S1

Ayant récemment abordé (avec des années de retard, je dois le dire) Dog Man Star, je ne pensais pas que j'irais réaborder du Suede sur le blog tout de suite. Mais j'ai récemment chopé cet album (en vinyle de plus), et il m'a tellement estomaqué, alors...alors voici à nouveau du Suede sur Rock Fever. En l'occurrence, leur troisième album, Coming Up, sorti en 1996. Une année assez à part, 1996, pas spécialement une des meilleures du rock, mais succéder à une année telle que 1995 (dois-je rappeler les grands disques sortis cette année-là ? Les Blur, Oasis, Alice In Chains, Pulp, Red Hot Chili Peppers, Bowie, qui sont sortis en 1995 ? Non, hein ?) est compliqué. Et c'était au tour de 1996 de succéder à 1995, après tout. Bref. Coming Up est un album à part dans la discographie des Britanniques. Suede se relève d'un gros coup du sort : en 1994, durant les sessions d'enregistrement de Dog Man Star (le deuxième album du groupe et probablement leur meilleur), le guitariste Bernard Butler claque la porte. Il s'entend de moins en moins bien avec le chanteur/leader Brett Anderson, chacun fait son truc dans son coin, à la Beatles fin de règne, et au final, Butler s'en va, alors que l'album n'est pas fini. Anderson et le groupe parviennent tant bien que mal à achever le bouzin, et recrutent un nouveau guitariste, Richard Oakes. C'est lui que l'on retrouve sur ce troisième opus à la pochette jaune bien criarde, Coming Up.

S2

Je classe ce disque dans le glam-rock, bien que j'ai conscience que ça puisse paraître une hérésie, mis où le classer, sinon, ce disque ? Dans le rock pur et dur ? Non. Dans la britpop ? J'ai mis le tag, mais il n'y à pas de catégorie de ce nom sur le blog. Et puis, Suede a toujours revendiqué une imagerie néo-glam, Anderson est un fan de Bowie et de glam, ça s'entend, et si le groupe ne s'habille pas comme des Priscilla folles du désert, la parenté avec les groupes glam des 70's est assez évidente. Jusque sur la pochette bien flashy représentant des gens avachis sur un matelas (sur fond jaune-vert criard), quasi nus, comme hébétés, deux personnes (plus une troisième personne, debout, une forme diabolique et rouge de surcroît) de sexe différent (mais l'incertitude plane : le mec fait très féminin malgré son torse masculin, et la fille pourrait, après tout, bien être un mec aussi, qui sait ?). L'album est scandaleusement court : 42 minutes, pour 10 titres, ce qui, après la quasi-heure de Dog Man Star (et l'album qui suivra, Head Music en 1999, que j'adore malgré qu'il ne soit pas le meilleur du groupe, mais après tout, j'ai découvert Suede avec lui, dure à peu près aussi longtemps que Dog Man Star), est peu. Mais on se console en se disant que Coming Up est parfait de bout en bout, un réservoir à classiques suediens, super bien produit (par Ed Buller), avec une atmosphère très pop, radicalement différente de celle du très affecté et quelque peu maniéré Dog Man Star. Encore une fois, on peut dire que le chant de Brett Anderson est parfois usant, le mec en fait des tonnes, à la Bowie période glam mais en plus exagéré encore. Mais on s'y fait. 

S3

Cinq chansons, oui, cinq (la moitié de l'album !) sortiront en singles et marcheront, dans l'ensemble, très bien : Trash, Beautiful Ones, Saturday Night, Lazy et Filmstar. Cinq chansons absolument géniales (Lazy, Trash...) mais qui font presque de l'ombre au reste de l'album. Comment ne pas penser aux 7 minutes (c'est, de loin, le morceau le plus long de l'album) de The Chemistry Between Us ? A She, qui achève idéalement la face A (ce disque fonctionne super bien en vinyle, c'est sans doute sa courte durée qui fait ça, il est bien calibré pour ce format, bien que sorti directement en CD à l'époque) ? A By The Sea, Starcrazy ? Vous l'avez compris, Coming Up est une totale réussite, j'ai quasiment tout cité de l'album car tout le disque est une merveille de glam-pop-rock, super bien interprété et produit, Oakes est un excellent guitariste, les autres musiciens (batteur Simon Gilbert ; bassiste Matt Osman ; claviériste Neil Codling ; Anderson ne fait que chanter) sont excellent, l'ambiance du disque, assez exubérante et jubilatoire, est totalement réussie... Si Dog Man Star reste le meilleur du groupe, ce Coming Up qui leur a permis de renaître avec un nouveau guitariste n'est vraiment pas loin derrière !

FACE A

Trash

Filmstar

Lazy

By The Sea

She

FACE B

Beautiful Ones

Starcrazy

Picnic By The Motorway

The Chemistry Between Us

Saturday Night