citent Lewis Carroll. Là, pour le coup, c'est un authentique monument musical. Rien que pour cette chanson, je ne regrette pas trop l'achat, et je regrette presque de classer ce disque dans les ratages. 

 

FACE A

44/876

Morning Is Coming

Waiting For The Break Of Day

Gotta Get Back My Baby

Don't Make Me Wait

Just One Lifetime

FACE B

22nd Street

Dreaming In The U.S.A.

Crooked Tree

To Love And Be Loved

Sad Trombone

Night Shift