TFF4

Je pense que l'on ne doit pas être super nombreux, dans le monde, à vouer un culte (terme un peu exagéré, mais il n'empêche que j'adore cet album) à ce disque, tant il n'est pas très connu, et n'a pas été un grand succès. Ca a même été un gros bide bien comme il faut, en fait. Cet album est le cinquième de Tears For Fears, mais tout comme pour le précédent opus Elemental (que j'aborderai dans un futur très proche), c'est un petit peu sujet à caution. Tears For Fears s'est fondé en 1981/82, leur premier album date de 1983. Le groupe était un duo constitué de Curt Smith (chant, basse, claviers) et Roland Orzabal (chant, guitare, claviers). En tant que duo, ils ont sorti trois albums au grand succès commercial entre 1983 et 1989. Puis Curt Smith a claqué la porte. Le duo n'est plus alors qu'un seul et unique membre, Roland Orzabal. Orzabal, le principal artisan du son du groupe, décide de continuer, et deux autres albums, Elemental en 1993 et ce disque-ci, de 1995, vont voir le jour avant qu'Orzabal ne raccroche les gants devant le double bide commercial (et critique, aussi). Le groupe en tant que duo se reformera rapidement dans le mitan des années 2000 avec un album pas terrible et que je n'aborderai pas. On peut considérer Raoul And The Kings Of Spain, sorti en 1995, comme le dernier grand disque du groupe, ou comme le meilleur album solo d'Orzabal, c'est selon (en 2001, Orzabal sortira un vrai opus solo, sous son nom).

TFF5

 

Le titre de l'album s'inspire du vrai prénom de Roland Orzabal, Raoul (il sera renommé Roland deux semaines après sa naissance pour faire plus anglais, il est Britannique d'origine franco-basque). Les titres de plusieurs des morceaux (trois, en fait, plus une reprise de l'un d'entre eux) font plus ou moins excplicitement allusion à l'Espagne : le morceau-titre, Los Reyes Catolicos et Sketches Of Pain (jeu de mots sur Sketches Of Spain, fameux album de Miles Davis conçu sous influence hispanique). L'album n'est cependant pas conceptuel, mais Orzabal en parlera comme d'un album imprégné de son héritage hispanique, et traitant notamment des relations familiales. Même la pochette est en allusion à l'Espagne, la photo de pochette a été faite au cours d'une fête de Pampelune, plusieurs illustrations du livret sont tirées du livre d'un photographe, livre basé sur l'Espagne. On notera, pour l'anecdote inutile, que la photo d'Orzabal a été faite par Pamela Springsteen, petite soeur du fameux Bruce. L'album ne sera vraiment pas un gros succès. Certains rock-critics apprécieront (vraiment pas beaucoup), mais dans l'ensemble, Raoul And The Kings Of Spain (titre un peu ronflant, il est vrai) se fera tailler des shorts dans la presse, et les ventes seront calamiteuses.

TFF6

Orzabal, qui tient la guitare et les claviers, est entouré d'Alan Griffiths (guitare, claviers), Gail Ann Dorsey (basse, future collaboratrice de Bowie), Jebin Bruni (orgue), Brian McLeod (batterie), Oleta Adams (chant sur Me And My Big Ideas), Mark O'Donoughue (choeurs, seconde voix) et Jeffrey Trott (guitare). Il coproduit l'album avec Griffiths et Tim Palmer. Album qui, bien qu'imparfait, offre tout de même 50 minutes bien tassées et sympathiques, pop et rock (mais plus du tout new-wave, on a du mal à reconnaître le Tears For Fears originel), album qui démarre bien mieux qu'il ne se poursuit (on a en effet quelques petites imperfections au milieu : Humdrum And Humble, la première version, très courte, de Los Reyes Catolicos, I Choose You sont assez bof). La production est cependant excellente et des morceaux comme Raoul And The Kings Of Spain, Secrets, Sketches Of Pain, Don't Drink The Water et Me And My Big Ideas sont juste sublimes. Méconnu, généralement vendu à un prix tout simplement ridicule (je l'avais chopé, neuf, pour moins de 5 €, il est à l'heure actuelle toujours vendu aux environs de ce prix-là), souvent détesté par ceux qui ne l'ont en fait probablement jamais écouté, Raoul And The Kings Of Spain, tout comme le précédent opus Elemental, n'est pas vraiment un disque de Tears For Fears. C'est cependand un très très bon album de pop-rock que l'on prend plaisir à écouter, et s'il est dommage qu'il ne soit pas sorti sous le nom d'Orzabal plutôt que sous le nom d'un groupe qui n'en était plus un (en même temps, Curt Smith, parti en 1991, n'a pas intenté de procès à Orzabal pour utilisation abusive du nom, contrairement à Roger Waters qui refusait que Pink Floyd continue de sortir des disques sous leur nom, après son départ, et qui perdra), c'est tout de même un disque excellent et qui mérite mieux que sa réputation. 

Raoul And The Kings Of Spain

Falling Down

Secrets

God's Mistake

Sketches Of Pain

Los Reyes Catolicos

Sorry

Humdrum And Humble

I Choose You

Don't Drink The Water

Me And My Big Ideas

Los Reyes Catolicos (Reprise)