AIC1

Encore un retour que l'on n'attendait vraiment plus, tant il se faisait attendre. Celui d'Alice In Chains, un des meilleurs (le meilleur ?) groupes de l'ère grunge. Petit rappel : le groupe a été formé à la fin des années 80, et connaîtra un gros succès à partir de 1992 et de l'album Dirt (Would ?, Down In A Hole, Rain When I Die, Rooster, ce genre de trucs qui vous traumatisent à jamais). Le chanteur, Layne Staley, camé au possible, avec son éternel gant noir, sa chevelure blonde et courte et sa voix robotique à la Iggy Pop, et le guitariste Jerry Cantrell (qui chante aussi de temps en temps, assurant les vocaux d'une partie des chansons du mémorable album éponyme de 1995, parce que Staley commençait à ne plus pouvoir tout assurer à cause de la came) formaient une paire parfaite dans le grunge. En 2002, alors que le groupe n'a plus rien sorti depuis 1996, Staley meurt, d'overdose. Il ne ressemblait plus qu'à une coquille de noix (Nutshell), une pomme pourrie (Rotten Apple) tombée de l'arbre. On a souvent dit que le grunge était mort avec Kurt Cobain en 1994, mais non, il est mort en 2002 avec Layne Staley. Le groupe, on s'en doute, déjà qu'ils n'avaient rien sorti depuis des années, ne s'en remettra que difficilement. Car, en 2009, le groupe publie un nouvel album, avec un nouveau chanteur, William DuVall, originaire d'Haïti et de la scène hardcore, et au timbre de voix assez proche de celui de Cantrell, qui chante aussi sur plusieurs chansons de l'album : Black Gives Way To Blue. Un retour, dédié à Layne, aussi inespéré que réussi. Suivi quatre ans plus tard de The Devil Put Dinosaurs Here, moins abouti mais renfermant tout de même du lourd (Choke). Et depuis 2013, et jusqu'au 24 août dernier, c'était le dernier album d'Alice In Chains.

AIC2

Non, Laurent Voulzy et Steven Seagall ne font pas partie du groupe ! Premier sur la gauche, William DuVall, et Jerry Cantrell en Gandalf semblant regretter d'avoir confié l'Anneau à un abruti, à voir son expression contrariée

Mais voici donc que le groupe publie son sixième album studio (en presque 30 ans !), Rainier Fog (un titre à la con et difficilement traduisible sans que ça fasse très lourd : 'brouillard encore plus pluvieux'), sorti sous une pochette qui n'est pas sans me faire penser à celle du Train Of Thoughts de Dream Theater mélangée à celle du Psychedelic Sounds des 13th Floor Elevators en version noir & blanc, et à celle du premier Foxygen. Un disque d'une durée parfaite, une grosse cinquantaine de minutes (en vinyle, trois faces sur quatre sont utilisées, la dernière est laissée blank, et illustrée d'yeux dans des pyramides, les Illuminati sont parmi nous, les mecs), et seulement 10 titres qui, on s'en doute, ne durent pas 2,30 minutes pièce. Rainier Fog est un disque sombre, comme Alice In Chains en a toujours fait (leur album éponyme de 1995, celui avec le chien à trois pattes en couverture, et que je VEUX avoir en vinyle mais il vaut plus cher qu'une maison à Neuilly vu sa rareté, est un des albums les plus authentiquement glauques, sinistres, dépressifs et putrides des années 80 à maintenant, l'épitomé du grunge), mais autant les deux précédents opus étaient assez accessibles (Black Gives Way To Blue est un rentre-dedans total, dès la première écoute), autant celui-ci méritera quelques écoutes attentives. La première écoute, ceci dit, est globalement passionnante. Par exemple, la première chanson de l'album, The One You Know, s'ouvre sur un riff totalement doom, répétitif à mort, qui semble se prolonger aussi longtemps qu'un temps de trajet entre Paris et Grenoble à la première écoute, mais qui n'en est pas moins efficace. Alternance et entremêlement de voix entre celle de DuVall et celle, plus grave, de Cantrell. A voir le hype sticker sur la pochette, cette chanson est sortie en single promotionnel (Red Giant aussi). Je dis ça, car je sais bien que le groupe a publié une paire de chansons de l'album en apéro, quelques mois plus tôt, mais j'ai catégoriquement refusé de les écouter, voulant écouter le disque dans sa globalité, d'un coup. J''ai dans le passé trop été déçu d'albums que j'attendais, et dont j'avais surkiffé la chanson lancée en teaser au préalable. 

AIC3

Cantrell : Il fait chier, ce soleil ! Notre album s'appelle "Brouillard encore plus pluvieux", ou je me trompe ? Alors pourquoi cette photo promo au soleil, merde ? Quand est-ce que ça a merdé dans le cerveau de notre attaché de presse ?

Cette première chanson est courte et sert bien l'album en ouverture, elle est efficace, tuante au possible, et donne directement envie d'écouter la suite. Le morceau-titre est tout aussi tuant, avec son riff cyclique qui entre en tête et ne vous quitte plus. Red Giant, Drone (qui ouvre la face B ; toutes les faces ont trois titres, sauf la première qui en a quatre), le All I Am final de 7 minutes (morceau le plus long), So Far Under sont autant de chansons qui, musclées, sombres comme un tunnel non éclairé en pleine nuit hivernale, remplies de guitares chewy et doom et de vocaux à la limite du dépressif narquois, rythmées par une batterie (Sean Kinney) et une basse (Mike Inez) toujours aussi imparables, assurent à Rainier Fog une belle place dans le répertoire du groupe. Seulement 6 albums studio, et si le meilleur est l'éponyme de 1995 forever, ce dernier opus en date, qui n'offre strictement rien de mauvais ou tout simplement de moyen, n'est pas en dernière place, ni en avant-dernière. Probablement, à l'heure où je vais rendre l'antenne, en troisième position derrière l'éponyme et Black Gives Way To Blue, enfin, en ce qui me concerne. Morceaux de choix : Rainier Fog, All I Am, Maybe, Never Fade et Fly. En espérant que le groupe de Cantrell et DuVall (qui a bien réussi la très difficile mission de remplacer l'irremplaçable et incroyablement mort Layne Staley ; il ne l'a peut-être pas totalement remplacé dans le coeur des fans, mais les a en tout cas bien convaincus) ne mette pas encore 5 ans avant de publier un nouvel album. En tout cas, si jamais ça devait être leur dernier, Rainier Fog leur ferait cesser leur activité la tête haute, plus haute qu'à l'époque du très très bon, mais pas totalement passionnant, The Devil Put Dinosaurs Here.

FACE A

The One You Know

Rainier Fog

Red Giant

Fly

FACE B

Drone

Deaf Ears Blind Eyes

Maybe

FACE C

So Far Under

Never Fade

All I Am

FACE D

RIEN