TC4

Après un début de carrière très rock gothique, The Cult vire sa cuti en 1987 grâce au producteur Rick Rubin (qui leur fait réenregistrer tout un album pour la peine alors qu'ils l'avaient engagé pour un single ; il paraît que leur management ne prendra, au début, pas très bien la chose, qui fut en effet effectuée dans leur dos, mais les ventes du disques seront telles que tout sera probablement pardonné) et leur album Electric. Le bien-nommé album, écrin de classiques du genre de Lil' Devil, Wild Flower, Love Removal Machine, Peace Dog ou Aphrodisiac Jacket. On y trouve aussi une reprise du Born To Be Wild de Steppenwolf, pas aussi bonne que l'originale (pareille chose me semble de toute façon impossible), et que Ian Atsbury, chanteur du Cult, estimera par la suite en interview avoir été une erreur drivée par Rick Rubin (qui voulait que le groupe fasse cette reprise). Deux ans après ce carton plein qui renvoie AC/DC aux pâquerettes (un an après Electric, AC/DC publie le très médiocre Blow Up Your Video, leur pire album) tout en jouant sur leur propre territoire (les riffs !!!), The Cult engage un producteur de renom spécialisé dans le gros son hard-rock (il produira le Black Album de Metallica...et d'autres albums de Metallica, d'ailleurs, et produisait Mötley Crüe, dont le Dr. Feelgood date de la même année que l'album du Cult dont je vais parler aujourd'hui), j'ai nommé Bob Rock. 

TC5

Avec ce mec, Ian Atsbury et Brian Duffy (les deux leaders du groupe) vont sortir un disque surpuissant : Sonic Temple. 57 minutes de hard-rock qui déménage votre appartement sans avoir besoin de bière ou de pauses de 10 minutes tous les quarts d'heure. 11 titres qui, quasiment tous (on notera une très, très légère baisse de qualité dans les deux derniers morceaux, et encore, je chipote ; seul Wake Up Time For Freedom n'est pas du niveau du reste, en fait) assurent, sertis par une production géniale (même si je ferai noter aux pointilleux audiophiles que l'album date de 1989, aura donc ses 30 ans comme un grand garçon l'année prochaine, et que cet âge commence à se faire sentir un petit peu, mais rien de grave). Et puis, ce titre bien lourdaud comme un aime : Après Electrique, place au Temple Sonique ! Une pochette bien caricaturale aussi (Brian Duffy, guitare en pogne, bras droit levé bien haut comme pour faire un moulinet à la Pete Townshend, jambes écartées et chevelure longue qui lui bouffe la tronche, et en arrière-plan, Ian Atsbury en tenue d'indien, tête en arrière, micro en main)... The Cult nous offre donc tout le package, et on ne va pas s'en plaindre. C'est du bourrin, mais ça fait du bien ! Il faut dire qu'un album s'ouvrant sur un quinté aussi quinté-ssentiel (ah ah ah) que Sun King, Fire Woman (un hit), American Horse, Edie (Ciao Baby) (morceau sublime dédié à Edie Sedgwick, une des égéries de la Factory d'Andy Warhol, morte au début des années 70) et Sweet Soul Sister, ça promet des lendemains qui chantent.

TC6

Ces cinq premières chansons sont tout simplement ultra-méga-zeta jouissives, et après une telle série (presque la moitié de l'album, tout de même), l'auditeur est à la fois excité comme une puce et inquiet à l'idée que la suite de l'album ne souffre du fameux syndrome du ventre mou. Mais Soul Asylum, Automatic Blues, Soldier Blue ont d'excellentes chansons, comme je l'ai dit il n'y en à qu'une seule qui, selon moi, souffre de la concurrence avec le reste de l'album, c'est Wake Up Time For Freedom. Medicine Train achève parfaitement le disque (ce morceau n'est pas sur toutes les versions de l'album), et au final, la seule chose à dire au sujet de Sonic Temple, c'est qu'il s'agit d'un des meilleurs albums du groupe, et d'un des meilleurs albums de hard-rock pur et dur. Pas mal, pour un groupe qui, au début de sa carrière, oeuvrait dans le rock gothique ! Je préciserai cependant que malgré l'abondance de classiques sur cet album, je lui préfère, de peu mais tout de même, leur disque suivant, Ceremony, sorti en 1991, et que j'aborderai dans un futur relativement proche. C'est juste une histoire de production, celle de Sonic Temple semble avoir légèrement vieilli par rapport à celle de Ceremony. Affaire à suivre...

Sun King

Fire Woman

American Horse

Edie (Ciao Baby)

Sweet Soul Sister

Soul Asylum

New York City

Automatic Blues

Soldier Blue

Wake Up Time For Freedom

Medicine Train