PM13

La fameuse émission de TV 'Unplugged' de la non moins fameuse chaîne MTV a donné lieu à une quantité assez impressionnante d'albums live acoustique, dans les années 90 et 2000. Au pif, et dans le désordre, Alice In Chains, les Corrs, Nirvana, Neil Young, Eric Clapton, Bob Dylan, Shakira, Kiss, Bruce Springsteen (qui ne s'est cependant pas livré à l'exercice, ayant joué avec des instruments branchés, son album s'appelle d'ailleurs In Concert/MTV UnPlugged), Alicia Keyes, Korn ou bien encore Alanis Morissette. Il y en à d'autres, des artistes ou groups ayant joué dans cette émission, mais j'ai cité ceux qui en ont fait un album. Parmi eux, Paul McCartney a été un des premiers, un an avant Clapton, à sortir un album proposant sa prestation au cours de la fameuse émission. Son album est sorti en 1991 (en mai) et propose la prestation de Macca et son groupe scénique d'époque (Stuart, McIntosh, Wickens et Linda), agrémenté d'un nouveau batteur, Blair Cunningham, prestation donnée, pour l'émission, à Wembley (pas au stade, mais dans un studio, Limehouse) le 25 janvier 1991. Cet album sortira à l'époque en tirage relativement limité (il est moyennement facile de se le procurer aujourd'hui, en occasion car il n'a pas été réédité depuis un petit moment, et uniquement en CD ; s'il a été pressé en vinyle, ce  qui est probable vu l'année de sortie, mais pas sûr et certain, ce pressage doit être d'une rareté assez importante et, donc, doit coûter cher), sous une pochette blanc et vert qui s'inspire du graphisme rouge et blanc de Снова в СССР que Macca avait sorti en 1988 et destiné au marché soviétique. La pochette était dans le style collectivisme avec un Macca braillant dans un micro, sur fond d'étoile rouge. Il y avait ausssi une autre étoile, dorée, sur la pochette, comme sur celle de cet album acoustique.

PM14

Ici, pas d'étoile rouge, mais une sorte de tache informe et verte en forme de corps de guitare, et Macca, guitare sèche bien en pogne, qui chante devant son micro. Mais on a le même lettrage (à ceci près qu'ici, c'est en lettres continentales, pas cyrilliques !) aussi bien pour le nom de Macca que le titre de l'album, titre qui est Unplugged (The Official Bootleg). Le sous-titre entre parenthèses me fait bien marrer ('album pirate officiel'), c'est sans doute une allusion aux nombreux bootlegs qui ont peut-être, avant la parution de l'album, circulé, sur cette émission du 25 janvier 1991, au cours de laquelle Macca et son groupe revisitent des chansons des Beatles, de Macca solo (mais pas des Wings) et, aussi, des standards. Certains albums de la série 'Unplugged' sont ratés, comme celui de Bob Dylan et celui, qui ne joue pas le jeu, de Springsteen. D'autres comme ceux de Neil Young et de Nirvana sont très très bons, pas immenses (désolé pour les fans de Nirvana, mais j'ai toujours trouvé leur album MTV Unplugged In New York, sorti posthume, assez surestimé, bien que musicalement très bon). Clapton et Alice In Chains ont, eux, réussi à faire une prestation absolument éblouissante du début à la fin. Cet Unplugged (The Official Bootleg) de Paulo, qui sera très bien accueilli par la presse et se vendra très bien malgré un tirage limité, se situe dans la seconde catégorie : pas un chef d'oeuvre, mais clairement un disque que l'on écoutera avec un immense plaisir tout du long de son heure de programme (pour 17 titres en tout). 

PM15

Le son est absolument génial (production de Joel Gallen pour l'émission de TV, enregistré par Geoff Emerick, qui a bossé sur quasiment tous les disques des Beatles) et la setlist est variée, proposant aussi bien des standards du blues et du rock'n'roll (le show démarre par Be-Bop-A-Lula de Gene Vincent) que des chansons de Paul et des Beatles. Parmi les chansons de Paul, I Lost My Little Girl, inédite, chanson que Paul ne mettra par la suite sur aucun album. Parmi les chansons des Beatles, on a de l'immortel en barres dorées, des trucs immenses que l'on s'attendait évidemment à trouver ici (Blackbird, I've Just Seen A Face qui étaient déjà jouées au cours du mini-set acoustique des concerts des Wings en 1976, voir Wings Over America), de pures merveilles comme She's A Woman, We Can Work It Out, Here, There And Everywhere et And I Love Her, sur lequel le guitariste Hamish Stuart chante. Stuart chante aussi Ain't No Sunshine (reprise de Bill Withers), il ne la chante pas avec Paul, il la chante seul (il chante bien, au passage). A noter que sur cette chanson, le groupe a changé d'instruments : Macca est à la batterie, McIntosh (guitare à la base) est au piano, Wickens (claviers à la base) est à la basse, Cunnngham (batterie à la base) était parti pisser ou boire un coup. Le répertoire solo de Macca est visité via trois extraits de son premier opus de 1970 (Every Night qu'il chantait déjà en live avec les Wings en 1979 ; That Would Be Something ; Junk, ici en instrumental, et en final du programme). 

PM16

Je me demande ce que vient foutre le CD en haut de l'image, celui d'un single de...1993 issu de l'album Off The Ground !

On a aussi des reprises de standards, donc. San Francisco Bay Blues de Jesse Fuller (en 1992, sur son Unplugged bien connu, Clapton reprendra aussi ce standard), Singing The Blues, Good Rockin' Tonight, Blue Moon Of Kentucky, Hi-Heel Sneakers. De très bonnes versions, Paul et son groupe se sont vraisemblablement éclatés à les faire (et d'une manière générale, on sent que l'exercice du show acoustique pour l'émission a été un plaisir pour Macca et ses musiciens). Mais je suis plus sensible aux reprises des Beatles et de Macca solo qu'à ces vieux blues et rock'n'rolls. Enfin, je ne déteste pas non plus. De même que je ne déteste pas cet album live acoustique en général, Unplugged (The Official Bootleg) étant vraiment agréable à écouter, mais il ne faut pas le sortir trop souvent de son boîtier non plus, car à la longue, il peut lasser. Enfin, en tout cas, à la longue, il a fini par un peu me lasser, je le trouve un tantinet trop long, certains passages sont un peu plats, presque ennuyants. Rien de grave, et ces versions acoustique de San Francisco Bay Blues, des chansons des Beatles (Blackbird est cependant sans surprise par rapport à la version studio, déjà acoustique, mais reste ce qu'elle est : un monument du genre) et de Every Night sont juste à tomber par terre. Le son est excellent, chaleureux, vivant, on a bien l'ambiance d'une prestation au coin d'un feu de bois dans une clairière, ne manquent que les crépitements du feu...si ce disque existe en vinyle, les crépitements du disque pourraient éventuellement faire office de feu de bois, histoire d'en rajouter dans l'atmosphère ! Au final, donc, un excellent album, pas un sommet, mais un fan de McCartney, et de ce genre de disques, se doit, au moins, de l'écouter, si ce n'est de le posséder. 

Be-Bop-A-Lula

I Lost My Little Girl

Here, There And Everywhere

Blue Moon Of Kentucky

We Can Work It Out

San Francisco Bay Blues

I've Just Seen A Face

Every Night

She's A Woman

Hi-Heel Sneakers

And I Love Her

That Would Be Something

Blackbird

Ain't No Sunshine

Good Rockin' Tonight

Singing The Blues

Junk