DP1

En 2013, Deep Purple (qui, l'année précédente, se retrouva en deuil de son historique claviériste Jon Lord, mort en 2012, et qui avait quitté le groupe en 2002 pour continuer dans une voie plus personnelle) a sorti son premier opus solo en 8 ans : NOW What ?!, un disque produit par Bob Ezrin (qui produira aussi InFinite, sorti en 2017, leur dernier à ce jour). Sous une pochette minimaliste au possible, NOW What ?! fut une vraie bonne surprise, non pas que les précédents opus n'étaient pas bons (si Abandon et Bananas ne tiennent, au final, pas trop un certain nombre d'écoutes, Rapture Of The Deep, lui, résiste un peu mieux, mais l'Âge d'Or est bien passé tout de même), mais cet album de 2013, dédié à Jon Lord, les enfonce vraiment avec de gros clous. Un disque solide, super bien produit (Bob Ezrin, l'artisan des meilleurs albums d'Alice Cooper, du Berlin de Lou Reed, du premier Peter Gabriel solo, du Dure Limite de Téléphone, du The Wall de Pink Floyd et de leurs albums à partir de 1987, bref du lourd ; ce mec est un grand producteur, point barre), rempli de chansons efficaces, et que l'on prend toujours autant de plaisir à écouter. La tournée mondiale du groupe pssera par l'Europe et l'Asie. Deux albums live sortiront : un enregistré à Wacken, et un autre, celui-ci, double en CD et triple en vinyle (je me suis chopé le vinyle, neuf, emballé, pour 14 €, et je le répête, c'est un triple), au Japon.

DP2

Au Budokan de Tokyo précisément. Là où une partie de Made In Japan fut posée sur bandes en 1972. Ce que ne manque pas de préciser Roger Glover (basse) dans le texte situé au dos de pochette, ainsi que dans son intérieur (et le livret pour la version CD, que je ne possède pas), vu qu'il doit être pour le moins fier d'avoir fait partie du groupe à cette glorieuse époque (on le serait à moins, Made In Japan étant ce qu'il est : un pilier de l'enregistrement live rock). Ce triple live sorti en 2015 et capté en avril 2014 s'appelle To The Rising Sun...In Tokyo. On y trouve 18 titres (respectivement 8, 6 et 4 titres par vinyle, et respectivement 11 et 7 titres par CD) pour un peu moins de 110 minutes, autrement dit, l'offre est généreuse. Le son, autant en parler de tout de suite, est absolument remarquable, il faut dire que le Japon a toujours été à la pointe pour les enregistrements live, et que l'acoustique du Budokan est parfaite. Et puis, ce live est récent. Le groupe (Ian Gillan au chant, Steve Morse à la guitare, Glover à la basse, Don Airey aux claviers, Ian Paice à la batterie ; trois des cinq membres ont fait partie du groupe à la grande époque 1970/1973, et Paice a quant à lui joué sur tous les albums du groupe sans exception) est en grande forme, Ian Gillan en particulier. Le groupe aligne aussi bien les classiques que les nouveautés : sur les 18 titres de ce live, pas moins de 5 sont issus de NOW What ?!, et pas les moins bons titres : Hell To Pay, Après Vous, Vincent Price, Uncommon Man, Above And Beyond

DP3

On trouve aussi, sur To The Rising Sun...In Tokyo, plusieurs classiques, tels que Lazy, Space Truckin' (qui durent ici largement moins longtemps qu'autrefois : Space Truckin' pouvait clairement dépasser les 25 voire les 30 minutes à l'époque, ce qui était franchement trop), Perfect Strangers, Black Night, l'inusable Smoke On The Water, Strange Kind Of Woman... On trouve aussi, plus rares, Into The Fire, Hush (avec l'intro du Green Onions de Booker T. & The M.G's) une reprise qui fut le premier hit du groupe en 1968 et Hard Lovin' Man. Ainsi que The Mule, prétexte à un solo de batterie qui, là aussi, est radicalement plus court qu'autrefois (même remarque que pour Space Truckin' : on atteignait souvent les 25/30 minutes à l'époque), plus un solo de claviers sans nom signé Don Airey, un petit solo de guitare sans nom signé Steve Morse... On notera que 5 titres, ici, se trouvaient déjà sur Made In Japan (6 en comptant Black Night, présent en bonus-track sur l'édition double CD remastérisée), ce qui n'est pas une coIncidence vu l'endroit du concert et le fait que ces 5/6 titres soient tous des standards du groupe. Au final, super bien enregistré et interprété par un groupe en belle forme, ce double live, triple en vinyle, de Deep Purple est à conseiller à tous les fans du groupe et du genre ! C'est évidemment pas leur meilleur live, mais il envoie quand même bien le bois. 

FACE A

Après Vous

Into The Fire

Hard Lovin' Man

Strange Kind Of Woman

FACE B

Vincent Price

Contact Lost

Uncommon Man

The Well-Dressed Guitar

FACE C

The Mule

Above And Beyond

Lazy

FACE D

Hell To Pay

Don Airey's Solo

Perfect Strangers

FACE E

Space Truckin'

Smoke On The Water

FACE F

Green Onions/Hush

Black Night